SuperMancosu frappe encore | La semaine en 10 points

Vous n’êtes pas beaucoup qui auraient pariés là-dessus!

Il y a à peine plus de 10 jours, l’Impact s’inclinait 3 à 0 face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre dans un match qui ne laissait rien présager de bon pour la suite.

Mais voilà, la tyrannie du négligé (dont je vous ai déjà parlé) qui a accompagné l’Impact tout au long de la saison est en train de le servir grandement par les temps qui courent. Déjà négligé face à D.C., Montréal accueillait le Red Bull dimanche dernier avec le statut de grand favori, invaincu en 20 matchs toutes ligues confondues.

Vous connaissez maintenant la suite. Un jeu défensif exemplaire, précis, comme j’ai rarement vu les montréalais être en mesure d’exécuter, doublé d’un opportunisme nécessaire, décisif. On se croirait de retour en 2015, en Ligue des Champions, où l’Impact était devenu maître de la patience, du jeu en contre… et des matchs aller-retour!

L’histoire du match se résume assez aisément. Il y a, bien entendu, cette SUPERBE action de Matteo Mancosu, qui mérite bien son surnom de SuperMancosu. Un tir foudroyant, précis, sans toucher la balle avant le tir. WOW!

Au risque de me répéter, la défense montréalaise était de toute beauté à voir jouer. Laurent Ciman et Victor Cabrera étaient constamment sur Wright-Philipps, ils étaient physiques, impénétrables, dominants. Ciman était un vrai Général dimanche dernier, incisif et confiant. Lorsqu’il joue ainsi, Cabrera ne peut qu’en profiter et redevient le jeune défenseur prometteur que l’Impact nous avait promis.

Les rares fois où les défenseurs centraux ont « échappés » BWP, Evan Bush était là pour sauver la mise. Rappellez-vous cette action en tout début de match, où l’attaquant new-yorkais distance Cabrera mais n’arrive pas à lober Evan Bush. On a souvent reproché au gardien d’avoir peur de s’éloigner de sa ligne, et il semble avoir compris le message.

Le milieu de terrain, de son côté, a complètement neutralisé Sacha Klejstan. Laissant plus d’espace à Felipe et McCarty, qui ne sont pas reconnus pour leur talent de passeur, ils n’ont pas laissé le moindre pouce au meneur de jeu du Red Bull qui a semblé frustré à plusieurs reprises et qui n’arrivait pas à rejoindre Wright-Philipps comme il l’a fait si souvent cette saison. Marco Donadel, à ce niveau, a probablement joué l’un de ses meilleurs matchs sous le maillot montréalais, sans oublier de mentionner sa superbe passe décisive vers son compatriote italien.

Bernardello et Bernier ont également très bien fait, appuyant la défense lorsqu’il le fallait et relancant l’attaque brillament et simplement lorsque la situation le commandait. Le capitaine a connu un début de match difficile, mais il a ensuite fait plaisir à la foule avec quelques touches de balles rapide et précises éliminant des adversaires. De toute beauté.

Avec tout cela, c’était pratiquement impossible de nommer un seul joueur du match. Un vrai travail d’équipe, de concert, avec la victoire comme seul et unique objectif.

Le plus important de cette victoire est assurément le dans la colonne des buts encaissés. Avec l’importance des buts à l’étranger, l’Impact s’offre une réelle chance d’éliminer les champions de l’Est malgré une victoire par un seul but. Attention toutefois, c’est loin d’être fait, et le Red Bull ne s’avouera pas facilement vaincu, encore moins devant ses partisans où il est fort à l’aise en 2016 avec une fiche de 13-2-2. Rappellons aussi que depuis son entrée en MLS, l’Impact n’a JAMAIS triomphé au Red Bull Arena. Ça me rappelle un certain BMO Field…

Avant le match retour, voici d’ailleurs les scénarios possible pour les montréalais.

En 10 infos, la semaine de l’Impact de Montréal et de la MLS.

1. Hernan Bernardello a quitté le dernier match avec une contusion à la jambe gauche, et il a subi quelques tests en début de semaine. Rien de cassé, et on devrait le voir dans l’alignement, mais peut-être pas à 100%

2. Grosse inquiétude à l’entraînement ce matin alors que Matteo Mancosu a quitté le terrain après une blessure à l’ischio-jambier…

On devrait avoir plus d’informations au fil de la semaine, et il reste beaucoup de temps avant le match de dimanche, mais c’est tout de même inquiétant. D’ailleurs, Ambroise Oyongo était également incommodé par une blessure et s’entraînait à l’écart du groupe, mais rien de trop inquiétant en vue du match retour pour le moment.

3. Bonne nouvelle cette fois alors que Didier Drogba s’entraîne avec le groupe depuis hier pour la première fois depuis le désastre du match face à Toronto. Biello a clairement mentionné que si Drogba s’entraîne, alors c’est qu’il est disponible pour jouer… sera-t’il donc en uniforme dimanche? J’espère vraiment le voir dans les 18, entrer à la 60ème et faire des ravages devant une défense fatiguée. Il pourrait être partant si Mancosu est toujours blessé, mais ce n’est pas ce qu’on souhaite… SuperMancosu est en feu, et sa chimie avec Nacho Piatti sert trop bien Montréal en ce moment.

Mais si vous doutez encore de l’effet de Drogba sur les défenseur, prenez 1 minute et regardez ça!

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, on ne peut plus dire que Drogba nuit à son équipe en ce moment. Il « dit les bonnes choses » et veut voir l’Impact triompher.

4. Le joueur désigné du Red Bull Omer Damari ne sera pas en uniforme dimanche suite à son carton rouge obtenu à Montréal pour un tacle sur Calum Mallace. À vitesse réelle, dans l’excitation du stade, le contact ne semblait pas si dur, mais la reprise confirme que l’arbitre à pris une très bonne décision.

5. En parlant de cartons rouge, que pensez-vous de cette faute non-appelée de David Villa sur Amari Cooper du Toronto FC?

Un coup de pied qui semble intentionnel, mais que la ligue a décidé de ne pas punir outre mesure. Sur la séquence, l’arbitre était pourtant très bien placé pour tout voir, mais bon, c’était Silvio Petrescu…

6. La MLS semble vraiment aimer New-York, où se situe d’ailleurs les bureaux de la ligue. Les trois joueurs nominés pour le MVP (Most Valuable Player) jouent d’ailleurs dans la Grosse Pomme. Bradley Wright-Philipps, Sacha Klejstan et David Villa ont tous connu de grosses saisons, mais où est Sebastian Giovinco? Et à la limite, Nacho Piatti?

Selon mon humble opinion, il ne peut y avoir plus d’un MVP par équipe, ça me semble directement contraire à ce qu’implique cette récompense, mais bon… L’absence de Piatti est peut-être compréhensible, mais celle de Giovinco l’est beaucoup moins. Même en ayant raté plusieurs matchs, le petit attaquant a réussi a 17 buts et 15 passes décisives pour un total de 32 « points », un sommet dans la ligue. On ne parle pas de « complot new-yorkais », mais il y a tout de même quelque chose qui cloche…

7. Fort déçu de ne voir que 15 000 spectateurs au Stade Saputo pour la demi-finale de l’Est dimanche dernier… Oui, il n’y avait que 3 jours pour vendre les billets. Oui, ce n’est plus l’été et il peut faire un peut froid. Mais tout de même, je m’attendais à mieux de Montréal.

Fort heureusement, ceux qui étaient présents sont des « vrais » et ont littéralement mis le feu dans la place. L’atmosphère était au rendez-vous, même si les Ultras avaient vu leurs tambours et drapeaux être confisqués (ce qui est un non-sens, selon moi).

Montréal, si l’Impact triomphe dimanche prochain, je m’attends à beaucoup mieux de toi pour la finale de l’Est. Surtout que le match sera au Stade Olympique… #60000

8. Décidément, le nouveau sélectionneur belge « trippe » vraiment sur Laurent Ciman. Un très bel honneur bien mérité pour notre général.

https://twitter.com/d_demyttenaere/status/793806799438811136

9. Un déplacement à New-York vous intéresse pour le match de dimanche? Il reste toujours des places disponibles!

10. Merci Wilfrid! Le match retour à New-York sans Marco Donadel dans sa forme actuelle, ç’aurait été mission impossible.

N’hésitez pas à commenter et suivez-moi sur Twitter et Facebook!

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES