Pourquoi et comment les Golden Knights sont devenus (si rapidement) les mal-aimés de la LNH?

Établis en 2017, les Golden Knights (avec le Kraken de Seattle) sont les petits nouveaux de la LNH. D’habitude, les équipes d’expansion l’ont difficile pour les quelques premières années de leur existence. Parlez-en au Wild, aux Blue Jackets et au Kraken.

Mais les Knights, eux, ont défié tous les pronostics en allant jusqu’en finale de la Coupe Stanley à leur première saison dans la LNH. Un parcours « cendrillon » de la sorte, les gens aiment ça, les partisans aiment ça, les joueurs aiment ça. C’est bon pour la ligue.

En 2018, tout le monde voulait voir Vegas soulever la Coupe Stanley. Le fait qu’Alex Ovechkin l’ait fait au lieu est bien, mais de voir une équipe d’expansion tout casser à sa première année, on ne voit pas cela tous les ans. Voilà que cinq ans plus tard, tout le monde (sauf les partisans de l’équipe, évidemment) veut voir l’équipe du Nevada perdre.

Pourquoi et comment elle est devenue si rapidement l’équipe la plus mal-aimée du circuit Bettman?

J’ai ma petite idée.

Premièrement, les Golden Knights ont mal géré des dossiers de leurs joueurs. Tout a commencé au dernier entre-saison alors que Marc-André Fleury a été traité comme de la m*rde littéralement. En tout respect envers Mikael Hakkarainen, il a été échangé aux Blackhawks contre absolument rien. Chapeau à Chicago, qui lui a très bien géré le dossier du gardien.

Par la suite, il y a eu la situation Evgenii Dadonov, où Kelly McCrimmon l’a échangé aux Ducks malgré des restrictions qui lui en empêchait.

Et finalement, Robin Lehner, le gardien numéro un de l’équipe, qui, semble-t-il, n’est pas heureux de son utilisation. Lehner se fera opérer et ratera le reste de la saison. Dans un moment crucial, Peter DeBoer devra se tourner vers Logan Thompson, un gardien qui a joué un total de 18 rencontres dans la LNH jusqu’à maintenant.

De plus, comme le souligne Ken Campbell dans son texte ci-dessous, la culture de l’équipe n’est pas aussi bonne qu’elle l’était en 2018, disons. Des joueurs qui ont permis aux Knights de croire aux grands honneurs chaque saison depuis leur existence ont été remplacés par des joueurs de haut calibre tels qu’Alex Pietrangelo et Jack Eichel. Ce sont de bons joueurs, don’t get me wrong, mais trop de vedettes dans une équipe n’est pas nécessairement optimal. Parlez-en aux Lakers de Los Angeles et aux Nets de Brooklyn dans la NBA…

Cette culture est devenue toxique. Des joueurs comme William Karlsson et Jonathan Marchessault, sans avoir été carrément tassés, ont perdu quelques responsabilités. Les joueurs de profondeur, eux, se demandent chaque jour si leur job est sécurisé.

À force de courir après les vedettes, les Knights se sont brûlés? C‘tu ça l’expression?

Jusqu’à temps qu’ils réalisent que la culture est la chose la plus importante au hockey, les Knights ne vont pas gagner. Et avec le plafond salarial qui n’augmente que d’un million de dollars l’an prochain et l’équipe toujours aux prises avec de gros contrats, on peut s’attendre à une autre saison moyenne de sa part en 2022-2023. Les autres équipes ne risquent pas vouloir les aider à se débarrasser de vilains contrats.

Ce soir, les Golden Knights pourraient officiellement être éliminés des séries. Suffi d’une défaite en prolongation/tirs de barrage, minimalement, des Stars contre les pauvres Coyotes et Vegas ratera les séries pour la première fois de son histoire. Une défaite des Knights contre les Hawks pourrait également les éliminer.

En rafale

– Julien Gauthier est dans le néant complet depuis la date limite des transactions.

– Wow.

– Haha.

– Effectivement.

– Le décès de Mike Bossy a laissé un gros vide.

PLUS DE NOUVELLES