Vaincre les clowns en plein cirque | Un quatuor défensif stable

Du classique Montréal!

Perdre 3-0 à la maison contre la pire équipe de l’association avant d’aller vaincre l’équipe au sommet à l’extérieur, à 10 contre 11.

Aucune logique là-dedans, outre le fait que les montréalais jouent 1000x  mieux lorsqu’ils sont négligés. Loin de moi l’envie de gâcher le party, mais l’équipe doit tout de même trouver le moyen de gagner à la maison contre des adversaires inférieurs… mais chaque chose en son temps!

En pause internationale jusqu’au 7 septembre, l’Impact a tout le temps voulu pour bien profiter de l’énorme victoire au BMO Field. D’ailleurs, on va se le dire, celle-là fait vraiment du bien, autant aux partisans qu’aux joueurs.

Je croyais honnêtement que l’Impact pouvait aller obtenir un résultat en Ontario, voir une nulle durement arrachée. Mais les 3 points? Alors qu’ils n’étaient que 10 déjà après 45 minutes? Et pour une première fois sur le terrain des torontois… Savoureux!

Ce n’est pas seulement la victoire, mais également la manière. J’avoue avoir été quelque peu inquiet lorsque j’ai vu Calum Mallace et Kyle Bekker dans l’alignement partant, loin d’être mes deux joueurs favoris dans l’équipe.

Mais bon, avec les blessures à Bernier et Donadel, Mauro Biello n’avait pratiquement aucune autre option au milieu, et l’entraîneur-chef a bien fait ses devoirs. On a trop souvent vu un milieu défensif montréalais bien garni, mais avec des assignations qui étaient tout sauf claires. Cette fois, c’était clair. Bekker devait couvrir Michael Bradley, Mallace et Bernardello avait la tâche précise de défendre devant les défenseurs centraux et de couper les passes directes dans l’axe. Ça semble simple, mais on ne voyait clairement pas ça dans les derniers matchs.

Bekker est vraiment à son mieux lorsqu’il est devant les milieux défensifs. Il peut à la fois bien couvrir et presser le relayeur adverse tout en se permettant de monter et d’être offensif lorsque les montréalais ont possession. C’est vraiment sa position, et c’était d’autant plus clair lorsqu’il a du reculer avec l’expulsion de Mallace, c’était beaucoup moins gracieux.

Justement, parlons-en de cette expulsion…

À la reprise, difficile de conclure à un rouge direct. Disons que la décision est sévère, surtout que l’arbitre au centre n’a rien vu et ne semble pas discuter avec son juge de ligne avant de sortir le carton. Tant qu’à moi, la réaction exagérée de Michael Bradley aurait également méritée réprimande mais bon…

Beitashour continue de courir après le sifflet, pour une raison inconnue, et même si le contact de Mallace est tout sauf violent, j’ai de la difficulté à comprendre pourquoi il reste planté là et sort ses bras? Pour se protéger? Pourquoi ne pas simplement s’écarter du jeu, l’arbitre à déjà sifflé deux fois…

Pas vraiment un rouge, mais loin d’être un move brillant de la part de Mallace. Il a donné la chance à l’arbitre de le sortir, et sans parler de théorie du complot disons que les zébrés hésitent rarement lorsqu’il est question de Montréal…

Mais bref! On a eu droit à un arbitrage typiquement MLS. Inconstant, avec un arbitre qui veut constamment se reprendre. Et autant d’un côté comme de l’autre, je pense à une séquence à la 65ème où Ciman fonce carrément dans les jambes de Giovinco à l’entrée de la surface et où l’arbitre n’appelle rien. Ridicule! C’est d’ailleurs la séquence où le petit italien se blesse.

La meilleure nouvelle de ce match, même au-delà de la victoire, est ENFIN la tenue encourageante et décisive du quatuor défensif montréalais. On pourrait même y ajouter Evan Bush qui, après une première mi-temps hésitante, est revenu en force pour inspirer ses coéquipiers à tenir bon.

La paire Laurent Ciman-Hassoun Camara, désormais renommée Cimara, est là pour rester et fait des ravages pour le moment. Les deux gars se complètent parfaitement et ils semblent s’adorer, ce qui aide toujours.

On a revu dans ce match le Donny Toia qu’on connaissait, même s’il évoluait à droite. Capable d’une bonne première passe même si limité offensivement, et solide comme un roc à la défense. Ça a fait du bien.

Ma plus grande surprise du match est sans aucun doute Ambroise Oyongo. Le camerounais nous a toujours habitué à du jeu offensif sans limites, mais il a montré samedi dernier qu’il était également capable de défendre, et de superbe façon. Il a raté quelques marquages sur Altidore en corners, mais je ne compte plus le nombre de centres et de passes bloquées, c’était superbe à voir. Il jouait comme un joueur de calibre Ligue 1?

Sinon, Bernardello n’a pas offert sa meilleur performance, il semblait un peu essouflé et on le comprend, mais il n’a pas fait d’erreurs majeurs.

Nacho Piatti aussi semblait dans un de ces mauvais matchs, où il essaie trop de dribbles qui ne fonctionnent pas plutôt que de donner le ballon. Jusqu’à ce que…

Un magicien! Quel contrôle, quelle maîtrise du ballon. Superbe! Sans oublier la passe parfaite d’Oduro sur le jeu.

J’ai eu un peu peur avec les changements de Biello. Faire entrer Venegas et Salazar quand tu mènes 1 à 0 sur la route avec un joueur en moins? Surprenant, c’est peu dire, mais l’entraîneur s’est fait confiance et ça a payé. Bien joué!

Battre les torontois, au moment où ils sont premiers de l’Est, en Ontario, dans un match complètement fou avec une atmosphère de cirque. C’était beau à voir, vous ne trouvez pas? Espérons que cette victoire marquera un point tournant de la saison et que l’équipe pourra donner ce genre d’effort à chaque rencontre. À chaque rencontre.

DANS L’ABRI
– C’était un double derby ce week-end alors que le FC Montréal affrontait le Toronto FC II dimanche dernier. Les montréalais ont complété le doublé avec une victoire in extremis de 4-3, une 4ème de suite pour les jeunes en bleu, blanc et noir. Anthony Jackson-Hamel a encore marqué, mais regardez cette superbe volée du capitaine Louis Béland-Goyette.

– Quand les torontois se présentent eux-mêmes comme des clowns… 

Par contre, il faut leur donner, le tifo était ma-la-de!

– C’était un match fort en émotion, du terrain jusqu’aux estrades. Les quelques 300 ultras qui ont fait le voyage se seraient fait brasser par des partisans torontois, et une bannière sexiste déployée par des fans du TFC a fait énormément jaser… Ça brasse quand c’est Montréal-Toronto!

– L’ancienne vedette de l’Impact, Eduardo Sebrango, est de retour dans le giron de l’équipe pour entraîneur l’équipe U14.

– L’importance de Patrice Bernier en chiffres.

– Pour ma première collaboration avec le Kan Foot Club, je vous parle du TRÈS important match Canada-Honduras vendredi. L’unifolié tentera d’atteindre le dernier tour des qualifications pour la prochaine Coupe du Monde.

– Nigel de Jong quitte déjà le LA Galaxy pour rejoindre le Galatasaray en Turquie. L’expérience fut de courte durée, et ça n’a pas l’air de déranger tout le monde… #ProprioPortland

– Un but qui fait aucun sens! À voir!

N’hésitez pas à poursuivre la conversation sur Twitter ou Facebook!

ALLONS!

 

PLUS DE NOUVELLES