Marc Bergevin pouvait être intransigeant avec les joueurs qu’il n’aimait pas

C’est toujours comme ça. Quand quelqu’un est congédié, une pluie d’hommages lui sont décernés… tandis que d’autres langues se délient et sortent publiquement pour dire ce qu’ils/elles ont envie de dire depuis un bon moment déjà.

Tim Bozon appartient au deuxième groupe, lui.

Nicolas Cloutier (TVA Sports) a appelé l’ancien choix de troisième ronde de l’organisation (2012) en début de semaine. Bozon, qui a désormais 27 ans et qui joue désormais à Lausanne, en Suisse, en avait long à dire sur Marc Bergevin et ses méthodes au niveau du développement des joueurs.

À noter que Tim Bozon, Jiri Sekac, Michael Frolik, Mark Barberio et Philip Varone évoluent tous à Lausanne cette saison. Cristobal Huet est l’entraîneur des gardiens de but et Petr Svoboda, le directeur des opérations hockey.

Bozon n’aura été qu’un espoir pour le Canadien. Il n’aura joué qu’une seule saison dans la AHL/ECHL avant de quitter l’organisation sans que son départ ait fait la une des shows sportifs.

À peine deux ans après sa maladie – Bozon a été hospitalisé et s’est retrouvé dans un état critique en raison d’une méningite à méningocoques en 2014 -, Bergevin a tenté de larguer Bozon. Il ne voulait plus de lui dans l’organisation. Il ne voulait pas lui donner une chance.

« Marc voulait casser mon contrat. » – Tim Bozon

Bozon a tenu à souligner que tout le staff du Canadien avait agi avec classe lorsqu’il a frôlé la mort. C’est après que ça s’est gâché…

Lorsqu’il a fait le saut chez les pros, tout est devenu compliqué pour Bozon. Blessure à l’épaule durant le camp d’entraînement… renvoi dans la ECHL… année complète à vivre à l’hôtel…

Après avoir terminé la saison en force dans la Ligue américaine, puis après avoir reçu de bons commentaires de la part de des dirigeants et du coaching staff du club-école du Canadien, Bozon s’est blessé et n’a pas été très bon lors des championnats du monde de hockey…

Et Marc Bergevin a appelé l’agent de Bozon pour lui dire qu’il ne voulait plus de lui.

Pourtant, quelques semaines auparavant, tout le monde lui avait dit de bonnes choses lors de son meeting de fin de saison chez les IceCaps.

Preuve que l’équipe de Marc Bergevin n’était pas toujours très patiente et qu’elle n’agissait pas toujours avec classe. Quand tu faisais l’affaire, c’était OK… mais si tu les décevais, ça pouvait devenir très difficile…

Bozon, même s’il ne se sentait pas le bienvenu, s’est tout de même pointé au camp du Canadien. Il était dans le groupe C et il a été échangé aux Panthers de la Floride quelque temps après…

Bozon aurait aimé avoir une vraie chance. Marc Bergevin ne lui en a jamais donné une et l’attaquant français semble encore l’avoir sur le cœur aujourd’hui.

Avec combien d’espoirs le CH a-t-il agi ainsi? Est-ce qu’il a toujours été correct avec McCarron, Tinordi, Scherbak et compagnie?

On comprend mieux pourquoi Geoff Molson souhaite voir son organisation être meilleure au niveau du développement. Même si Tim Bozon dit refuser d’officiellement dire du mal de l’organisation en général, il l’a en quelque sorte fait lors de son entretien avec Nicolas Cloutier. Et il n’en a pas vraiment dit de bien…

Je vous invite à lire le texte complet de Nicolas Cloutier. On y apprend des choses très intéressantes.

PLUS DE NOUVELLES