Une chance que le bon Evgenii Dadonov était là

Une chance que le bon Evgenii Dadonov était là, hier soir.

C’est un peu une blague dans l’optique où la direction du Canadien cherche à perdre et parce que personne ne s’est jamais écrié « enfin! » en voyant le #63 dans l’uniforme du CH, mais en même temps, ce ne l’est pas vraiment.

Après tout, sant lui, hier, le CH ne domine pas les Jets.

Autant personne ne s’attendait à voir le Canadien gagner contre les Rangers à MSG dimanche, autant l’état de la liste des blessés ne nous laissait pas croire que la Flanelle avait de véritables chances contre les puissants Jets de Winnipeg, qui ont toute une saison.

Même les fans y croyaient plus ou moins. On voyait clairement des sièges vides dans le Temple.

Mais qu’à cela ne tienne, les gars se sont présentés pour jouer. Menés par un Evgenii Dadonov qui avait mangé du lion pour souper, le Canadien a pris la mesure des Jets au compte de 4-1 à domicile.

En plus de 15 minutes sur la patinoire, le Russe a marqué deux fois après avoir obtenu six tirs au but. Il était impliqué dans le match et on voyait qu’il avait faim. Et ce, même si je viens de dire qu’il avait mangé du lion pour souper.

De le voir jouer de la sorte l’a aidé à passer de deux à quatre buts cette saison. Est-ce que cela va finalement inciter les équipes prétendantes à la Coupe à aller le chercher à la date limite des transactions?

Ça va en prendre plus que ça.

Mais il est bien de voir qu’un passager du club (il était clairement visé par les propos sur les passagers de l’entraîneur) a compris le message. C’est un match référence pour lui et il doit construire là-dessus.

Même Mike Hoffman s’est joint à la fête. Il a marqué d’un tir digne de son grand talent, ce qui arrive trop peu souvent. Mais à eux deux, les mal-aimés du Canadien ont trois des quatre buts de la formation.

Dans une victoire de 4-1, on s’entend que c’est assez pour faire la différence. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir fait la différence dans la (belle) victoire du Canadien de Montréal.

1. Justin Barron a probablement connu son meilleur match dans la LNH. Impliqué offensivement (deux passes), il était vraiment au centre de l’action et il a joué comme un gars qui a le potentiel de démontrer que la transaction avec le Colorado a lieu d’être.

Avec son frère de l’autre côté de la patinoire et ses parents dans les estrades, il a aidé à faire du CH « un club dur à jouer contre » à domicile.

2. Mike Matheson vient vraiment stabiliser la défensive. Hier, le CH avait sept défenseurs en uniforme (en raison du fait qu’il n’y a que 11 attaquants en santé en ville) et Matheson a aidé à placer tout le monde dans une meilleure chaise.

Il se déplace bien sur la glace, sa prise d’informations est à point et prend, en conséquence, de bonnes décisions. On comprend pourquoi Kent Hughes est allé chercher son ancien client l’été passé.

3. Le rendement de Kirby Dach au centre est de plus en plus intéressant. Le joueur de 21 ans (il aura 22 ans cette semaine) prend ses aises. Il protège bien la rondelle et il est un atout pour les joueurs sur son trio.

Hier, il était clairement bien impliqué sur la patinoire. En zone neutre, il faisait souvent la différence.

4. Encore une fois, Samuel Montembeault a été excellent. Il a profité du fait que le CH est meilleur collectivement qu’individuellement, comme l’a dit Martin St-Louis, mais rendons à César ce qui lui revient : il a fait de très beaux arrêts.

Il n’a fait face qu’à 26 tirs grâce au rendement collectif, mais il n’a rien donné à égalité numérique.

Mais surtout, ce qui est intéressant, c’est qu’il disputait un quatrième match en six jours et un cinquième match de suite. La difficulté, pour un gardien comme lui, est d’être constant en gérant la fatigue.

Mais clairement, son taux d’efficacité de .946 depuis qu’il a pris la relève de Jake Allen la semaine dernière nous démontre qu’il se construit quelque chose de (très) bien.

5. Arber Xhekaj aime le Canadien et hier, il l’a montré.

J’ai un faible pour les joueurs, qu’importe le sport, qui pointent le logo de leur club après un moment important. Et hier, après avoir disposé d’un client important dans une bataille (Adam Lowry) en fin de match, il a pointé le logo du Canadien… et ça a fait le bonheur de Mario Tremblay, ça.

6. Pour la première fois depuis la fin du mois de novembre, le CH a collé deux gains de suite.

Ce qui est intéressant, c’est que le CH a réussi à gagner sans que Cole Caufield ou Nick Suzuki n’ait récolté un seul point. Le bout intéressant n’est pas le manque de production des deux gars, mais bien le fait que le CH peut gagner sans eux.

Ça leur enlève de la pression.

Hier, en raison du fait que le Canadien n’a donné que deux supériorités numériques aux Jets (dont une via Cole Caufield, qui n’avait pas encore été puni cette saison), Suzuki n’a pas eu à trop jouer à court d’un homme.

En fait, il n’a passé que 19 secondes à court d’un homme. Josh Anderson et Christian Dvorak sont les seuls attaquants qui ont épaulé Joel Edmundson et David Savard à court d’un homme.

Résultat? Suzuki a joué pendant 20:02, ce qui est raisonnable.

7. Le Canadien a joué contre un gros club avec des gars de la Ligue américaine. Du lot, j’ai bien aimé l’implication d’un gars comme Rafaël Harvey-Pinard, qui a apporté de l’énergie au CH.

C’est ce qu’il devait faire… et il l’a fait. Cela a contribué à mettre de l’ambiance dans la place puisque les partisans ont apprécié le spectacle qui leur était offert, hier soir. #OléOléOléOléééééé

8. Est-ce qu’on a assisté au dernier match de Pierre-Luc Dubois à Montréal sans qu’il ne soit vêtu de l’uniforme trois couleurs du Canadien de Montréal? La question se pose.

Rappelons qu’il sera RFA cet été, UFA en 2024… et qu’il veut jouer à Montréal.

Prolongation

Avec tout ça, les pauvres Canucks de Vancouver ont perdu une place au classement général. Ils ont « dépassé » le CH – si on regarde le classement à l’envers – et le CH a maintenant un choix qui n’a que 6.5 % de chances de gagner la loterie.

Avec les Panthers, ça fait une chance sur 10.

(Crédit: Tankathon)

Aujourd’hui, le Canadien s’entraînera à 11h 30. Cela va aider à se préparer pour la visite des Panthers demain et des Leafs, samedi soir. Ce ne sera pas une semaine facile, clairement.

Notons que Kent Hughes, qui a été engagé il y a un an jour pour jour, parlera aux médias à Brossard à 12h 30.

Ce n’est pas la raison pour laquelle il va s’adresser aux médias (c’est pour parler de la première moitié de saison de sa formation), mais j’imagine qu’un bilan d’un an sera dressé, en quelque sorte, par l’ancien agent.

Mentionnons aussi que cela fait 82 matchs que Martin St-Louis est en poste. Sa fiche est de 33-42-7, soit 14-19-4 l’an passé et 19-23-3 cette année.

PLUS DE NOUVELLES