Récents insuccès du CH : Martin St-Louis a lui aussi sa part de responsabilité

Mettons les choses au clair d’entrée de jeu : j’adore Martin St-Louis et je suis très heureux de l’avoir comme entraîneur à Montréal. Il a connu toute une carrière de joueur dans la LNH, et depuis son arrivée en poste, on a vu bon nombre de jeunes en ville passer à la prochaine étape de leur développement.

Je crois sincèrement qu’il est un excellent entraîneur dans le cadre d’une reconstruction.

Ceci dit, dans le cadre de l’épisode du jour de Sortie de zone, Richard Labbé a amené un point fort intéressant sur lequel j’ai eu envie de faire du chemin : St-Louis a fort possiblement une certaine part de responsabilité dans les récents insuccès de son équipe.

Avant de me jeter des roches, laissez-moi nuancer cette affirmation un brin.

Labbé explique que lorsque des équipes sont considérées comme « mal préparées », l’entraîneur est souvent celui qui est pointé du doigt. Or, depuis le début de la saison, on ne blâme que très peu St-Louis, et ce, même s’il arrive souvent que les gars sortent mous en début de match.

Ceci dit, loin de moi l’idée de dire que St-Louis est le seul responsable des récents insuccès du club. Après tout, ce n’est pas lui qui saute sur la glace : sa capacité d’influencer un match est donc forcément limitée. Et à la base, disons qu’il n’a pas un club de vedettes non plus.

Mais comme ses jeunes protégés, St-Louis est encore un jeune dans le domaine du coaching. Il a beau être le « joueur de concession » du CH selon Joël Bouchard (une analogie que j’aime bien), mais il vivra des passages à vide lui aussi.

Un peu comme Juraj Slafkovský, St-Louis doit trouver le moyen de freiner ces insuccès et d’aider son club à retrouver le chemin de la victoire. Il a de bons adjoints à ses côtés, mais encore là, ils ne sont pas forcément les plus expérimentés.

Est-ce que ça pourrait passer par un message clair envers les « passagers » qu’il a dénoncé deux fois dans les dernières semaines? Possible.

La bonne nouvelle pour St-Louis, c’est que le club n’est pas en mode « victoire à tout prix » actuellement. Un peu comme ses jeunes joueurs, l’important est qu’il apprenne durant la saison et qu’il aide ses protégés à apprendre.

Et pour cette raison, je ne pense pas que les dirigeants en sont au stade de demander des comptes à leur entraîneur.

Encore une fois, donc, je tiens à être très clair : Martin St-Louis n’est pas le seul coupable des insuccès récents de son club. Il a sa part de responsabilité pour ce qui est de s’assurer que ses gars sortent fort et pour leur offrir des concepts qui les aideront à performer match après match, mais sur le fond, c’est surtout une période d’apprentissage pour lui.

S’il parvient à aider ses gars à redevenir compétitifs comme ils l’étaient en début de saison, ce sera un bon signe. Or, jusqu’à ce que ça se produise, il doit s’ajuster un brin pour retrouver la bonne combinaison dans les circonstances.

Et j’ai la conviction qu’il y parviendra tôt ou tard.

En rafale

– C’est un autre bon point (et un problème que Martin St-Louis ne peut contrôler).

– Selon l’agent d’Alexis Lafrenière, les Rangers ont encore beaucoup d’espoir pour son client.

– J’adore.

– Jean-François Houle continue de proclamer que Rafaël Harvey-Pinard mérite un rappel avec le grand club. Je me demande si le renvoi d’Anthony Richard à Laval aide ou nuit à la cause de RHP…

– Une poursuite de 100 M$ est déposée contre l’AJLNH. [TSN]

PLUS DE NOUVELLES