Therrien raconte un de ses grands regrets avec le Canadien

On va se le dire franchement : la Poche bleue, que Maxim Lapierre et Guillaume Latendresse mènent d’une main de maître, sur YouTube, c’est du bonbon à écouter.

Les entrevues qu’ils font, sans trop se prendre au sérieux, sont très intéressantes.

Hier, ils ont accueilli l’ancien coach du Canadien, Michel Therrien, qui n’avait pas la langue de bois!

Si, en levée de rideau, la portion où Therrien parle de Francis Bouillon, pour qui il voue une admiration sans bornes, est très touchante, le bout le plus intéressant fut vers la fin, lorsque les trois hommes ont parlé de la façon que Therrien a appris et évolué.

Celui qui est maintenant adjoint à Alain Vigneault avec les Flyers a admis que d’être l’entraîneur du CH, c’est un trip extraordinaire, mais pas toujours facile. Parce que les médias sont omniprésents, questionnent beaucoup et qu’il ne peut pas toujours tout dire.

Il a cité en exemple le soir du 4 novembre 2016 pour imager le tout. Le CH connaissait alors tout un début de saison et surfait sur une séquence de 8 gains consécutifs.

C’est cette fois que le Tricolore s’est écrasé face aux Blue Jackets, une dégelée monumentale de 10-0.

Après deux périodes, Therrien et le personnel d’entraineurs ont envisagé de sortir Al Montoya du match. Mais ce dernier a accepté de demeurer dans la rencontre, alors que le pointage était déjà de 8-0. Et surtout, pour que Price soit frais et dispo le lendemain, à domicile.

Avec le recul, Therrien regrette beaucoup cette décision.

Le lendemain, il s’est excusé à un Al Montoya qui avait les larmes aux yeux. Et il a fait la même chose avec Carey Price, avant d’admettre son erreur devant toute l’équipe.

C’est tout à son honneur. Mais imaginez s’il avait admis cette erreur devant les journalistes…

Bref, c’est une anecdote qui en dit long sur le côté humain de Michel Therrien.

D’ailleurs, pour la petite histoire, Maxim Lapierre a ouvert la porte à un 3e retour avec le CH. Mais le principal intéressé l’a fermée aussitôt.

Michel Therrien est d’avis qu’il faut passer à autre chose et, surtout, laisser la chance à la relève, originaire du Québec, qui aspire à un poste dans la LNH.

PLUS DE NOUVELLES