Ron Francis a refusé d’agir contre Bill Peters malgré la pression des joueurs

La saga Bill Peters ne cesse de prendre de l’ampleur. Après avoir appris que Bill Peters avait tenu des propos racistes contre un de ses joueurs, voilà qu’un autre s’est levé pour affirmer qu’il se faisait frapper par Peters à l’époque où ce dernier travaillait en Caroline.

Tout cela a créé une onde de choc. Forcément, la ligue a lancé une enquête sur le sujet, ce qui fera en sorte que Peters ne sera pas d’office pour le match des Flames de demain.

D’ailleurs, selon un ami avocat d’Elliotte Friedman, cela pourrait avoir des répercussions légales sur le processus.

Tout ça pour dire que les joueurs savaient évidemment que toute cette situation était toxique et problématique. Un groupe fort de leaders des Hurricanes a donc décidé de débarquer dans le bureau de Ron Francis afin de l’informer de la situation.

Celui qui était alors DG de l’équipe a pris le temps d’écouter ses joueurs, mais il a choisi de ne pas agir. Il a gardé son coach en place sans rien faire.

Et selon cette journaliste sur le beat des Hurricanes, cette décision a fait des malheureux dans l’entourage de Francis. On ne sait pas qui, mais il y aurait eu du mécontentement à l’interne.

En fait, il est possible de se demander si ce n’était pas des gens hauts placés soit en Caroline, soit ailleurs. Après tout, on raconte que cette décision pourrait être à la base de son départ de la Caroline.

Rappelons que Peters a quitté peu de temps après le départ de Francis. Leur amitié semble vraiment importante.

Avec l’importance que prend ce dossier, on peut se demander si Ron Francis ne pourrait pas mettre sa nouvelle franchise dans l’embarras. Après tout, il n’a rien fait pour aider une situation innaceptable, le rendant complice en quelque sorte.

Rendu là, ce sera à la ligue de décider.

En passant, avec le nuage noir au-dessus de la tête des deux hommes, je ne crois pas que les noms de Mike Babcock et de Bill Peters circuleront pour prendre les guides de la franchise de Seattle. Quoi que…

PLUS DE NOUVELLES