Un ancien gardien des Lions de Trois-Rivières pourrait représenter le Canada aux JO

Les Jeux olympiques de Pékin devaient signifier le grand retour des joueurs de la LNH sur la scène olympique. Des gars comme Sidney Crosby et Carey Price risquaient de profiter d’un dernier tour de piste aux JO tandis que des gars comme Connor McDavid et Auston Matthews devaient y faire leur première présence, eux.

Or, vous le savez : la COVID-19 a détruit tous ces beaux plans et on sait maintenant que les vedettes du circuit Bettman n’y seront pas. Reste que pour les JO de Pékin, the show must go on, et si les joueurs de la LNH n’y sont pas, d’autres prendront leur place. Aussi simple que ça.

Ça veut donc dire que les fédérations de hockey doivent ratisser un peu plus large pour trouver des joueurs qui défendront les couleurs des différents pays à Pékin.

Et pour le Canada, on envisage de faire confiance à un gardien qui a porté les couleurs des Lions de Trois-Rivières cette saison : Philippe Desrosiers.

Devon Levi et Devan Dubnyk sont les deux autres gardiens sur la liste d’Équipe Canada.

À la suite d’une belle carrière junior, Desrosiers avait été un choix de deuxième ronde des Stars de Dallas en 2013. Il n’a toutefois jamais atteint la LNH, faisant principalement la navette entre la LAH et la ECHL. Il a toutefois toujours maintenu des statistiques plutôt intéressantes.

Après avoir maintenu une fiche de 12-3-0 avec les Lions cette saison, le natif de Saint-Hyacinthe a été rappelé par le Moose du Manitoba (club-école des Jets de Winnipeg dans la LAH) étant donné que ses droits appartiennent à l’organisation des Jets. Il avait été prêté aux Lions cette saison.

Des rumeurs envoyaient même Desrosiers à la Coupe Spengler cette année. Le tournoi a toutefois été annulé, mais comme cette formation était un plan de contingence si les joueurs de la LNH ne pouvaient pas participer aux JO, Desrosiers pourrait avoir sa chance.

Est-ce que Desrosiers aura la chance d’aller défendre les couleurs de son pays à Pékin? On lui souhaite d’obtenir la chance de le faire (et de l’accepter s’il désire y aller)!

En rafale

– Bon point de l’ancien entraîneur-chef du Rocket de Laval.

– Une bonne et une mauvaise nouvelle à Anaheim.

– Résumé de la date limite des transactions dans la LHJMQ.

– Belle marque de respect!

– Dommage.

PLUS DE NOUVELLES