betgrw

Nick Suzuki n’a pas compris comment Martin St-Louis a utilisé ses (trois) centres

Hier soir, le Canadien de Montréal a été battu par les Sénateurs d’Ottawa au compte de 4-1.

Après avoir perdu 6-2 à Ottawa la semaine dernière, le CH a encore trouvé une façon de mal paraître contre les adversaires de l’Ontario. Mais cette fois, c’était au Centre Bell après deux jours sans match.

C’était aussi après une défaite de 9-4 contre Boston.

Le club avait des raisons de se venger et de sortir après le couteau entre les dents, mais pendant les 40 premières minutes, le club a mal joué. Ça devient une mauvaise habitude, en ce moment.

En fait, lors de ses trois derniers matchs, le CH a accordé 19 buts et n’en a marqué que sept. En gros, c’est à peu près l’équivalent de perdre 6-2 chaque fois, si on fait une règle de trois et qu’on arrondit.

De voir le CH sortir de la sorte hier était horrible.

Je pense que c’est Jonathan Bernier, du Journal de Montréal, qui a le mieux résumé la situation. Dans son papier, qui parle du fait que les joueurs du Canadien ont tendu l’autre joue après un match difficile jeudi passé, il a dit ceci :

Pour entrer au Paradis, tendre l’autre joue est une bonne stratégie. Pour entrer en séries éliminatoires, ça ne vaut pas cinq cennes. – Jonathan Bernier

C’est pas mal ça.

Évidemment, il faut mentionner que le CH ne s’est pas exactement placé en position avantageuse pour tenter de battre les Sens. Pourquoi? Parce que Jake Allen était devant le filet.

J’y reviendrai.

Mais la vraie raison, c’est que le CH a décidé d’y aller avec trois joueurs de centre pour le match. Avec Mitchell Stephens qui est retourné à Laval pour garder Joshua Roy en haut, la profondeur du club a été affectée au centre.

Rappelons qu’en début d’année, Alex Newhook et Kirby Dach étaient là. De plus, Christian Dvorak s’approchait d’un retour au jeu, ce qui faisait en sorte que le CH avait un surplus.

Ça change vite, dans le monde du hockey…

Mais bon. Tout ça pour dire que Nick Suzuki, Jake Evans et Sean Monahan étaient les trois centres du match. Ils ont travaillé fort pour tenter de garder le fort pour l’entraîneur.

Mais cela n’empêche pas Nick Suzuki de ne pas exactement comprendre comment Martin St-Louis a déployé ses centres.

Dans les faits, Suzuki a joué pendant 21:47, étant l’attaquant le plus utilisé du groupe. Ceci dit, Jake Evans (20:25) et Sean Monahan (20:00) n’ont pas joué pas mal moins que lui. Et ça, le capitaine ne l’a pas compris.

Comme le souligne Patrick Friolet dans son reportage sur le match, le capitaine s’est questionné, devant les médias, sur la stratégie employée par son entraîneur avec les centres.

Le capitaine a souligné que ce n’était pas facile pour les ailiers d’être impliqués, mais il a aussi mentionné que Monahan et Evans ont été plus souvent utilisés en double shift (donc sur deux trios) que lui… et qu’il a trouvé ça bizarre et intéressant.

La rumeur veut qu’il ait trouvé ça aussi bizarre que de manger des oeufs pour souper.

Farce à part, il est clair que ce n’est pas dans les habitudes du #14 de tenir des propos qui peuvent avoir l’air d’un joueur qui lance ses coéquipiers sous l’autobus. Habituellement, ce n’est pas son genre.

Est-ce que les trois derniers matchs, qui affectent grandement la confiance du club, peuvent jouer sur son moral? Peut-être, oui.

Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que le capitaine ne peut pas jouer 30 minutes non plus et qu’avec cinq avantages numériques de chaque bord durant le match, Martin St-Louis ne pouvait toujours envoyer son centre #1.

Rappelons que Suzuki a été le centre le plus utilisé, n’est-ce pas?

Mais bon. Ce n’est pas tout ce qu’il faut retenir de ce match-là, qui démontre plus que jamais que souvent, contre de vilains clubs, le Canadien en arrache pas mal.

Qu’est-ce que je retiens, donc?

1. Devant une pléiade de recruteurs et de dirigeants de la LNH, le Canadien a mal joué. Trois revirements (dont un qui ne fait le bonheur du coach) ont mené à des buts des Sens, qui n’ont pas vraiment eu de misère à déjouer Jake Allen. Ce dernier n’a pas gagné de points, hier.

Après deux vilaines performances, le Canadien a été incapable de sortir fort contre Ottawa, une mauvaise équipe qui jouait sur la route. Mais heille, ce n’est pas grave : le CH a eu une bonne troisième ET l’infériorité numérique a connu une belle performance.

2. En coupant deux postes d’une position premium (un centre et un défenseur droitier), le Canadien a décidé de faire de la place à Joshua Roy et à Arber Xhekaj. Mitchell Stephens et Justin Barron ont écopé.

Résultat? Les deux boys n’ont pas été les joueurs les plus utilisés à leur position… mais ils ont eu droit à du temps de jeu en avantage numérique, sur la deuxième vague. Place aux jeunes, donc?

3. S’il y en a bien un qui ne doit pas être épuisé ce matin, c’est Michael Pezzetta. Alors que le CH jouait à trois centres, on peut aussi dire qu’il ne jouait pas vraiment avec neuf ailiers.

Le Pezz a joué pendant 1:57 hier. C’est moins longtemps qu’un brossage de dents… et c’est moins longtemps que les deux minutes passées au banc des punitions en première.

4. On en parle moins parce que ce n’est pas ce qui est le plus important, mais hier, Cole Caufield a obtenu une passe. Il n’a pas marqué, mais il a noirci la feuille de pointage.

Il a aussi tiré six fois au but. en 19:34 de jeu. Good.

Prolongation

Il reste deux matchs au Canadien avant la semaine de pause et les festivités des étoiles : demain à la maison contre les Islanders et samedi sur la route à Pittsburgh.

Ai-je besoin de vous rappeler qui sera derrière le banc des Sénateurs Islanders, demain soir?

Hier soir, les Islanders de Patrick Roy ont peut-être perdu, mais il n’en demeure pas moins que la légende du CH est quand même en train de redresser son club. Les gars ont bien joué à Long Island contre Vegas.

Ça fait deux matchs où les Islanders jouent mieux, donc.

Vous savez comme moi qu’en ce moment, le Canadien ne joue pas de façon à battre les Islanders de New York. Un redressement important devra avoir lieu en marge du match de demain, qui est important en raison du Roy.

Est-ce que c’est Samuel Montembeault qui jouera? Comment va son cou?

PLUS DE NOUVELLES