Juraj Slafkovsky au Championnat mondial junior : oui ou non?

Le Championnat mondial junior approche lentement, mais sûrement. On aura, comme d’habitude, la chance de voir en œuvre les meilleurs espoirs de la Ligue nationale de hockey.

Le Canadien de Montréal, garni d’une très belle banque d’espoir, devrait y être assez bien représenté. On parle d’environ huit gars qui pourraient faire partie du tournoi, un nombre qui n’a jamais été vu auparavant tel que l’a mentionné Mathias Brunet dans l’un de ses récents papiers. 

J’y reviendrai un peu plus tard. 

Or, on pourrait en ajouter un neuvième dans l’optique où le Canadien décide de céder Juraj Slafkovsky à la Slovaquie. Il ne faut pas nécessairement s’attendre à ce que ce soit le cas puisqu’en général, les clubs de la LNH sont sceptiques à l’idée d’envoyer leurs jeunes (déjà présents au sein de la formation) au tournoi en raison des risques de blessures.

On n’a qu’à penser à Kirby Dach, qui avait eu l’autorisation des Blackhawks pour prendre part au tournoi… et qui avait ensuite subi une blessure importante au poignet qui l’avait tenu à l’écart pendant des mois. Ce n’est pas idéal pour un jeune, ça.

Ceci dit, Slaf jouerait évidemment un grand rôle pour son pays et c’est là que ça devient intéressant. Il aurait l’occasion d’avoir énormément de temps de glace, de grosses responsabilités et pourrait revenir à Montréal en confiance s’il parvenait à bien performer lors du mondial.

Mais, en a-t-il vraiment besoin? C’est ça la question qu’on doit se poser.

Présentement, le jeune évolue sur la quatrième ligne à Montréal et démontre une très belle progression depuis le début de la saison. Il s’améliore match après match et devient de plus en l’aise sur les patinoires nord-américaines. Le fait de le voir s’améliorer avec le grand club pourrait peser dans la balance de la décision de Kent Hughes et ses collègues, ceci étant dit.

Le Canadien décidera-t-il de l’envoyer pour qu’il s’amuse, ou l’organisation va préférer le garder dans ses rangs pour la période des Fêtes?

Owen Beck, Joshua Roy et Riley Kidney ont tous de bonnes chances de faire l’alignement de l’équipe canadienne. Surtout avec le début de saison qu’ils connaissent respectivement dans le junior.

Si on reste du côté de l’unifolié, le nom de Logan Mailloux n’est pas à oublier. La délégation canadienne prendra-t-elle la décision de le sélectionner, malgré le geste qu’il a commis en 2018? Parce qu’au niveau talent, il mérite sa place.

Lane Hutson, lui, devrait se tailler un poste avec l’équipe américaine. Il sera probablement LE joueur du Canadien à surveiller lors de la prochaine édition en raison du hype qui l’entoure depuis sa sélection au dernier repêchage de la LNH.

Oliver Kapanen (Finlande), Adam Engström (Suède), Vinzenz Rohrer (Allemagne) et Filip Mesar (Slovaquie) complètent la liste. Ah, et ça, c’est sans parler de la possibilité de voir Slafkovsky être prêté à son pays par le CH.

Il s’agit donc d’une belle visibilité pour le Canadien et c’est ce qui nous dit que l’avenir est rose à Montréal. Le club compte sur plusieurs joueurs de talent dans sa banque d’espoirs et ça paraît lorsqu’on regarde les noms qui pourraient participer au prochain Championnat mondial junior.

En rafale

– Pour une belle cause.

Les boysss! 

– Si la mairesse le dit…

– Je dois mettre mes mains sur ce livre.

– Bon, ça repart de plus belle.

PLUS DE NOUVELLES