Joël Bouchard est tombé en amour avec Kaiden Guhle

Joël Bouchard a dirigé le Rocket de Laval pendant trois saisons. Au passage, il aura cumulé une fiche de 83–67–24, ce qui n’est pas nécessairement mauvais lorsqu’on y pense.

Le Québécois a ensuite quitté l’organisation du Canadien pour se joindre à celle des Ducks, où il a coaché les Gulls de San Diego l’an dernier. On a toutefois été un brin surpris le 11 mai dernier, lorsqu’il s’est fait congédier par la haute direction à Anaheim.

Mais, avant tout ça, Bouchard était un adepte du junior. Il a passé trois ans derrière le banc du Junior de Montréal et de l’Armada de Blainville-Boisbriand à titre d’entraîneur-adjoint, avant de devenir le pilote de l’Armada en 2014-2015 (en plus d’occuper la tâche de directeur général avec l’équipe).

Des rôles qu’il a gardés pendant quatre ans, justement avant de se joindre au Rocket en 2018. Notons qu’il a également été DG d’Équipe Canada junior, une autre preuve qu’il connaissait bien les jeunes joueurs.

Étant DG et coach en chef, Bouchard a eu l’occasion de contrôler bien des choses lors de son passage avec l’Armada. Il était l’homme en charge de pratiquement toutes les opérations hockey du club, ce qui a évidemment changé lorsqu’il a fait le saut chez les professionnels.

Or, même lorsqu’il était entraîneur à Laval, Joël continuait de s’intéresser aux espoirs de la LNH. Il en surveillait quelques-uns de près et est tombé en amour avec Kaiden Guhle en raison de ses qualités sur la patinoire.

Il savait donc à ce moment-là que Guhle allait devenir un joueur spécial dans le futur et espérait que le Canadien le sélectionne au repêchage de 2020… même s’il n’en a jamais parlé avec la haute direction du CH.

Le gars que je voulais, sans même en avoir parlé avec les Canadiens, c’était Guhle. – Joël Bouchard

Il en a jasé aujourd’hui au nouveau podcast de la Poche Bleue le midi animé par Stéphane Gonzalez.

Ce qui m’a frappé dans tout ça est le fait qu’il n’en a jamais parlé avec l’organisation.

Comment se fait-il qu’un entraîneur de la LAH (une ligue de développement, je rappelle) n’a pas eu une opinion à partager dans la sélection de Guhle? Je le répète : Joël Bouchard connaissait très bien le hockey junior. 

On jase, là… Mais est-ce l’une des raisons qui peut expliquer son départ? Le fait qu’il était habitué à tout gérer dans le junior et qu’en haut, il n’avait aucun contrôle sur les intentions de l’équipe?

Rappelons qu’au final, Bouchard a eu l’occasion de diriger Kaiden Guhle lors de la saison de la pandémie, alors que le jeune avait disputé trois matchs avec le Rocket. Et dans cet échantillon de trois matchs-là, Guhle avait été le meilleur défenseur de la formation.

Il a eu raison de l’aimer, donc.

Notons également que Joël Bouchard adore les jeunes du CH présentement, et qu’il n’avait jamais vu autant de talent au tournoi des recrues.

En rafale

– Disons qu’il est déjà sous le « spotlight » depuis un bout…

– Rappelons qu’il a signé un contrat à Toronto.

– Beau geste de l’ancien des Nordiques.

– Je lui souhaite.

– Tu parles d’une nouvelle.

PLUS DE NOUVELLES