Viser Lafrenière est tout simplement incompatible avec le portrait actuel

Parfois, il est difficile de voir le verre à moitié plein. C’est le cas ce matin, notamment.

Certains y parviennent, mais il faut faire des efforts.

Cinq défaites consécutives dont la plus récente par la marque de 8 à 1 face aux Bruins au Centre Bell, ça laisse des traces et ça affecte les émotions/perceptions.

Mais des gens qui réclament le départ de Carey Price, de Marc Bergevin et/ou de Claude Julien, il y en a des tonnes. Il y a même des « On perd pour Lafrenière » et des « Derrière pour Lafrenière » ce matin sur la toile…

De quoi donner le sourire à mon collègue Tony Patoine!

Ceci dit, il faut tout remettre en perspective.

Le CH montre la même fiche qu’à pareille date l’an dernier : 11-8-5.

Il s’enligne encore une fois pour rater les séries de peu… mais pour les rater.

Il ne s’enligne pas (pour l’instant, du moins) pour obtenir un haut choix en première ronde.

Mais comment s’en surprendre? Le club avait besoin d’aide l’été dernier et il n’en a pas vraiment obtenu. Comment espérer une saison magistrale alors?

On ne peut pas s’attendre à des miracles! Quelque chose qui t’a donné une neuvième place ne te donnera généralement pas un résultat différent sans y changer quoi que ce soit. Surtout pas après y avoir enlevé la sauce Shaw…

Répéter les mêmes actions et espérer des résultats différents, ça s’appelle de la folie (selon Einstein).

Au mieux, le CH se battra pour une place en séries en mars. Au pire, il sera éliminé hâtivement et le Centre Bell se videra un peu plus encore…

Des défaites, ça peut aller. C’est normal. Mais les dernières défaites écœurent.

Par la façon dont elles ont été subies…

Il y a trop de décisions prises par le coaching staff qui dérangent. En commençant par l’utilisation de certains jeunes vs certains vétérans… en power play, notamment.

Ce qui m’amène à un questionnement : Bâtir alentour d’un gardien de but est-il encore d’actualité en 2019? Pas sûr…

S’il n’est pas en forme, toute l’équipe en ressent les contrecoups.

Alors que bâtir alentour de quelques joueurs offensifs, ça te permet de diviser la pression et d’offrir un meilleur spectacle les soirs de défaite, au moins. Les gens ne paient pas des centaines de dollars pour voir Carey Price. Ils veulent voir des buts! Et des buteurs…

Est-ce que le reset plutôt que la reconstruction était une bonne idée?

Si oui, devait-il vraiment se construire alentour des vieillissants Carey Price (gardien) et Shea Weber (défenseur), ce reset?

Si tu n’atteins pas les hauts sommets, mais que tu ne tombes pas non plus dans les hauts pourcentages à la loterie, tu fais un peu du surplace, non?

Si le Canadien ne parvient pas à redresser la barre de manière significative au cours des prochaines semaines (et des prochains mois), j’aimerais voir le club tout miser sur la sélection d’Alexis Lafrenière et repartir sur de nouvelles bases sans Price et Weber… et avec un jeune coach.

On n’est pas rendu là encore. Il y a encore matière à espérer… à être optimiste.

Mais ça va prendre un virage à 180 degrés dès demain soir!

Y croyez-vous?

PLUS DE NOUVELLES