Michel Bergeron déplore « l’attitude de losers » du Canadien

Pour l’instant, l’idée d’une reconstruction est alléchante et je dirais même, agréable. C’est comme si on venait d’acheter une vielle maison, puis qu’on en était à l’étape de se faire dessiner des plans de rénovation pour la cuisine et la salle de bain, qu’on commençait à magasiner nos futurs items tout en débutant l’étape de la démolition. À ce point-là du projet, il y a généralement des sourires dans le visage de tout le monde.

C’est exactement ce qui passe chez le Canadien en ce moment… et c’est pourquoi plusieurs partisans aiment ça suivre les activités de leur club présentement. Des rumeurs de changement – les gens aiment toujours ça, ça -, il y en a et il y en aura encore.

On a plus de fun à suivre ce que fait/dit la direction de l’équipe entre les matchs que ce que font les joueurs eux-mêmes durant les rencontres. C’est probablement pourquoi le département marketing de l’organisation a cru bon de miser sur les visages de Jeff Gorton, Kent Hughes et Martin St-Louis pour tenter de vendre (la liste d’attente pour) ses billets de saison

Mais après la démolition, les plans et le magasinage, c’est souvent pas mal plus long/plate, terminer nos rénos

Il faut attendre ci, on est déçu de ça, tel ou tel item ne correspond pas à ce que l’on souhaitait ou à ce que l’on nous a vendu, les délais sont plus longs que prévu au départ…

C’est ce qui risque d’arriver aussi chez le Canadien. Après le deadline et surtout durant la saison 2022-23, l’excitation de la rebuild se sera atténué et on se mettra tous à se demander : combien de temps est-ce que la médiocrité sur la patinoire va durer? Et ce sera normal…

Nous sommes plusieurs à avoir embrassé l’idée d’une reconstruction et à mettre notre focus sur l’après-reconstruction… mais plusieurs ont oublié à quel point ce sera difficile pendant un bon moment avant d’y arriver. Je peux vous confirmer que le département des ventes chez le Canadien et les réseaux médiatiques partenaires ne l’ont pas oublié, eux…

Il va falloir être patient.

Et de la patience envers ce genre de stratégies-là, Michel Bergeron n’en a (vraiment) pas à revendre, lui.

Le Tigre – qui sait ce que c’est que de passer par la médiocrité dans la Ligue nationale de hockey – n’adhère pas du tout au concept de tout rebâtir pour mieux reconstruire. Il trouve que ça démontre une attitude de losers. Disons que son segment Sans Filet était intense hier soir…

« Ça n’a pas de bon sens. On vide le club et on essaie de copier les Rangers, mais on peut tout aussi bien se retrouver dans la même situation que les Sabres de Buffalo. Écoutez-moi bien… On parle des Canadiens de Montréal! Moi, tout jeune, je regardais Maurice Richard, Jean Béliveau, Bernard Geoffrion. Puis j’ai dirigé contre le CH pendant 10 ans et cette équipe n’avait qu’un but : gagner, gagner, gagner! […] Les Canadiens de Montréal, ce sont les Yankees de New York. Tu n’as pas le droit de perdre! » – Michel Bergeron, avec un ton de crise dans la voix

Bergeron ne trust pas le plan puisque celui-ci s’appuie sur des jeunes et des choix au repêchage… et qu’il y a donc beaucoup trop d’incertitude à ses yeux.

« On se fait dire que les jeunes et les choix au repêchage vont nous sortir du trouble… Regarde les dix dernières années. Combien de joueurs ayant été repêchés par le CH en première ronde jouent avec le club en ce moment? Pas beaucoup! Vraiment pas beaucoup! C’est épouvantable! » – Le Tigre

Pour terminer, Bergeron a confié ne jamais avoir vu le CH aller aussi bas en 32 ans d’analyse.

« Je ne finirai jamais, parce que je suis enragé. Là, on va arriver au repêchage en juin et ça va être le gros show : « mesdames messieurs, ladies and gentlemens, voici le premier choix au total repêché par VOS Canadiens, la pire formation de la LNH! »

Et là ça va être fier et ça va se prendre en photo avec le premier choix au total. J’en reviens pas. C’est une attitude de losers! Bien oui… perdons avec dignité! C’est très beau, ça. En 32 ans d’analyse, je n’ai jamais vu le CH aussi bas. » – Michel Bergeron

C’est justement parce que le Canadien n’a jamais été aussi bas (au classement) qu’il a décidé de se reconstruire, Michel…

Suis-je pour une reconstruction? Oui.

Est-ce que je sais que ce sera long, pénible et difficile… et qu’il n’y a aucune garantie? Oui.

Or, je vais faire ce que j’ai toujours fait : chialer espérer.

Une reconstruction, tu sais quand ça commence, mais tu ne sais pas quand ça finit. Il faut l’accepter…

Hommage aux Canadiennes

Marie-Philip Poulin et les Canadiennes ont remporté une autre médaille d’or olympique. Poulin a inscrit deux buts, dont le victorieux, en plus de récolter une mention d’aide sur l’autre filet des Canadiennes (victoire de 3 à 2 face aux Américaines).

Voici quelques tweets rendant hommage à la formation canadienne et bien évidemment à Marie-Philip Poulin :

PLUS DE NOUVELLES