Jeff Petry doit retourner dans sa famille, selon Mathias Brunet

Jeff Petry voulait quitter Montréal à la date limite des transactions. Ce n’est pas une information qui a été cachée, mais il n’a tout de même pas obtenu son souhait, sans doute parce que sa valeur marchande et son niveau de jeu ne s’équivalaient pas.

Les critiques ont été nombreuses à son endroit : certains réclament son départ, on observe pratiquement à toutes les parties un manque de motivation de sa part, et sa femme fait également comprendre qu’elle en a terminé avec le Québec.

Malgré toutes ces affirmations qui se suivent et qui se répètent, le chroniqueur Mathias Brunet a suggéré quelque chose de nouveau. S’il était à la barre du Canadien de Montréal, il dirait carrément au vétéran de rentrer chez lui.

De toute façon, il ne veut plus jouer ici. À quoi bon se forcer à le garder dans l’alignement?

« Dans un contexte comme celui-là, ce que je ferais (et ça arrivera sans doute pas), je dirais »regarde Jeff, va rejoindre ta famille, prends soin de ceux que tu aimes, ressource-toi, on a des jeunes. » »

Pour Mathias Brunet, la saison du Canadien est terminée. Il a complètement raison. C’est pourquoi il donnerait une chance à des jeunes défenseurs de l’organisation qui n’ont pas encore enfilé le chandail Bleu Blanc Rouge, comme Jordan Harris (qui va bientôt signer avec le CH) et Justin Barron.

Barron, choix de premier tour en 2020 qui a été acquis en retour d’Arturri Lehkonen lors de la date limite des transactions, est selon plusieurs un jeune homme de calibre LNH. En fait, le plan de la franchise est de l’envoyer directement à Montréal, même s’il n’a disputé que deux rencontres avec l’Avalanche cette saison.

Avouant avoir scruté ses matchs dans la Ligue américaine, le chroniqueur avait de la difficulté à comprendre « comment Avalanche, qui évalue si bien ses joueurs, a pu le laisser partir. » C’est prometteur, disons.

« Il joue comme un vétéran. J’aime sa mobilité latérale. Il est loin d’être Makar, il ne peut pas transporter la rondelle toute la patinoire, mais il fait des bon jeux et il possède un bon flair offensif. »

Pour lui, Barron (20 ans) rappelle à certains égards le jeu d’Éric Desjardins, qui était devenu capitaine des Flyers avec « des bons petits jeux » sur la glace.

Autre argument en la faveur de la proposition mise sur table par Mathias Brunet : comme l’a remarqué l’animateur Martin Lemay lors de son segment au 91.9 Sports, Petry ne portait plus le « A » de l’assistant-capitaine sur son uniforme contre les Bruins.

Pourtant, il fait habituellement partie de la rotation des adjoints avec Joel Edmundson, Nick Suzuki et Paul Byron. Est-ce que c’est un signe du club pour montrer qu’il prend tranquillement la porte?

Peut-être, mais probablement pas celle de sa propre maison.

PLUS DE NOUVELLES