Josh Anderson cadre-t-il dans le style de jeu de Martin St-Louis?

Depuis que Josh Anderson s’est amené à Montréal en provenance des Blue Jackets de Columbus, il est constamment au centre de grosses discussions.

En effet, l’attaquant de puissance du CH fait toujours parler de lui, que ce soit en bien ou en mal.

Parfois, on parle de lui comme étant un des joueurs préférés des partisans, alors que d’autres jours, une grande partie des partisans serait prête à l’échanger pour un gros retour.

Il est donc difficile d’avoir une opinion fixe sur le numéro 17 du CH.

Pourquoi?

Parce qu’il a un style de jeu unique qui l’avantage, mais qui le désavantage également en même temps.

C’est un attaquant de puissance rapide qui joue gros et qui a un bon tir, avec cependant, une vision tunnel.

En effet, c’est ce qui est critiqué dans le jeu d’Anderson.

Sa vision du jeu assez limitée.

Le numéro 17 du CH a un style de jeu très nord-sud qui amène parfois à de magnifiques séquences, mais qui tue parfois dans l’œuf d’autres très belles opportunités et séquences.

Eh bien, cette saison, clairement, on remarque que le style de jeu d’Anderson ne cadre pas avec celui de l’entraîneur-chef, Martin St-Louis.

En effet, on l’observe tous que cette saison, Anderson se démarque beaucoup moins par des montées spectaculaires typiques à son style de jeu.

On voit qu’il travaille fort et qu’il se démène lorsqu’il est sur la glace, mais il semble toujours inconfortable.

Bref, il ne joue pas comme le joueur qui était tant convoité l’été dernier. Comme s’il ne parvenait plus s’illustrer par son style de jeu unique.

St-Louis a lui-même affirmé à quelques reprises lors de ses points de presse qu’Anderson doit trouver le moyen de doser sa vitesse et sa puissance pour rendre son jeu plus efficace.

Josh a beaucoup de vitesse. Toutefois, t’as pas besoin d’aller à 100 km/h à chaque présence pour te démarquer, parce que sinon des fois, tu vas manquer la sortie. – Martin St-Louis

On comprend donc que l’entraîneur-chef tente de faire d’Anderson un joueur plus complet.

Est-ce que cela explique pourquoi Anderson semble jouer différemment cette saison?

Ça se peut. Anderson est peut-être en mode adaptation afin de peaufiner son jeu et le rendre plus complet, ce qui explique ses performances assez neutres.

Cela a donc mené Marc Dumont, ancien employé du Canadien de Montréal et désormais chroniqueur pour le site Montreal Hockey Now, à se demander, dans un de ses récents articles, si ce clash de style de jeu entre Anderson et St-Louis devrait pousser le CH à prendre les appels des autres équipes pour une éventuelle transaction dans le cas d’Anderson.

Et quand on y pense sérieusement, ce ne serait pas fou du tout de penser à échanger Anderson.

Je m’explique selon ce que Marc Dumont a spécifié dans son article.

À 28 ans, c’est là qu’Anderson devrait réellement prendre son envol et connaître ses meilleures saisons en termes de production.

Cependant, depuis le début de la saison, c’est plutôt le contraire : Anderson semble avoir déjà commencé à ralentir.

Je le sais, il n’y a que 14 matchs de joués, et il ne faut donc pas s’inquiéter trop encore, mais cela demeure tout de même préoccupant.

Avec un contrat d’une valeur annuelle de 5.5M$ par année pour encore cinq années en comptant la présente saison, si Anderson commence déjà à ralentir, ce contrat pourrait rapidement devenir un énorme fardeau qui ne sera pas échangeable.

Donc, si Kent Hughes ne veut pas que cela arrive, il se doit de prendre les appels des équipes intéressées afin de voir si une bonne offre pourrait envoyer Anderson sous d’autres cieux.

On se rappelle que l’attaquant de puissance avait une valeur très élevée cet été, mais que Kent Hughes a préféré le garder.

Est-ce que la valeur d’Anderson est encore aussi haute?

Probablement pas, mais elle est sûrement encore assez bonne.

C’est donc un dossier qui reste à suivre.

Rappelons que le numéro 17 du CH devrait être de retour au jeu ce soir après avoir purgé sa suspension de deux matchs.

Il avait d’ailleurs critiqué le fait que les joueurs de Vegas ayant répliqué n’avaient eu aucune sanction.

En Rafale

– Il continue d’impressionner.

– Voici un de ses buts spectaculaires.

– À suivre.

– Cole Caufield était à l’usine de fabrication Bauer de Blainville hier. [Hockey Le Magazine]

– À lire.

PLUS DE NOUVELLES