Contrat de Jake Allen : le CH et le gardien ne s’entendraient pas sur le nombre d’années

Dans les derniers jours, je l’ai dit et je l’ai répété : le Canadien doit faire en sorte de conserver les services de Jake Allen pour encore un petit bout de temps. Après tout, si Kent Hughes devait l’échanger, il le regretterait.

Il tenterait rapidement, dans les faits, de trouver le nouveau Jake Allen.

Voilà pourquoi, en ce moment, le CH négocie (pas de conditionnel puisque Jake Allen l’a confirmé hier) avec son gardien pour voir s’il y a possibilité de prolonger son contrat.

Parce que, dans les faits, en ce moment, le CH aimerait voir s’il a l’option de le faire.

Est-ce que cela va assurément se faire? Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que le gardien semble aimer sa situation à Montréal et le Canadien semble aimer compter sur lui.

Et dans le dossier, Marc-Antoine Godin et Arpon Basu ont apporté des détails intéressants dans leur dernier papier.

D’abord, même si le CH ne voit pas Allen comme un grand gardien #1, il a besoin de lui en ce moment ET il n’a pas besoin d’un grand gardien #1 pour les prochaines années.

Ce dont le CH a besoin, c’est d’un gars qui va épauler les Samuel Montembeault et Cayden Primeau de ce monde puisque Carey Price, même s’il souhaite être en état de revenir un jour, ne devrait plus pouvoir le faire.

Dans les faits, comme l’ont écrit les journalistes, un gardien à la Jake Allen ne rapporte pas non plus forcément la lune à la date limite des transactions quand on regarde les comparables.

Bref, c’est un cas classique du gars dont la meilleure valeur d’usage est au sein de son club actuel.

C’est pour ça que le CH négocie avec Allen en ce moment… et une chance que le club s’y prend d’avance puisqu’il y aurait un désaccord en ce moment concernant le nombre d’années d’une potentielle prolongation de contrat.

Selon The Athletic, c’est la durée du contrat qui pose problème en ce moment.

Mais rien n’est coulé dans le béton, car si le Canadien est à l’aise de lui offrir une nouvelle entente de deux ans, aller au-delà de cette durée devient beaucoup plus délicat.

Et selon ce qu’on comprend, c’est la durée du contrat qui est le litige pour l’instant. – Marc-Antoine Godin et Arpon Basu

Ce que j’en comprends, c’est que le CH aimerait s’assurer de ses services jusqu’en 2025, mais que le gardien aimerait avoir plus d’années à son contrat. C’est du moins ma lecture de la situation.

Il est vrai qu’avoir Allen sous contrat jusqu’en 2026 (son contrat actuel se termine en 2023) serait un risque. Mais ce que le CH doit calculer, c’est de savoir s’il est plus risqué de le perdre en 2023 que de l’avoir en 2026. À mes yeux, elle est là, la question.

En rafale

– À surveiller.

– Bonne fête, Théo.

– Absolument.

– Bonne question.

– Avec raison.

– Avis aux amateurs du CF Montréal.

PLUS DE NOUVELLES