Avant de payer des agents libres, il faudra penser au contrat de Cole Caufield

Le nouveau contrat qui a été signé par le Québécois Jonathan Huberdeau à Calgary nous rappelle que des bons joueurs, ça coûte cher. Et quand ces gars-là ont 29 ans et qu’ils sont sous contrat pour neuf ans, ça peut finir par devenir lourd.

Bien des gens rêvaient à Huberdeau à Montréal et le nom de Pierre-Luc Dubois refuse de mourir en ville. Je crois toujours que Dubois est destiné à porter, un jour, le chandail du Canadien.

Mais avant de penser à des agents libres de la sorte (parce qu’il est important de signer de bons agents libres au bon prix), il faut s’assurer que le Canadien aura l’argent nécessaire pour signer ses propres jeunes joueurs dans quelques années, comme Juraj Slafkovsky.

Imaginez si le CH ne se gardait pas assez d’argent pour Slaf… mais c’est un scénario fictif puisque je ne crois pas que John Sedgwick n’a pas pensé à ça dans ses calculs à long terme.

Bref. Tout ça pour dire que le premier dossier à régler sera celui de Cole Caufield.

Je ne sais pas combien d’argent il demandera l’an prochain, mais s’il a une grosse saison, il pourrait peut-être faire sauter la banque dès cette saison et éviter, comme Nick Suzuki, le contrat pont. Après tout, CC n’a pas l’air d’un gars qui veut quitter Montréal.

Rappelons qu’il est important de garder, pour les équipes canadiennes, des joueurs qui veulent jouer au Canada. Même s’il est Américain, Caufield semble vraiment apprécier la vie montréalaise, lui qui passe une partie de sa saison morte en ville.

C’est la même chose pour Huberdeau en Alberta : peu importe la raison, il voulait rester.

Grant McCagg est de cet avis-là. Selon l’ancien recruteur du Canadien, c’est en payant son core qu’un club comme le Canadien va réussir à jeter les bases d’une équipe qui peut gagner.

C’est comme ça que des clubs comme Chicago, Pittsburgh, Los Angeles et Tampa Bay ont gagné la Coupe Stanley à plusieurs reprises.

Rappelons aussi qu’aucun club n’a gagné la Coupe avec un joueur ayant un cap hit d’au moins 10 M$. Carey Price est le seul joueur à avoir accédé à la finale dans de telles circonstances.

Donc oui, le CH va libérer du salaire dans un an (Evgenii Dadonov, Jonathan Drouin, Paul Byron, etc.), mais ne la dépensons pas trop rapidement au détriment des jeunes joueurs de l’organisation. Pour signer des UFA, Kent Hughes devra libérer encore plus de bois mort, donc.

En rafale

– Bonne nouvelle pour les Hurricanes.

– Ça brasse dans la LHJMQ.

– Rien de moins.

PLUS DE NOUVELLES