Chantal Machabée, signe de renouveau dans l’organisation du Canadien

Ce n’est pas un secret pour personne, le Canadien de Montréal est en train de se reconstruire. Que ce soit sur la glace ou à l’extérieur, un vent de renouveau souffle sur l’organisation.

La première brique de ce processus a été placée l’automne dernier lors du congédiement de Marc Bergevin et de l’embauche de Jeff Gorton. 

Mais un autre embauche de Geoff Molson s’est avérée tout aussi importante et il s’agit de celle de Chantal Machabée à titre de vice-présidente, communications hockey. 

Hier, de passage au micro de Patrick Lagacé, sur les ondes du 98,5 FM, elle a effectué un bilan de sa première saison dans ce poste.

Depuis l’arrivée de l’ancienne journaliste de RDS avec le Tricolore, on sent que l’approche avec les médias et les partisans est complètement différente. Il y a beaucoup plus d’ouverture et de désir de communiquer et tout le monde y sort gagnant.

Un exemple serait que les joueurs sont désormais beaucoup plus encouragés à parler et à montrer leur personnalité lorsqu’ils sont devant un micro. Celle qui a animé le premier bulletin Sports 30 a expliqué sa façon de voir les choses:

Tu (les joueurs) peux t’exprimer, tes un gars intelligent, éduqué. Tu peux t’exprimer sans « sacrer personne en dessous du bus ». Il y a une façon intelligente de le faire.

Elle explique que sous l’ancienne administration, les joueurs n’étaient pas « briefés » avant qu’ils s’adressent aux médias. Ils étaient un peu laissés à eux-mêmes. En tant qu’ancienne journaliste, elle est désormais capable de leur dire exactement à quoi s’attendre en leur donnant à l’avance des questions qui pourraient être posées.

C’est entre autres pourquoi des joueurs comme Cole Caufield semblent si libres et à l’aise lorsqu’ils sont au podium. 

Elle a aussi expliqué avoir adoré l’itervention de Jean-Sébastien Dea jeudi. Elle dit apprécier quand les joueurs s’expriment du fond du cœur de la sorte.

Même si son poste est lié aux communications, Machabée explique qu’elle a aussi son mot à dire dans les opérations hockey. De par l’image qu’un joueur représente, elle peut donner son opinion sur les conséquences possibles.

Au repêchage l’an dernier, elle aurait certainement été d’une précieuse aide en ce qui a trait à la sélection de Logan Mailloux…

Donc Jeff Gorton et Kent Hughes lui demandent souvent ce qu’elle pense avant d’officialiser le tout. Puisque cela parait un peu abstrait, Machabée a donné un exemple concret:

Ils étaient en train de travailler sur une transaction et il y avait un joueur impliqué dans cet échangé dont ils m’ont dit qu’ils ne savaient pas trop ce qu’ils allaient faire avec. J’ai levé ma main et j’ai dit que je le connais et que s’il venait à Montréal il allait devoir jouer. S’il n’était que de passage, ça ne passerait pas.

Depuis son arrivée en poste, on voit à quel point c’est une personne dédiée qui a l’organisation à cœur. Elle veut redorer du Tricolore.

Ma loyauté est envers le Canadien de Montréal et je veux bien faire paraitre cette organisation. Je veux que les fans retrouvent leur amour pour cette organisation. Je veux un attachement plus grand et je ne veux pas que l’on fasse de faux pas comme c’est arrivé par le passé.

Machabée explique avoir eu l’impression que dans les dernières années, ce lien était brisé. Elle trouvait que l’accès que les médias et partisans avaient envers les joueurs était beaucoup trop limité.

On se répète, mais son arrivée à Montréal est rafraichissante. Pour la première fois depuis longtemps, on sent que le Canadien veut être là pour ses supporteurs.

Espérons seulement que ce n’est pas qu’une lune de miel et que cette nouvelle relation perdurera avec les années.

En rafale

– Les prochaines années risquent d’être difficiles pour les journalistes à Philadelphie.

– Mauvaise nouvelle pour le Québécois

– Wow

– Intéressant

– Très cool à voir

PLUS DE NOUVELLES