Matthews 1er? Pas si sûr | #Warrior: Francis Lessard, Sénateur, puis Marquis | Drouin: son ex-coach nous parle

En début de saison, Simon « Snake » Boisvert et Anthony Mauro, de Draft Buzz Hockey, nous avaient fait part de leurs impressions quant au top-10 du repêchage 2016 de la NHL. Comme plusieurs choses peuvent changer en cours de saison, surtout pour des jeunes de 17-18 ans, il semblait de mise de vous offrir une mise à jour de mi-saison. Simon et Anthony ont gracieusement accepté de se mouiller (avant de critiquer, assurez-vous de vous être mouillés aussi). Ce cher Simon sort à nouveau des sentiers battus, fidèle à lui-même…

Premier choix de Simon: Jesse Puljujärvi
Puljujärvi avait impressionné au CMJ 2015 et déçu cet été à Lake Placid, mais a offert l’une des plus grandes performances de l’histoire pour un joueur de 17 ans. C’est un Kovalchuk en plus travaillant.

Premier choix d’Anthony: Auston Matthews
La tête d’affiche de la ligue élite Suisse n’a pas déçu aux WJC, causant des mots de tête aux entraîneurs adverses qui tentaient de le contenir. Son exécution digne d’un joueur de premier trio le rend maintenant « ennuyant », tellement il semble assuré de sortir en premier – pour l’instant. Il performe au niveau de Jack Eichel, peut-être même mieux, et va suivre la même courbe de progression que ce dernier.

Deuxième choix d’Anthony ET Simon: Patrik Laine
Un marqueur naturel capable de contrôler un match à sa guise, Laine pourrait être considéré comme premier choix lors d’autres repêchages. 2014 (Ekblad), par exemple. Il s’avère une super recrue en Liiga, et était le franc-tireur attitré d’un trio possédant une très grande chimie.  Le jeune Finlandais allie force physique et habiletés comme on en voit rarement, avec un lancer du tonnerre. Les inquiétudes sur son caractère maintenant dissipées, on peut lui prédire un avenir de joueur-étoile.

Troisième choix de Snake: Auston Matthews
Matthews est un excellent manieur de bâton, mais ne transportera pas une équipe sur ses épaules comme certains le croient. Et il a raté le repêchage 2015 par deux jours, ce qui en fait un joueur très vieux pour sa cuvée, contrairement aux deux Finlandais.

Troisième choix d’Anthony: Jesse Puljujärvi
Puljujärvi était intrigant au début des WJC: il a connu un mauvais camp l’été dernier, puis un automne en dents de scie avec Kärpät. Il possède un potentiel physique incroyable, quoique inexploité jusqu’à maintenant; les gens le croient rapide, mais il s’agit en fait d’une énergie débordante, qu’il doit apprendre à contrôler à mesure qu’il gagnera en coordination et en agilité. Compense largement pour son contrôle de rondelle déficient par une vision hors pair et une intense poursuite des rondelles libres.

Simon « Snake » Boisvert est un ancien recruteur pour les Screaming Eagles du Cap Breton et les Foreurs de Val d’Or, dans la LHJMQ. Il est également intervenant-vedette depuis de nombreuses années sur le populaire blogue de Mathias Brunet. @simonsnake70

Anthony Mauro est le créateur et administrateur du site à la popularité grandissante Draft Buzz Hockey, une source intarissable d’informations sur les espoirs et pour lequel une application mobile vient d’être créée. Un incontournable pour tout amateur de repêchage et prospects. @anthonymauro_db

Francis Lessard: un #Warrior, Sénateur et Marquis
La réputation de violence extrême et de calibre médiocre de la LNAH est grandement surfaite. Un nombre grandissant de joueurs venant des pros joint ses rangs. Parmi ceux-ci Francis Lessard, ancien des défunts Thrashers et des Sénateurs, qui en est à sa quatrième saison à Cornwall, où il assure la protection de ses coéquipiers des River Kings (au moment d’écrire ces lignes, il était échangé aux Marquis de Jonquière, où il ira rejoindre un alignement qui comporte déjà les Gaby Roch, Sean McMorrow, Alexandre Gauthier… je suis content d’être spectateur). Son arrivée s’est avérée une grosse prise non seulement pour son nouveau club, mais également pour la ligue, donnant à cette dernière une belle visibilité. Par son seul nom, Lessard attire les foules, comme les autres gros noms du métier tels que Thériault, Roch et Laferrière, trois légendes. De plus, si des anciens de la NHL trouvent le calibre assez élevé, un peu difficile pour nous, simples mortels, de les contredire…

Le #Warrior de 6’3 et 245 lbs est l’un des joueurs les plus craints de la ligue mais a su évoluer avec le hockey, ses mises en échec solides et son hockey de haut niveau donnant plus d’une corde à son arc. Malgré ses 36 ans, le Montréalais arrive toujours à suivre la cadence comme peu de joueurs, surtout de son style, peuvent le faire à un âge aussi avancé.

Lessard démontre également beaucoup de respect et de classe envers ses opposants, même s’il est sans pitié pendant ses combats :

Goonfights, créé par l’excellent et dévoué Keith Papineau, est une source sans fond de vidéos de combats. Les amateurs d’Old-Time Hockey en raffoleront.

Selon ce #Warrior respecté, « tu dois approcher un combat avec la conviction que le meilleur, c’est toi. Même si t’es pas le meilleur, il faut que tu penses l’être. Sinon, tu n’as aucune chance. » Même au plus haut niveau, lorsque le devoir l’appelait, aucun défi ne l’effrayait. Pas même le plus « grand » défi de tous :

Mais « être terrifiant » n’est qu’un emploi à temps partiel pour le colosse, lui qui passe la majorité de son temps à son école de hockey, Senatek, où il aide de jeunes garçons à peaufiner leur technique et a l’occasion de constater leur progression lorsqu’ils reviennent année après année. Une expérience enrichissante selon le principal intéressé :

Ils sont beaux à voir. Ils me ramènent à l’innocence de mon enfance, à l’âge où tu veux juste jouer au hockey, pour le plaisir. À l’âge où tu ne connais pas encore les moins beaux côtés, ou l’aspect « business » du hockey ne t’a pas encore corrompu l’esprit. À mon école, j’essaie de maintenir cette approche. Garder le focus sur le hockey et la mise en forme. Bref, faire bénéficier ces jeunes de mon expérience dans les deux domaines.

Son parcours professionnel fait du vétéran un joueur populaire et respecté au sein du circuit Godin, qui lui offre une transition toute en douceur vers son après-carrière :

Les jobs étaient plus rares après le lockout de 2012 mais la flamme brûlait toujours et je n’étais pas prêt à prendre ma retraite; perdre la « game » et les « boys » d’un seul coup aurait été trop difficile. La LNAH m’offrait une alternative de grande qualité; le calibre de jeu y est élevé et comme nous jouons presque exclusivement le weekend, les joueurs ont le temps d’occuper un emploi à temps plein ou suivre une formation pour préparer leur après-carrière, en plus du hockey. Le meilleur des deux mondes, quoi.

Compte-t-il continuer encore longtemps? « Tant et aussi longtemps que je pourrai suivre le rythme de plus en plus rapide et ne perdrai pas mes combats. »

Souhaitons pour ce sympathique #Warrior, mais surtout pour la LNAH, que cela ne se produira pas de sitôt. Pour ses adversaires, peut-être moins, par contre.

En rafale
– Les rumeurs sont nombreuses au sujet de Jonathan Drouin, tant sur sa prochaine destination que sur son caractère et sa maturité. Si quelqu’un peut en parler, c’est Dominic Ducharme, qui a dirigé Drouin tout au long de son séjour à Halifax, dans la LHJMQ, et a largement contribué à l’épanouissement qui a résulté en une sélection au 3e rang du repêchage de 2013.

Je ne suis pas sur place et ne côtoie pas Jonathan au quotidien, mais je peux vous dire qu’il est un très fier compétiteur, un athlète fier qui veut faire la différence. Lors de son séjour ici, il s’est investi à 100% dans ce que nous tentions d’accomplir. Il est un « amoureux de la game » qui aime l’étudier et décortiquer des jeux, que ce soit en observant ou en visionnant des séquences vidéos. Il veut apprendre et jouer au plus haut niveau.

Lorsqu’on lui demande de nommer un joueur, actif ou pas, auquel il comparerait Drouin non seulement en matière de style, mais aussi d’upside, le gagnant de la Coupe Memorial en 2013 y d’un joueur auquel on n’est pas naturellement porté à penser en cherchant des comparatifs pour le jeune ailier:

Il possède une vision telle qu’il peut passer la rondelle comme Adam Oates le faisait. En tenant compte des époques, bien sûr: des marqueurs de 140 points, on n’en voit plus. Mais oui, comme Oates, sa vision hors de l’ordinaire et ses mains lui permettent de s’acheter du temps et ainsi se créer de l’espace pour effectuer ses passes, précises car sa vision lui permet de constamment savoir où se trouvent les neuf autres joueurs sur la patinoire.

Advenant une transaction, quelle équipe croit-il représenterait le meilleur « fit » pour son ancien poulain? Cadrerait-il dans la formation du CH? (indice: le coach n’a pas mordu)

« Peu importe l’équipe pour laquelle Jonathan va évoluer, il va l’aider à gagner. »

Sur un plan plus actuel, les Mooseheads, avec seulement 14 victoires en 41 matchs cette saison, connaissent une saison difficile, suite aux départs successifs de MacKinnon, Drouin et Ehlers. Le « coach » ne panique pas, cependant, prônant plutôt la patience  et une reconstruction méthodique:

Nous avons été au « top » de la ligue, en compétition avec Blainville et Baie-Comeau, pendant quelques années et maintenant, comme eux, nous suivons le cycle naturel du hockey junior. Nous avons effectué plusieurs échanges l’an passé, accumulant au passage plusieurs choix au repêchage qui viendront s’ajouter à notre solide banque de jeunes joueurs déjà en place. Avec un bon développement, nous serons compétitifs à nouveau d’ici quelques années.

Je ne parierais pas contre un entraîneur aussi compétent dont le C.V. parle de lui-même.

– Le CH croisera le fer, ce soir, avec les Penguins et leur joueur tout-étoile Sidney Crosby Evgeni Malkin. Pour tout savoir sur cet affrontement, cliquez ici.

– Que devrait faire Marc Bergevin?

– Les prix de mi-saison chez le CH :

https://twitter.com/rabidhabs/status/685906085471899649

– Jake Allen a quitté le match d’hier en raison d’une blessure au bas du corps :

– Le style et la technologie font de la génération actuelle de gardiens de but la meilleure de l’histoire : LIEN

– Ovie a marqué, il y a quelques minutes, son 499e but en carrière:

Pour ceux qui s’en souviennent, d’abord je vous remercie de m’endurer depuis tout ce temps-là… j’ai prédit il y a quelques mois qu’Ovechkin surpasserait Wayne Gretzky. JE LE MAINTIENS.

– Tout un exploit pour le jeune défenseur Erik Gustafsson:

Pour tweeter ça, Lazerus n’est sûrement pas marié… #Smart

– Connor McDavid profitera de la pause du cirque burlesque Match des Étoiles pour s’assurer que sa blessure est bien guérie:

– Robyn Regehr se retirera officiellement dans l’uniforme qu’il a porté pour la majorité de sa carrière, celui des Flames : LIEN

Voilà qui vient boucler la boucle pour ce guerrier, dont les partisans des Flames se souviendront pendant longtemps. Comme Aaron Downey, d’ailleurs, qui ici se trouve à être « l’assouplisseur assoupli » (la pognes-tu?):

Hockeyment vôtre,

Serge Côté

 

PLUS DE NOUVELLES