Nouvel aréna à Calgary : les Flames se retirent du projet

La Ville de Québec a un amphithéâtre presque neuf, mais pas d’équipe de la LNH.

Edmonton a son aréna presque neuf aussi ET une équipe de la LNH, elle.

Les Sénateurs essaient de passer de Kanata au centre-ville d’Ottawa (Plaines LeBreton), mais ça branle dans le manche, comme dirait l’autre.

Le Canadien et les Canucks comptent sur un amphithéâtre d’environ 25 ans et ils sont bien dans l’ensemble.

L’aréna des Jets date de 2003 et il est loin d’être dépassé.

La seule équipe canadienne qui en arrache avec son domicile, ce sont les Flames de Calgary.

Le vieux Saddledome date de 1983. Il a presque 40 ans!

Il a traversé plusieurs épreuves – dont d’importantes inondations – et il s’en vient désuet.

Quelques mois avant la pandémie de COVID-19, les Flames et la Ville de Calgary ont annoncé qu’un nouvel aréna allait être prêt en 2024 et que sa construction allait coûter 550 millions $. La facture allait être partagée par la Ville et les Flames.

Quelques mois auparavant, les Flames avaient mis de la pression publiquement en soulevant l’hypothèse de devoir déménager la concession… à Québec. On veut un nouvel aréna ou on va évaluer la possibilité de déménager à Québec, genre…

Mais voilà que tout est en train de foirer à Calgary. La mairesse de la Ville (Jyoti Gondek) a tweeté hier soir que les Flames avaient annoncé à leur partenaire municipal leur intention de se retirer de la construction d’un nouvel amphithéâtre au centre-ville.

Si on lit les nombreux tweets de la mairesse, on en comprend que c’est une question d’argent. Les Flames ont l’impression qu’ils devront payer plus que la Ville pour le projet alors qu’ils s’étaient entendus pour séparer les coûts totaux 50-50.

À noter que Mme Gondek n’est la mairesse de Calgary que depuis octobre dernier. Ce n’est pas elle qui a conclu le deal avec les Flames il y a deux ans et bien des choses ont changé avec la pandémie. Les priorités publiques s’éloignent souvent du sport… surtout professionnel.

Les Flames (Calgary Sports and Entertainment Corporation) ont publié un communiqué de presse durant la nuit. Ils ont confié que les coûts de construction avaient augmenté et que la Ville n’était pas très ouverte à s’adapter. Ils ont par contre terminé en rassurant la population (pour l’instant) :

« Les habitants de Calgary devraient comprendre que le CSTC a néanmoins l’intention de rester dans le Scotiabank Saddledome. »

À noter aussi que la société qui possède les Flames possèdent aussi les Hitmen de Calgary (WHL), les Stampeders de Calgary (LCF) et les Roughnecks de Calgary (Ligue nationale de crosse). Bref, la m*rde est pognée entre la plus grosse compagnie de sport professionnel à Calgary et la Ville…

Trouvera-t-on un (nouveau) terrain d’entente?

La construction du nouvel aréna devait débuter au début de l’année 2022 et durer un peu plus de deux ans.

PLUS DE NOUVELLES