Excursion au cœur des négociations entre Gallagher et le Canadien

Aux yeux de certains, Brendan Gallagher a signé un trop gros contrat. Des gens avancent qu’il aurait dû accepter un salaire de moins de 6 millions $ ou seulement 4 ou 5 ans, pas 6.

Ces gens se basent sur ce qu’ils auraient voulu pour défendre de telles choses. Pas sur le marché, sa valeur et ses comparables.

Oui, la pandémie a fait en sorte que l’offre (pour les joueurs) a augmenté et la demande, diminuer…

Et oui, certains joueurs ont dû accepter moins d’argent qu’ils croyaient pouvoir aller chercher avant le mois de mars dernier.

Mais les bons joueurs, les vrais leaders, ils sont parvenus à aller chercher de gros dollars. Parlez-en à Alex Pietrangelo, Josh Anderson et Torey Krug.

Brendan Gallagher fait partie de ce groupe-là. Quand tu es le cinquième meilleur buteur à forces égales (derrière des joueurs de concession) depuis trois ans et que tu es un aussi bon guerrier que Gallagher, tu es en mesure de faire sauter la banque. Pandémie ou pas.

Est-ce que quelqu’un doute encore que Brendan Gallagher mérite son contrat? 🤔

Publié par HABSolumentFan sur Vendredi 16 octobre 2020

On m’a raconté durant le weekend comment s’étaient réellement déroulées les négociations entre Marc Bergevin. Laissez-moi vous raconter. Vous serez encore plus fans de Gallagher qu’avant.

Gerry Johansson, l’agent de Brendan Gallagher, était parvenu à obtenir cette offre de 6 ans à 6,5 millions $ par saison de Marc Bergevin. Mais puisqu’il représentait un client spécial et qu’il avait confiance en lui, il était persuadé qu’avec un peu de patience et quelques tactiques de négociation, il allait pouvoir aller chercher plus d’argent lors de son prochain contrat. Surtout que Gallagher a joué les dernières saisons avec un contrat rabais.

Avec la conjoncture actuelle et les nouveaux ajouts, Marc Bergevin n’était pas capable d’aller plus haut que ça et c’est pourquoi les négociations ont été rompues mardi dernier.

Lorsque l’agent de Gallagher a lancé ça dans les médias, il savait très bien qu’il allait soulever les passions et que ça allait faire augmenter la valeur de son client… que ça allait mettre de la pression sur le DG du CH.

Depuis, plusieurs insiders ont laissé sous-entendre que Marc Bergevin – peut-être influencé par Geoff Molson – a accepté d’ajouter une année et/ou quelques centaines de dollars à son offre la plus récente… mais ce n’est pas ce qui s’est passé.

Selon une excellente source, Gallagher a tout simplement rappelé son agent – qui ne le tenait pas informé des dénouements chaque minute – pour lui dire d’accepter la plus récente offre du Canadien. Johansson a tenté de lui faire comprendre qu’avec un peu de patience, il allait être en mesure d’aller lui chercher une meilleure offre encore. Johansson, comme tout bon agent, a toujours cet objectif-là en tête.

Mais Gallagher lui a répété d’accepter l’offre. C’est alors que Gerry Johansson a rappelé Marc Bergevin et que le tout s’est réglé en 20 minutes.

Et c’est pourquoi Marc Bergevin a démontré (de façon très émotive) autant de respect envers Gallagher lors de son point de presse le lendemain.

Ma source m’a confié que Gallagher était une personne humble, unique et très respectueuse. Il est extrêmement loyal ce qui, dans la nouvelle LNH, est plutôt rare. #RememberRadulov

Il n’est pas compliqué, il est toujours joyeux, il ne blâme jamais les autres et il donne toujours son 100 %.

Gallagher se considère extrêmement chanceux d’avoir empoché autant d’argent depuis le début de sa carrière et il voulait d’abord et avant tout rester un Canadien de Montréal. Il adore la ville, les partisans et la langue française. Il ne voulait en aucun cas essayer d’obtenir plus d’argent et ainsi risquer de peut-être devoir quitter l’organisation. Gallagher est heureux et conscient qu’il ne pourra même pas dépenser tout cet argent-là durant sa vie.

Johansson aurait tenté de lui faire comprendre qu’aux yeux de l’Association des joueurs, un agent libre sans restriction de son calibre devrait tout faire pour aller chercher plus d’argent… que s’il ne le fait pas, il (Johansson) se fera peut-être taper sur les doigts par d’autres agents…

Le petit #11 aurait tout simplement répondu qu’il n’en avait rien à f*****, qu’il adorait les partisans montréalais, car ils ont la même passion que lui et qu’il ne voulait pas les quitter.

Brendan Gallagher méritait déjà tout notre respect… mais il le mérite encore plus désormais. Oui, il risque de jouer toute sa carrière dans le même uniforme, ce qui est très rare de nos jours. Que j’en vois un dire qu’il n’a pas l’attitude parfaite, ce gars-là.

C’est rare, mais il a clairement accepté moins d’argent pour demeurer à Montréal. Ça fait différent de l’inverse…

Rester au Québec était primordial pour Gallagher, y’a pas à dire.

Je me demande s’il sera le dernier à porter le #11 à Montréal… #Retiré?

En rafale

– Saison (malheureusement) terminée pour Lassi Lappalainen?

– Kotkaniemi dans ses nouvelles (anciennes) couleurs.

– Tyson Jost n’est pas passé à la banque.

– Texte intéressant sur la place du Canadien dans les médias. #Stratégies

– Les Stars de Dallas ont dû à nouveau mettre à pied des employés. [NHLTR]

– Des cas en arbitrage devraient être entendus cette semaine dans la LNH. [HockeyFeed]

PLUS DE NOUVELLES