Marc Bergevin ne gérera pas son équipe pour perdre des matchs cette année

Depuis quelques années, on entend de plus en plus le terme tanking dans le monde du sport. En gros, il s’agit d’une technique selon laquelle une équipe qui n’est pas de calibre pour prétendre au titre de son sport (ou même aux séries) déciderait de perdre volontairement ses matchs dans le but de s’assurer un meilleur choix au prochain repêchage.

Ça impliquerait que les athlètes pilent sur leur orgueil et que des dirigeants laissent ça passer, ce qui fait en sorte qu’il y a bon nombre de sceptiques, mais c’est une partie intégrante de la technique.

Pour les équipes qui sont au cœur d’une reconstruction, ça a ses avantages. On peut ainsi s’assurer d’un choix plus élevé au repêchage pour choisir l’espoir qui viendra (dans un monde idéal) relancer l’organisation.

Mais malgré tout, Marc Bergevin est bien clair : reconstruction ou pas, il n’aura pas recours au tanking, une technique qu’il juge être « de la folie ».

Comme Bergevin le dit, il est rare de voir un joueur de la trempe de Connor McDavid ou de Sidney Crosby être disponible. Ainsi, ça ne vaut pas la peine de perdre volontairement des matchs (une technique qui a également des impacts sur la crédibilité de l’organisation, entre autres) pour la science inexacte qu’est le repêchage.

Un autre aspect du tanking réside dans le fait de donner beaucoup de temps de jeu aux jeunes joueurs pour leur permettre d’apprendre sur le tas dans la LNH. Malgré tout, Bergevin est clair : il ne forcera pas la main de son personnel d’entraîneurs pour donner du temps de jeu aux jeunes joueurs de l’équipe. Ces derniers devront le mériter et prouver qu’ils offrent une meilleure chance au CH de perdre gagner un match que leurs coéquipiers.

Le DG du Canadien, qui poursuivait sa tournée médiatique aujourd’hui, a également affirmé à Jean-François Chaumont qu’il n’a eu aucune indication qui le laisse croire qu’il n’a plus carte blanche au niveau des opérations hockey du Canadien. Il se sent donc libre de procéder à des transactions (même s’il affirme que les grosses transactions ne se font souvent pas dans la saison).

Reste que Bergevin ne bougera pas seulement dans le but de bouger. S’il conclut une transaction, ce sera pour faire du Tricolore une meilleure équipe qu’elle ne l’est présentement, et non pour faire une « transaction latérale ». Reste que si le CH ne se replace pas, échanger un gars comme Ben Chiarot pour un choix (de première ronde?) pourrait améliorer l’équipe à long terme.

Questionné sur son avenir, il a également répondu qu’il aime le Canadien mais qu’il ne sait pas ce que le futur lui réserve. Il affirme toutefois que sa relation avec Geoff Molson est toujours bonne. Il ajoute ne pas lui en vouloir le moindrement de ne pas avoir réglé sa situation contractuelle avant le début de la saison.

Il affirme également qu’il n’a aucune idée du moment où Carey Price sera de retour, mais que le plus important est de s’assurer qu’il soit à 100 %. Totalement d’accord sur ce point-là.

Bref, Bergevin continue de parler aux médias et de discuter d’une panoplie de sujets. Il a également abordé le cas de Cole Caufield plus tôt aujourd’hui, affirmant qu’il était possible qu’il retourne à Laval d’ici quelques semaines.

Notons qu’il a également offert une entrevue à TVA Sports et au 98,5 FM, qui seront toutes les deux diffusées avant la rencontre de ce soir.

En rafale

– Brendan Gallagher joue mieux que son nombre de buts ne l’indique. Il est le quatrième joueur le plus malchanceux de la LNH selon le nombre de buts inscrits au-dessus de ce qui est attendu de lui (dans son cas, il est dans le négatif).

– Faux positif dans le cas de Mika Zibanejad. Il sera donc en uniforme demain.

– Kyle Beach s’illustre à son premier match après avoir dévoilé son identité dans le scandale des Blackhawks. C’est beau de voir ça!

– On peut le comprendre.

– Bonne nouvelle.

– Les Mets seront à surveiller.

PLUS DE NOUVELLES