P.K. Subban et la valeur des minutes…

Le débat sur le bien-fondé d’échanger P.K. Subban semble si compliqué, mais devrait-il l’être?

Un côté le dépeint comme une source de distraction dans le vestiaire et un joueur avec une propension à commettre des erreurs couteuses. Avec raison, on lui impose des attentes énormes qui viennent avec son contrat indéniablement lourd, se mesurant à 9 millions par année.

L’autre école de pensée fait remarquer son impact significatif sur les indices de possession de rondelle et pointe vers l’effondrement défensif du Tricolore en son absence. Elle ajoute que, lors des trois dernières années, Subban a été sans conteste le joueur le plus dominant en séries éliminatoires, étant parfois même plus brillant que Carey Price. Et elle argue que les résultats sur la glace surplomberont toujours l’importance d’une harmonie dans le vestiaire. Les joueurs sont payés à jouer au hockey, et non pour être à leur aise dans un boys club. S’ils ont vraiment à coeur la conquête d’une Coupe Stanley, ils ont un devoir professionnel de mettre leurs différends au rancart pour le bien de la cause. Puis, si la donnée d’une bonne entente dans le vestiaire était si importante, les Blackhawks n’auraient jamais gagné trois Coupes Stanley en changeant d’identité pratiquement chaque morte-saison. Et leur enfant trouble Patrick Kane n’aurait pas eu un impact si prononcé dans la réussite de ses troupes en séries. Aussi, faut-il rappeler que les informateurs ont depuis longtemps rapporté de la bisbille dans le vestiaire des Kings, la deuxième dynastie moderne de l’époque. Primordial, avoir une chambre unie? À méditer.

Les deux opinions se valent. Au même titre qu’il est vrai que Subban est chèrement payé et que ses occasionnelles gaffes monumentales sont frustrantes, ne pas reconnaitre son statut d’élite au sein de la ligue nationale revient également à se cacher la tête dans le sable.

N’importe quel joueur peut être échangé, en théorie. La question est de savoir si cet échange améliore l’équipe. Et s’il reste une once de lucidité et de savoir-faire dans le crâne de Marc Bergevin, il ne tirera pas sur la gâchette d’une transaction qui a de trop grandes probabilités de faire régresser son club. Geoff Molson est par ailleurs déjà intervenu dans le dossier en forçant son directeur général à donner son dû au défenseur vedette, un pas que Bergevin n’était pas tout à fait prêt à franchir.

Il ne s’agit donc pas de savoir si échanger Subban est une bonne idée, mais s’il existe une solution réaliste et efficace d’amener le CH à un autre niveau en exploitant son immense valeur sur le marché.

Au-delà de la valeur des joueurs obtenus en retour sans égard à leur position, un principe tout simple est à considérer: la valeur des minutes.

Subban est un cheval de course. La seule carte dans la manche de Michel Therrien pouvant engranger sans le moindre problème une trentaine de minutes par match. Ce qui fait du 76 un élément aussi précieux est non seulement son incroyable talent individuel, mais sa capacité à prendre en charge les minutes extrêmement importantes de défenseur numéro un. Un joueur dans cette chaise a plus que jamais l’occasion d’influencer le dénouement d’un match: il est presque déployé durant la moitié de celui-ci. La corrélation entre le nombre de buts inscrits contre le Canadien dans un match et la tenue de Subban durant ces minutes se veut très, très forte. Même un centre numéro un, pourtant un morceau capital de l’échiquier d’une équipe gagnante, n’a pas l’honneur de jouir de telles responsabilités.

La plupart des experts croient que l’avantage d’échanger Subban est de régler pour de bon les faiblesses du Canadien en offensive. Mais le CH ne gagnera pas un échange impliquant Subban qui ne lui permettra pas d’obtenir en retour un autre défenseur avec un sublime potentiel.

Je m’explique. Comparons le statu quo à l’éventualité de transiger le défenseur étoile en retour de, disons, Taylor Hall et Ryan Nugent-Hopkins des Oilers. Au lieu d’y employer Andrighetto ou Carr, Therrien a beau jeu d’utiliser la vedette qu’est Taylor Hall à l’aile gauche du 2e trio (ou du 1er). Et Nugent-Hopkins décale Plekanec et Desharnais dans la hiérarchie des centres (Eller étant présentement utilisé à l’aile). Pas de doute qu’il injecte beaucoup de talent à son groupe d’attaquants. Mais celui-ci sera-t-il en mesure de s’exprimer à la hauteur de son potentiel sans être nourri par une relance rapide des défenseurs? Parce que maintenant, Jeff Petry est le nouveau P.K. Subban et dispute plus de 25 minutes par match, aux côtés d’un vieux et plutôt lent Andrei Markov. Et par la force des choses, l’honnête, mais limité Greg Pateryn devient le nouveau « Jeff Petry ». Dans tout ça, Emelin doit également en prendre plus.

Le mythe persiste à l’effet que les Oilers représentent une équipe redoutable à l’attaque malgré leurs ennuis en zone défensive. Il n’en est rien. Malgré son talent abondant et évident à l’avant, la formation albertaine arrive seulement au 26e rang pour le nombre de buts par match. L’an passé, elle pointait encore au 26e échelon à ce chapitre. Pourquoi, vous me direz? Puisque, tant et aussi longtemps qu’Andrej Sekera et Mark Fayne constitueront la 1re paire de cette équipe, autant les surdoués des Oilers que les joueurs de soutien ne déploieront pas toutes grandes leurs ailes.

En échangeant Subban simplement pour des renforts en offensive, le Canadien, en plus de devenir exécrable en défensive, pourrait également y perdre au change à l’attaque, d’autant plus que le défenseur figure année après année parmi les meilleurs pointeurs de son club.

S’il veut réussir son pari, Marc Bergevin doit arracher la totale, c’est-à-dire, un attaquant dominant et un jeune défenseur droitier architalentueux, montrant déjà de belles promesses. Et peut-être même plus.

Dans le débat entourant la possibilité d’échanger Subban, personne ne peut se targuer d’avoir raison. Tout dépend des joueurs qui prendront le chemin de Montréal et de leur valeur selon le principe des minutes.

En rafale
– La saison du CH vue par Michel Therrien! (RDS) #PointsDePresse

– Un article fascinant sur Jaromir Jagr. (New York Times)

– Jimmy Vesey a remporté le Hobey Baker remis au joueur par excellence de la NCAA. Qu’est-ce que ça signifie?

– Qui devrait gagner le Jack Adams selon les microstats? (Sportsnet)

– William Nylander est déjà un leader chez les Leafs!

– Les Hurricanes perdent-ils autant d’argent qu’on le croit? (TVA Sports)

– Les Sénateurs auront pour objectif de jouer les trouble-fêtes et éliminer les Bruins! (La Presse)

– Voyez Maxim Martin faire du skateboard avec Nathan Beaulieu. (24 CH)

– Dmytro Timashov connait une transition difficile au sein des Cataractes. (TVA Sports)

– A-t-on vu la vraie nature du Canadien? (RDS.ca)

– Papier intéressant de Dave Lozo à propos de la course au Norris. (TheComeback)

PLUS DE NOUVELLES