Personnel médical du CH : ça fait des années qu’il y aurait des doutes à son sujet

C’est la nouvelle du jour au Québec : Cole Caufield, le jeune franc-tireur du Canadien, est blessé à l’épaule et se fera opérer, ce qui mettra fin à sa saison. C’est évidemment une perte titanesque pour le Canadien, qui perd son meilleur buteur et possiblement son meilleur attaquant. Bonne chance pour remplacer sa production.

C’est également un coup dur pour Caufield, qui devra signer son prochain contrat dans les mois à venir. Et ça, c’est sans compter le fait qu’il n’aura pas la chance d’atteindre le plateau des 40 buts (ou même des 50 buts) en plus de le priver de plusieurs mois de développement.

La bonne nouvelle, c’est qu’il devrait être prêt pour le début du camp d’entraînement. Tant qu’à manquer des matchs, aussi bien les rater cette année dans une saison perdue que de les rater au début de la prochaine campagne.

Ceci dit, comme le soulevait mon collègue Charles-Alexis Brisebois, ça soulève des questions sur le personnel médical de l’équipe. Après tout, c’est une deuxième année consécutive où les blessures frappent très fort et que la profondeur du club s’en retrouve très affectée.

Ce n’est peut-être pas la seule cause du problème, mais clairement, ça semble en être une.

Et dans les derniers jours, lors de la baladodiffusion Tellement hockey, Martin Leclerc y est allé d’une affirmation assez importante : ça fait déjà quelques années qu’il y aurait des doutes à travers la LNH sur le personnel médical de l’organisation montréalaise.

Selon Leclerc, qui a parlé à des gens dans le milieu, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas chez le personnel médical de l’équipe. Les blessures des gars sont parfois mal gérées (un peu comme celle de Sean Monahan) et les diagnostics ne seraient pas toujours les bons.

En fait, la situation serait si grave que les agents recommanderaient à leurs joueurs de ne pas tout dire au personnel de l’équipe (pour que ce ne soit pas retenu contre eux à long terme dans le cadre de négociations contractuelles) et d’aller chercher des avis externes pour s’assurer que les diagnostics sont les bons.

Parce que s’ils ne le font pas, les joueurs ne sont pas pris en charge adéquatement, comme semble l’affirmer cet agent (et tel que rapporté par Leclerc) :

Un agent m’a dit que s’il ne s’en était pas mêlé, son client serait encore blessé en ce moment! – Martin Leclerc

Comment expliquer ceci? Le départ de Pierre Allard, qui était une sommité dans le milieu selon ce qui se dit, semble y être pour beaucoup. Je ne sais pas si c’est la seule raison, mais ça semble en être une importante.

Bon.

Je vais essayer de me faire l’avocat du diable ici : le CH n’est pas la seule équipe qui est au cœur d’une épidémie de blessures. Une équipe comme les Canucks, par exemple, est au cœur d’un scandale pour la gestion du dossier Tanner Pearson et elle n’est assurément pas la seule qui a mal géré une blessure ou qui fait jouer un gars malgré la douleur.

C’est triste à dire, mais n’importe quelle équipe qui va en séries fait jouer des gars malgré les blessures.

Le problème, c’est lorsque la situation devient récurrente, et depuis quelques mois, c’est ce qui se passe à Montréal. Les gars aggravent leurs blessures ou s’absentent pour des durées interminables, si bien qu’on peut se demander s’il n’y a pas quelque chose qui doit changer.

Quand Kent Hughes a affirmé récemment qu’il faudra évaluer la situation du personnel médical, j’espère qu’il le pensait vraiment : ce n’est pas une chose avec laquelle on peut se permettre de tourner les coins ronds.

Je sais bien qu’il est facile de mettre le blâme sur le personnel médical, mais parfois, ils font partie du problème. Et si jamais ce que Leclerc rapporte devait être vrai, c’est une situation qui doit être rectifiée le plus rapidement possible : tu ne peux pas jouer avec la santé de tes gars.

En Rafale

– Je ne serais vraiment pas surpris de voir le CH le réclamer demain. Il faut des gars pour remplir des chandails.

– Pas une vilaine chose pour le CH.

– Nous lui souhaitons également un prompt rétablissement.

– Belle nouvelle pour le Québécois.

– Pas trop de surprise ici.

PLUS DE NOUVELLES