Marc Bergevin aimait (tenter de) contrôler les médias

Il y a deux semaines, les Canucks ont soulevé l’étonnement de plusieurs lorsque des informations voulant qu’ils aient demandé aux médias couvrant les activités de l’équipe d’être moins (ou pas du tout) négatifs.

Certains chroniqueurs ont dit tout haut ce que plusieurs pensaient tout bas : ne te plains pas de la couverture négative si ça fait huit ans que tu perds plus que tu gagnes.

Heureusement que toute cette controverse se passait à Vancouver, et non à Montréal, s’est-on dit…

Or, hier soir, Mario Langlois a raconté lors de l’émission de fin de soirée Bonsoir les sportifs, après le hockey que Marc Bergevin l’avait boudé pendant un an suite à l’une de ses sorties.

Langlois a aussi avoué qu’il avait été témoin de pressions négatives de la part de Marc Bergevin envers certains membres des médias qu’il n’aimait pas (ou dont il n’aimait pas le travail). Rappelons que le 98,5 FM est en partenariat direct avec le Canadien.

Bref, Marc Bergevin, tout comme à peu près n’importe quel gestionnaire (ou même entraîneur, propriétaire, joueur, etc.) dans la LNH n’aime pas les couvertures négatives à son égard ou à l’égard de son travail. Ceci dit, il aurait – si l’on se fit aux dires de Mario Langlois – déjà été jusqu’à tenter d’influencer la couverture à l’endroit de son équipe.

Il n’est pas le seul!

On m’a déjà raconté comment des membres du CH ou des promoteurs de boxe sont débarqués dans les bureaux d’un média québécois afin de faire part de leur mécontentement envers l’un de leurs employés.

Réjean Tremblay écrivait ce matin dans le JDM que le rôle qu’ont tenu Donald Beauchamp, Dominick Saillant et plus récemment Paul Wilson était extrêmement exigeant.

Tu dois tenter de faire le pont entre un propriétaire et une direction qui ne veut pas dire grand chose… et des médias qui sont toujours à la recherche d’une bonne histoire, d’une info supplémentaire. Tu dois tenter de plaire à tes patrons, mais aussi à tes partenaires commerciaux, tes médias affiliés et tes commanditaires.

Les plus « fermés » avaient toujours été Bob Gainey et Pierre Gauthier, selon le Parrain. Gauthier était un vrai paranoïaque avec les médias, selon lui…

Mais quand Marc Bergevin est débarqué à Montréal, c’était encore pire (toujours selon le Parrain). Et la COVID-19 n’a rien fait pour aider…

La bonne nouvelle, s’il y en a une, c’est que Geoff Molson a confié hier vouloir voir son organisation mieux dealer avec les membres des médias. Il souhaite mettre en place un système plus transparent et plus accessible.

Est-ce que ce sera vraiment le cas? Qui sera en charge de faire le pont entre l’organisation et les médias dans le futur?

À noter que Paul Wilson, le VP communications congédié avec Marc Bergevin et Trevor Timmins durant le weekend, n’était semble-t-il pas un grand adepte de la transparence. Son nom est lié au CF Montréal depuis quelques semaines (présidence). Je suis convaincu que sa candidature a de quoi intéresser Joey Saputo. Mais le Club de Foot prendrait-il vraiment la meilleure direction possible en embauchant Paul Wilson à titre de président de l’organisation? Je vous pose la question…

À noter que je ne connais pas personnellement Paul Wilson. On m’en a dit beaucoup de bien, mais ce dont le CF a le plus besoin en ce moment, c’est d’un homme qui rebâtira le pont entre le club et ses médias/partisans. Est-ce que Paul Wilson est cet homme?

PLUS DE NOUVELLES