À deux reprises, Pierre-Luc Dubois aurait espéré une offre hostile du Canadien

Je ne pense pas avoir besoin de vous dire que le Québécois Pierre-Luc Dubois aimerait jouer à Montréal un jour. Il semble avoir de la difficulté à le cacher, mais il est clairement un gars qui aimerait que cela arrive.

Mais bon. Il ne sera pas libre comme l’air d’ici deux ans et s’il n’est pas échangé au CH d’ici là, il devra apprendre à bien composer avec la pression générée par l’attention médiatique autour de lui.

Il est intéressant de noter que même si Dubois ne veut pas s’avancer sur son futur, ça fait quand même longtemps qu’il espère voir le CH remuer ciel et terre pour aller le chercher.

Selon ce que rapporte le journaliste Aaron Portzline, qui couvre les Blue Jackets pour le compte de The Athletic (et selon ce qui a été trouvé par Habs et LNH), à deux reprises au cours de sa carrière, Dubois aurait espéré recevoir une offre hostile de la part du Canadien.

Au cours de sa carrière, Dubois a signé trois contrats : son contrat d’entrée en 2016 (pour lequel les offres hostiles ne sont évidemment pas permises), un contrat de deux ans en 2020 et un contrat d’un an dans les derniers jours.

Il a donc été éligible deux fois aux offres hostiles, ce qui rend le timeline assez facile à comprendre : en 2020 et en 2022, il voulait voir le Canadien déposer une offre hostile aux Blue Jackets et aux Jets.

On s’entend que cette année, la nouvelle administration n’avait pas vraiment de possibilité de lui déposer une offre hostile puisque la compensation est en choix au repêchage seulement.

Cela ne permet pas de libérer du salaire et en ce moment, si le CH veut ajouter un Dubois, ça prend de la place.

De plus, les Jets ne sont pas pressés de l’échanger comme les Jackets l’étaient il y a deux ans et je ne sais pas jusqu’à quel point Kent Hughes veut commencer son règne de DG en y allant d’une technique qui n’est pas la plus appréciée dans le milieu.

Cela n’empêche pas Hughes de vouloir aller le chercher… mais par voie de transaction puisque via une offre hostile, il existe une véritable possibilité de voir les Jets égaler l’offre.

Mais en 2020, c’était différent. L’histoire nous a appris que Marc Bergevin, qui adorait le centre de Columbus, était ouvert aux offres hostiles. Il avait plus de place sous le plafond et il tentait de construire un club qui pouvait se battre pour la Coupe Stanley. L’ajout de Dubois aurait pu se faire.

D’ailleurs, à ce moment-là, les Blue Jackets auraient, toujours selon le journaliste, vraiment eu peur que cela arrive. C’est pourquoi Ryan Murray et Markus Nutivaara ont été échangés par le club.

Ainsi, le DG créait de l’espace sous le plafond et cela rendait une offre hostile de la part du Canadien pas logique du tout. Après tout, les Blue Jackets auraient eu les outils pour simplement égaler l’offre.

Visiblement, depuis quelques années, on comprend que ciel et terre ont été remués pour tenter d’amener Dubois à Montréal. Que ce soit au repêchage de 2016 ou à chaque fois que son contrat venait à échéance, Montréal était dans le coup – et ça, c’est ce qu’on sait seulement.

Est-ce que cela va se faire un jour? Je pense que oui.

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve qu’il est rafraîchissant de voir un Québécois qui n’est pas en fin de carrière vouloir jouer à Montréal à ce point-là… puisque, comme on le sait, ce n’est pas toujours le cas.

En rafale

– Il est déjà populaire, ce Juraj.

– Espérons qu’il soit dans le top-9 sous peu.

– Belle entrevue de Michel Lacroix. [98.5 FM]

– Les Blue Jays sont en feu.

– Triste nouvelle.

https://twitter.com/Dave_Stubbs/status/1552241384744226824

PLUS DE NOUVELLES