Voici pourquoi le mot « attitude » dans le dos des jeunes nous titille

Hier, lorsque j’ai aperçu le tweet où l’on voyait les espoirs du Canadien avec un t-shirt sur lequel était imprimé « Attitude is everything », ça m’a titillé et je me suis retenu pour ne pas composer un billet sanglant à ce sujet. Le mot sanglant est un peu lourd, mais bon.

Ce matin, en cette fin d’avant-midi de canicule, je ne peux pas reculer puisque plusieurs gazouillis circulaient à ce sujet. Certaines personnes se demandent pourquoi on trouve ça grave que Bergevin ait osé aller jusque là. Après le « No excuses », c’est maintenant le « Attitude is everything » qu’on entend à outrance.

Dans un premier temps, souvenez-vous que le « No excuses » a fini par disparaître du vestiaire et toute l’organisation a effacé ce slogan de ses pensées. Finalement, la Flanelle a opté pour un nouveau slogan, plus porteur selon Marc Bergevin et Geoff Molson. Par contre… on n’est pas dans le Bantam AA, cibole!

À cause de ça, JiC Lajoie ne pourra pas vivre ses vacances paisiblement. Maudit Canadien!

Ce n’est pas juste ça et j’adore la réponse de Richard Labbé à un abonné Tweeter : C’est pas un problème. C’est juste que c’est le Canadien de MTL. Le club le plus titré. Tu portes le chandail, tu dois savoir ce que ça représente. On ne devrait pas avoir à imprimer des slogans dans le vestiaire ou sur des T-shirts.

Juste le chandail du Canadien est suffisant comme slogan et Patrick Roy l’a compris aussitôt que l’organisation l’a sélectionné au troisième tour en 1984 : « Je savais pourquoi je m’en allais là! »

Le Roy comprenait ce que représentait le chandail glorieux du Canadien de Montréal. Pas besoin du No excuses ou du Attitude is everything puisqu’à cette époque, le clan était pas mal plus glorieux qu’aujourd’hui. On n’avait pas besoin de dire que ça prend de l’attitude puisqu’on l’avait.

Bref, voilà pourquoi ça dérange.

PLUS DE NOUVELLES