Jean-Charles Lajoie veut voir Patrick Roy devenir l’entraîneur des Sénateurs

Chez les Sénateurs d’Ottawa, le bateau est en train de prendre l’eau. Le club ottavien ne répond pas aux attentes en ce début de saison et on se demande déjà s’il est trop tard pour lui.

Et ce n’est pas qu’une victoire contre les Sabres qui suffira à nous convaincre du contraire. Ça va en prendre plus que ça puisqu’il est vrai qu’un club qui a autant de retard après plus d’un mois d’activités a normalement de la difficulté à revenir de l’arrière.

(Crédit: NHL.com)

Mais pourtant, à chaque fois que le DG Pierre Dorion est questionné sur le sujet, il ne cesse de répondre que DJ Smith est l’homme de confiance et que le problème vient d’ailleurs.

Est-ce que ce sont des paroles sincères ou un baiser de la mort? Qui sait.

Ceci dit, dans un tel cas, il est impossible d’empêcher la machine à rumeurs de rouler et clairement, certains noms vont ressortir pour tenter de fixer le problème du club.

Parmi ceux-ci? Claude Julien, dont le lien de confiance avec Dorion ne peut pas nuire.

C’est d’ailleurs un nom que Denis Coderre a soulevé hier matin dans sa chronique quotidienne avec Jean-Charles Lajoie. À ses yeux, il est très possible que l’ancien du CH, des Bruins et des Devils prenne place.

Mais JiC, lui, a choisi de soulever la possibilité de voir Patrick Roy prendre la barre des Sens. Il aimerait qu’un gars comme lui vienne mettre de l’ordre dans la cabane, comme on dit.

Il est clair que d’avoir un Roy dans la capitale aiderait aussi à la vente de billets, un enjeu important là-bas.

Lajoie aimerait voir Benoit Groulx et Louis Robitaille, deux gars qui sont des figures importantes pour le hockey dans la région d’Ottawa/Gatineau, venir épauler un gars comme Patrick Roy.

On s’entend que l’ancien gardien du CH, qui voulait vraiment revenir dans le giron du Canadien, serait une figure imposante à Ottawa et cela attirerait l’attention sur les Sens par la force des choses.

Rappelons que Roy a été l’entraîneur de l’Avalanche de 2013 à 2016, mais qu’il a quitté d’une manière qui a laissé des traces. Il a cependant, au cours de son passage, travaillé avec les jeunes du Colorado et avait gagné un Jack Adams au passage.

Celui qui a principalement fait carrière dans le junior depuis sa retraite aurait-il ce qu’il faut pour mener les jeunes Sénateurs à bon port? Pierre Dorion pourrait-il lui laisser assez de liberté?

Rappelons qu’il y a quelques années, c’est Patrick Roy lui-même qui avait contacté les Sénateurs pour une entrevue afin de décrocher le poste d’entraîneur, qui a finalement été offert à DJ Smith.

En rafale

– Il ne faut pas abandonner trop rapidement.

– Que faire avec lui?

– Pas le choix.

– Au moins, il y a une bonne nouvelle à Laval.

– La question à 1000 piasses.

PLUS DE NOUVELLES