Carey Price : José Théodore voit des drapeaux rouges partout (et une possible retraite)

Je me sentais un peu seul sur mon île lorsque hier matin, j’ai osé vous partager mes inquiétudes quant au futur (sportif) de Carey Price. En écrivant ce genre de textes alors que l’idée en soi n’a pas encore fait l’objet de plusieurs chroniques (écrite, parlée ou vidéo), tu peux vite passer pour quelqu’un qui ne fait que chercher de la ma*de.

Mais puisque ce n’était pas le cas, je me suis lancé.

En gros, je me suis demandé si Carey Price n’avait pas fait son dernier tour de piste ce mois-ci… s’il n’avait pas chanté son chant du cygne à lui

Si les visites qu’il a faites à ses enfants n’étaient pas en quelque sorte un petit cadeau qu’il souhaitait se faire à lui même avant d’accrocher ses patins.

Rappelons que…

Carey Price a connu deux bons départs (deux buts accordés par rencontre), avant d’en connaître deux très difficiles (six buts par match)…

Qu’il a dû subir des traitements après le match de samedi…

Qu’il n’était pas en uniforme dimanche soir lors de la soirée hommage à Guy Lafleur, étant incapable de simplement prendre place au banc selon Martin St-Louis

Qu’il n’accompagnera pas l’équipe à New York cet après-midi…

Qu’il a été réévalué hier, mais qu’on attend encore les résultats de cette évaluation-là…

Que Martin St-Louis a dit ne pas croire que Price avait subi un setback, sans toutefois pourvoir confirmer quoi que ce soit…

Et qu’il pourrait théoriquement disputer le dernier match de la saison vendredi, mais qu’on va devoir attendre avant d’en savoir plus à cet effet.

Depuis, de nombreux chroniqueurs ont partagé leurs inquiétudes à leur tour. Et disons que ça n’a rien fait pour diminuer les miennes…

1. Stéphane Waite, ancien entraîneur des gardiens de but chez le Canadien et ami personnel de Carey Price, n’a vraiment pas aimé certaines choses de Carey lors du match à Ottawa samedi soir. La collision avec Jordan Harris, lors du match contre les Sénateurs, semble avoir changé la façon de travailler de Price (selon Alexandre Pratt, qui était au micro du 98,5 FM hier); il était plus lent dans ses déplacements latéraux.

« Là, ce qui m’a inquiété beaucoup, c’est le dernier match contre Ottawa. Là, j’ai vu des signes. J’ai trois ou quatre séquences, puis j’ai même pour être certain, regardé le match encore ce matin. J’ai noté des places dans la partie où il n’a pas l’air à l’aise avec son genou. Je ne sais pas s’il s’est refait mal au genou ou si instinctivement, il protège son genou. » – Stéphane Waite

Waite a également questionné la charge de travail qu’Éric Raymond et Martin St-Louis ont donné à Carey Price lors de son retour.

« C’est quand même quatre matchs en huit jours, c’est beaucoup, beaucoup pour un gardien de but qui est en forme et qui joue beaucoup. Mais encore plus pour un joueur qui revient après neuf mois d’une grave blessure. Donc, peut-être qu’on est allé trop vite, trop dans une semaine. » – Stéphane Waite

N’était-ce pas Price lui même qui décidait des moments où il allait jouer? Est-ce que quatre matchs en huit neuf soirs, c’était vraiment trop?

À noter que Stéphane Waite a tenu ces propos lors du balado Sortie de zone, enregistré hier. Waite était accompagné d’Alexandre Pratt, Luc Robitaille et Guillaume Lefrançois pour ce 49e épisode du podcast. Waite ne croit pas (et il n’espère pas) que ce soit la fin de la carrière de Carey Price encore. Il n’est pas convaincu que Price se soit reblessé, mais il ne ferme pas la porte à un (autre) setback lié à la fatigue et au surmenage.


2. José Théodore, lui, est passé d’une chronique intitulée Carey Price rassurant (19 avril) à une nouvelle chronique dont le titre est Le pire scénario pour Price (ce matin). Disons qu’il va pas mal plus loin que Stéphane Waite…

Après avoir trouvé que Carey Price avait bien paru lors de ses deux premiers départs, José Théodore a vu un Carey Price qui n’était pas à l’aise lors de ses deux derniers départs.

« Je suis inquiet et je vois des drapeaux rouges partout. En fait, c’est le pire scénario, à part l’annonce d’une retraite définitive […] Dans les deux derniers duels, contre les Flyers et les Sénateurs, il ne bougeait pas comme le gardien que l’on connaît. » – José Théodore

Théo ne croit pas que Price protégeait son genou. Selon lui, c’est pire que ça : Price est tout simplement blessé à nouveau.

Et Théo s’est lui aussi demandé si l’heure de la retraite n’avait pas sonné pour le #31. Le fait de maintenant savoir/penser que son genou n’a pas tenu bon est très inquiétant. Cette fin de saison devait servir à donner confiance à Price (et à la direction montréalaise) en vue de la saison prochaine. C’est finalement le contraire qui semble s’être produit…

« C’est évident que quelque chose cloche physiquement et c’est le pire scénario. Price a pris tout son temps pour se refaire une santé ; après seulement quatre matchs, il est au rancart […] C’est alarmant et, honnêtement, je ne vois pas la lumière au bout du tunnel. » – José Théodore

Théodore en vient à une hypothèse : le genou de Price ne guérira probablement pas/jamais, même avec du temps. Le match face aux Flyers était inquiétant et celui face aux Sénateurs, TRÈS inquiétant.

Dernier drapeau rouge soulevé par José Théodore : pourquoi Carey Price, qui choisit ses départs, a-t-il décidé de jouer samedi à Ottawa, plutôt que dimanche face aux Bruins au Centre Bell, alors que l’organisation rendait hommage à Guy Lafleur?

« Je ne connais pas un gardien numéro un qui aurait voulu rater une telle occasion d’évoluer devant ses partisans au Centre Bell. Il n’y a pas eu beaucoup de matchs spéciaux cette saison et celui-là en était un. Peut-être que Price n’était pas en mesure de jouer ce match […] La seule autre raison pour avoir fait jouer Price samedi, c’est qu’il n’avait pas confiance en ses moyens et préférait risquer de passer une mauvaise soirée à Ottawa plutôt qu’à Montréal, devant ses partisans. » – José Théodore

Rappelons que Marc Denis, Stéphane Fiset, Éric Fichaud et Patrick Lalime – tous d’anciens gardiens de la LNH – s’étaient déjà tous montrés inquiets au cours des derniers jours, avant même le dernier départ de Price.

Est-ce que Price savait déjà après le match face aux Flyers que quelque chose n’allait pas dans son genou? C’est fort possible…

Reste à voir quelle sera la suite des choses.

Carey Price a répété qu’il n’allait pas s’accrocher et que s’il n’était pas en mesure de maintenir un niveau de jeu acceptable à ses yeux – et son barème a l’habitude d’être élevé -, il se retirera. Il souhaitait utiliser cette fin de saison 2021-22 pour savoir où il en était et jusqu’où il sera en mesure d’aller avant de ranger son équipement pour de bon. Le test (de son genou) a malheureusement échoué.

Rappelons que Carey Price possède encore quatre ans de contrat à un cap hit de 10,5 millions $. Au total, il doit encore toucher 31 millions $ réels. S’il doit se retirer en raison de son genou, il sera payé et son salaire pourra être placé sur la liste des blessés à long terme (et éventuellement crédité de la masse salariale du Canadien). Il est inéchangeable en raison de sa clause de non-mouvement ce lourd contrat. Et oubliez le rachat ou le bris de contrat.

Price aura 35 ans durant l’été. Il n’a pas récolté une seule victoire en 2021-22, montrant un efficacité de .853 et une moyenne de buts alloués de 4,04. Ses stats individuelles sont en chute libre depuis quelques saisons

Autant Carey Price que la direction montréalaise ne peuvent entamer l’entre-saison (et la saison 2022-23) avec le même doute que cette année. Il va falloir plus de clarté.

Plus le temps passe et plus j’ai peur que l’on ait assisté au dernier tour de piste de Carey Price lors des derniers jours. Les parallèles avec les fins de parcours de Tuukka Rask et Ben Bishop sont nombreux…

Price semble avoir de réels troubles mécaniques avec son genou et le temps a démontré que tu ne peux pas garder les buts dans la LNH lorsque ta mécanique lâche.

S’entraînera-t-il aujourd’hui? Si oui, en solitaire ou avec ses coéquipiers? Jouera-t-il vendredi? We’ll see.

Je ne demande qu’à être rassuré. SVP, Carey, rassure-nous.

PLUS DE NOUVELLES