Quand le pessimisme prend toute la place | Points nécessaires sur la route

La mi-saison et la pause de la Gold Cup ont laissé énormément de place aux analyses d’une saison 2017 difficile, mais toujours porteuse d’espoir. Les analystes comme les supporters se sont amusés longuement à déterminer ce que ça prendrait à l’Impact pour non seulement se qualifier en séries, mais retrouver un rythme intéressant, un style de jeu, une lumière au bout du tunnel…

2 matchs et une défaite plus tard (face aux champions en titre du Supporter’s Shield), et tout semble déjà terminé. Je n’ai pourtant entendu personne mentionner que l’Impact devait gagner TOUS ses matchs en deuxième moitié de saison pour qu’elle en soit satisfaisante. La défaite face à Dallas était prévisible, même si évitable.

Le problème, au-delà des 3 points difficilement obtenus face à Philly et de ceux échappés face à Dallas, c’est surtout la manière. J’en conviens. L’Impact n’arrive pas à convaincre, n’arrive pas à se sortir de sa dépendance aux individualités de ses vedettes, dans la victoire comme dans la défaite.

Une Nachodépendance pour l’Impact? Ainsi va Nacho (et Blerim), ainsi va l’Impact…

Faut-il vraiment s’en surprendre? Sans changements majeurs, difficile de croire qu’une pause de deux semaines allait changer l’équipe du tout au tout. L’Impact a les défauts de ses qualités, et peut offrir des performances spectaculaires entrecoupées de longs passages à vide. Un peu comme ses partisans les plus fidèles, qui ont le logo tatoué sur le coeur avant de lui cracher du venin, au gré des performances.

J’en conviens, les déclarations de Joey Saputo à la soirée des membres n’ont rien fait pour calmer le jeu. Qualifier Montréal de «petit marché», alors qu’on parle tout de même d’une agglomération de 3 à 4 millions de personnes, est difficile à avaler. Tout ramener au fait que le stade n’est pas plein, que les billets sont les moins chers dans la ligue, alors que tu t’adresses à ton fanbase le plus solide, ça frôle la folie. Ou le manque de préparation.

Les réseaux sociaux étaient difficiles cette semaine. Pessimisme, sarcasme, découragement… Un grand nombre sont déjà prêts à lancer la serviette, malgré les 15 matchs encore à jouer et les 45 points toujours disponibles. Si l’Impact offre des performances bipolaires, plusieurs de ses partisans font de même dans leurs réactions parfois surexcitées, souvent vitriolantes.

La saison n’est pas terminée, et le mercato non plus, quoi qu’ait laissé entendre Joey mardi dernier…

On a beaucoup parlé de Samuel Piette, qui pourrait (devrait, selon plusieurs informations obtenues) se joindre à l’Impact dans les prochains jours, mais l’Impact serait également sur la piste d’un jeune attaquant argentin qui n’a pas su s’imposer avec le puissant Boca Juniors lors de la dernière saison. Oui, un autre argentin, ce qui rend la rumeur d’autant plus crédible.

Le prochain Argentin à faire vibrer le Stade Saputo?

Un contrat de 4 ans? C’est ce qui surprend le plus compte tenu des habitudes de l’Impact. Cette donnée pourrait soit démontrer la fausseté de cette rumeur, soit démontrer que l’Impact a compris que l’achat d’un joueur peut également être un investissement. Si sa valeur monte durant les 4 prochaines années, et qu’il est vendu en Europe pour 4 ou 5 millions, ça permet de renflouer les coffres de Joey, et la roue tourne. C’est un peu comme l’Immobilier, Adam…

Comme toujours lorsqu’il est question de joueur argentin, c’est Arcadio Marcuzzi qui a offert les détails les plus précis, et intéressants.

Marcuzzi affirme que le premier choix du joueur serait de demeurer en Argentine avec le club Independiente, mais que Boca préférerait de loin vendre Solis à l’étranger plutôt que de l’affronter prochainement.

Rien n’est encore fait, mais une petite spéculation pourrait nous faire croire à un mercato qui ferait arriver un jeune défenseur central (Boldor), un milieu défensif québécois (Piette) et un milieu offensif/ailier argentin. Serait-ce satisfaisant? Suffisant pour remonter en haut de la ligne rouge et, qui sait, permettre à l’Impact d’atteindre son peak en septembre et octobre? C’est encore beaucoup de «si», mais…

IMFC x NYRB
Pendant qu’on parle encore au conditionnel au niveau de l’Impact, le Red Bulls de New-York (qui est en haut de l’Impact au classement, faut-il le rappeler) passe à l’action.

Un défenseur et un attaquant qui se joindront au groupe prochainement, et c’est sans parler de la présence de Dilly Duka qui s’entraîne présentement avec le groupe.

https://twitter.com/NewYorkRedBulls/status/890916500051300353

https://twitter.com/NewYorkRedBulls/status/890608383572627457

Keita portera le #10, et ne sera probablement pas disponible pour le match de ce soir mais pourrait tout de même causer des difficultés à l’Impact dans la course aux séries qui se poursuit.

Peu importe l’autre équipe, l’Impact doit tenter d’aller chercher des points ce soir au Red Bull Arena. Les new-yorkais sont en bonne forme récemment, notamment via Daniel Royer qui connaît toute une saison sur l’aile. La défaite face à Dallas force l’Impact à devoir récolter quelques points à l’extérieur d’ici la fin de saison. Pourquoi pas dès ce soir, avec une centaine de partisans montréalais qui feront le voyage pour les encourager?

Sans Marco Donadel, mais probablement avec Nacho Piatti et Laurent Ciman, l’Impact pourrait bien pencher pour un… 3-5-2 ce soir. Je ne suis pas friand de cette formation, mais elle est peut-être une vraie solution à court terme pour les Montréalais, surtout avec l’arrivée de Boldor, le surplus de défenseurs centraux, et toujours aucun milieu pour appuyer Donadel efficacement. Piette?

Loin d’être ce que je souhaite, j’ai l’impression que c’est une formation du genre que lancera Mauro Biello dans la mêlée ce soir, au New Jersey. Deian Boldor pourrait être préféré à Victor Cabrera, ce que je ne détesterais pas, mais ce serait trop rapide pour un joueur encore en «entre-saison».

Est-ce que Mallace pourrait être préféré à Bernardello? Les deux joueurs ont bien fait à leurs deux dernières sorties respectives (outre le coup franc donné à Mallace… #JaiLairDunFoin), mais ils demeurent des joueurs de profondeur. Louis a un plus gros upside offensif, et pourrait peut-être se faufiler dans le onze partant avec une formation à 5 défenseurs. Après tout, Dzemaili l’aime bien… « Louis, il joue bien ein? »

Récolter des points ce soir ferait du bien au moral, de l’équipe comme à celui des supporters. Une semaine difficile à tous les niveaux se termine et pourrait faire place à un peu d’espoir… Il le faut, parce que la saison est encore très, très longue.

Qui sait, peut-être que Montréal finira la semaine avec deux nouveaux joueurs dans son alignement…

Commentez, partagez et suivez-moi sur Facebook et Twitter!

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES