Voir des partisans célébrer (avec respect) me procure une joie

Ça doit être les mois de noirceur pandémique et de restrictions qui parlent en moi, mais je dois vous avouer une chose : je suis très sensible (positivement) lorsque je vois des gens célébrer ensemble à la télé. Le retour des partisans au Centre Bell m’avait fait verser une larme lors du match #6 face aux Maple Leafs… et voir tout le monde célébrer hier m’en a fait verser quelques-unes avant de m’endormir.

Marc Bergevin qui saute partout dans sa loge et qui va ensuite célébrer avec ses joueurs (même si son masque était sous son nez), ça m’a aussi donné quelques frissons. Ça fait tellement longtemps que collectivement, on ne partage rien de beau physiquement, ensemble, que je suis incapable de ne pas être touché par ce genre de scènes.

La foule qui fête le but de la victoire dans le centre-ville, ça m’a aussi procuré de belles émotions. Et des émotions positives, contrairement à plusieurs journalistes sportifs à La Presse ou chez Radio-Canada

Les partisans qui festoient et qui font parler leur joie à l’extérieur, ça m’émeut. Tant que c’est fait dans le respect des autres et du bien commun, bien évidemment…

Soulever un cône orange en guise de Coupe Stanley de fortune après le superbe jeu de Cole Cône Caufield, ça représente TELLEMENT bien Montréal!

Ceci dit, les feux d’artifice en plein centre-ville étaient de trop…

Brasser des voitures de police et se vanter de la faire reculer aussi…

Les journalistes et les joueurs n’ont pas pu quitter le Centre Bell immédiatement après le rencontre en raison du grabuge qu’il y avait à l’extérieur. Ça, c’est trop et ça, ça ne m’émeut pas du tout par contre.

Moi, ce que j’aime, ce sont des célébrations heureuses et pacifiques. Tenons-nous en à ça, OK guys? Surtout si on remporte une autre ronde et qui sait, peut-être la Coupe Stanley…

Somme toute, ça a bien été hier soir (une seule personne a été arrêtée)… mais on peut faire mieux encore, Montréal.

PLUS DE NOUVELLES