Jesus Price, seul espoir du Canadien

Voici un autre article de Ken Platenpouich, un nouveau collaborateur qui est en train de devenir, petit à petit, un indispensable…

Jesus Price, seul espoir du Canadien

Qu’est-ce qu’on se répète années après année à Montréal?

Il me semble que depuis le début des années 90 le discours officiel des fans et des médias à l’aube des séries est le même : « On va se faire sortir vite.  Mais, sait-on jamais, si le goaler est hot… ».

Saint-Patrick a su enduré cette pression pendant un bon bout.

Thibault, on oublie ça (ça a pris Andy Moog!)

 

Théodore a fait son possible avec des équipes épouvantables, mais n’a jamais gagné une deuxième ronde.

Huet n’a pas été à la hauteur après que son équipe ait pris une avance de 2-0 contre les Hurricanes au retour du lock-out.

Puis, deux excellents gardiens ont fait leur entrée.

En 2007-2008, le tout jeune Price a éliminé les Bruins avant de s’écrouler contre les Flyers.

Puis, un an plus tard, comme l’annonçait la désastreuse fin de saison 2008-2009, et comme le reste de l’équipe, il n’a jamais été dans le coup contre les Bruins.

Ensuite, Halak lui ravit la pole et mena les nouveaux petits et fringants Canadiens de 2009-2010 en finale de conférence avec des performances dont on parlera encore dans 20 ans.

Un public à reconquérir
On s’en rappellera, c’est dans la colère presque généralisée que Gauthier a échangé Halak l’été dernier. Du coup, il misait tout sur Price, un jeune de 23 ans dont le niveau de maturité et de confiance était pour le moins questionnable.

Dès le premier match hors concours, Price était attendu avec une brique et un fanal par un groupe de partisans plus fébriles qu’un troupeau de jeunes préadolescentes sur le coke aux cerises en attente d’un concert de Justin Bieber.

Mais les émotions bipolaires des gougounes en fleurs étant ce qu’elles sont, Price les aura pour la plupart reconquis avant même que le mois d’octobre se termine.

Avec une semaine à faire en saison et les séries pratiquement assurées grâce à lui, le voici maintenant à un doigt de battre le record de Patrick Roy pour le plus de victoires en une saison.

Dans l’opinion publique, rien n’est joué pour autant. Price se fera comparer à Halak dès le début des séries et il ne sera toujours qu’à une contreperformance de recevoir les foudres refoulées de la brave meute assoiffée de sang qui diront en cœur : « Sous presssion, Halak était bien meilleur! ».

Si le Canadien ne franchi pas la première ronde et que Price se contente d’être ordinaire, c’est lui qui recevra immanquablement le pot, malgré la saison de rêve qu’il aura connue.

Il est donc condamné à l’excellence.

Un défi gigantesque
Au moment d’écrire ses lignes le Canadien a plus de 50% de chances de terminer 6e et les Bruins ont plus de 75% de chances de terminer 3e. Donnez-vous aux Canadiens plus de 25% de chance de gagner contre Boston?

Et si jamais c’était Washington ou Philadelphie qu’il affrontait? Y’aurait-il plus d’espoir?

Même s’il terminait 6e, le Canadien sera exactement dans la même position que l’an dernier et combien d’autres avant celle-là : il occupera le rôle de négligé.

Mais force est d’admettre qu’au cours des 15 dernières années il a souvent étonné en première ronde.

On se rappellera des victoires sur Pittsburgh en 98’, sur Boston en 2002 et 2004 et bien évidemment celles de l’an dernier contre Washington et Pittsburgh. Ça fait toujours bien 5 victoires surprises en 15 ans. C’est énorme. Aucune équipe négligée ne peut en dire autant au cours de la même période.

Les fantômes ont semblent-ils déménagé au Centre Bell.

Mais la réalité les rattrape toujours, ces petits Canadiens.

Dans le meilleur des cas, après une ronde ou deux, l’énergie se fait aussi rare que les buts marqués et la fatigue s’empare tôt ou tard du gardien de but qui cesse alors de faire des miracles.

Puis c’est la mort.

Peut-on s’attendre à autre chose cette année?

« Oui, si Carey Price devient véritablement Jesus Price! »

On s’en sort pas

À lundi prochain, alors que nous connaîtrons l’identité de l’adversaire de la Flanelle, cette très sainte!

PLUS DE NOUVELLES