Le Canadien avait peur que Martin St-Louis se fasse engager ailleurs

Kent Hughes était de passage au podcast intitulé « The Raw Knuckles » animé par Chris Nilan. L’entretien de plus d’une heure et demi entre les deux hommes nous a permis d’apprendre plusieurs choses, autant sur la carrière d’agent de Hughes que sa (nouvelle) carrière de directeur général.

Juste avant de continuer, je vous laisse le lien YouTube du podcast si jamais vous avez envie d’aller l’écouter. Je vous le conseille :

Un élément intéressant m’a sauté aux yeux lorsque Hughes a parlé du processus d’embauche de Martin St-Louis. Il a d’abord confié que c’était lui qui avait proposé à Jeff Gorton de l’embaucher en raison des connaissances hockey de St-Louis et qu’il voulait vraiment lui donner la chance de se faire valoir derrière le banc de l’équipe.

Or, Hughes a déclaré qu’il a pratiquement insisté pour engager l’ancien joueur étoile de la LNH puisque selon lui, si le Canadien attendait jusqu’à la fin de l’année avant de lui proposer un emploi, une autre équipe allait le faire. On voulait vraiment que St-Louis vienne à Montréal et on ne voulait pas prendre la chance de le « perdre » pour absolument rien.

On sait à quel point Hughes, Gorton et St-Louis sont proches puisqu’ils se sont côtoyés à plusieurs niveaux dans les dernières années. Rappelons également qu’à l’époque où Gorton était à New York, il avait proposé à Martin une job avec le club-école des Rangers. Ce dernier n’avait pas accepté à ce moment puisqu’il voulait attendre que ses enfants soient partis de la maison familiale. S’il acceptait une job de coach, c’était pour diriger une équipe de la LNH. Rien de moins.

Donc, l’intérêt envers St-Louis était présent depuis déjà quelques années. Ce n’est pas pour rien que le Canadien (avant même que Gorton et Hughes soient engagés) lui avait offert un poste d’entraîneur adjoint à Dominique Ducharme.

Hughes, en parlant de sa relation avec ses homologues (Gorton et St-Louis), affirme que c’est comme s’ils vivaient une bachelor life présentement, comme s’ils étaient à l’université. Le fait que leurs femmes soient restées aux États-Unis leur donne « plus de liberté » et les boys en profitent régulièrement pour aller manger ensemble.

Ils s’entendent bien, visiblement, et cela facilite le travail des gars. C’est cool, d’ailleurs, de voir qu’ils semblent avoir beaucoup de plaisir ensemble.

J’ai également retenu d’autres points du passage de Hughes au podcast et j’aimerais vous les partager. Les voici, en rafale.

1. Hughes est revenu sur les commentaires de Jeff Gorton à l’endroit de Kirby Dach et a pratiquement affirmé la même chose que son collègue. Le plan à long terme est toujours de le faire jouer au centre, même si ça se passe très bien présentement aux côtés de Nick Suzuki et Cole Caufield.

2. Avant même que la saison commence, Hughes a pris le temps de s’asseoir avec Jonathan Drouin pour lui parler de l’année qui s’en venait. Le DG lui a simplement dit de s’amuser cette année, pour le bien du joueur.

3. Le DG a fait son petit comique en parlant de John Sedgwick, le gars qui s’occupe de gérer la masse salariale. Hughes le surnomme « Gray Sedgwick » parce qu’avec lui, il n’y a jamais de réponse claire avec lui. Et il s’est trouvé drôle en affirmant cela, hehe.

4. En parlant de sa carrière d’agent, Hughes s’est ouvert sur les négociations de contrat qu’il avait eu avec Patrice Bergeron, son client à l’époque. Hughes affirme que le capitaine des Bruins insistait afin de prendre une coupure salariale pour que les Bruins puissent manœuvrer à leur guise afin d’améliorer l’équipe. Parle-moi d’un vrai capitaine!

On le dit souvent depuis l’embauche de Chantal Machabée à titre de vice-présidente des communications, mais il est cool de voir que les dirigeants du CH accordent une telle importante à des entrevues comme celles-là. Jeff Gorton était notamment de passage au podcast de Tony Marinaro plus tôt cette semaine.

Ça nous permet surtout d’en apprendre davantage sur les gars et cela aide la relation avec les partisans.

En rafale

– Ce n’est pas comme si les Sharks étaient dominants non plus…

– Une belle anecdote concernant Joe Juneau.

– Ça ne date pas d’hier non plus.

– Mauvaise nouvelle pour les Sénégalais.

– L’aimez-vous?

PLUS DE NOUVELLES