Les Sabres de Buffalo sont actuellement privés de leurs six gardiens de but

Depuis le début de la saison, ça va mal devant le filet chez le Canadien. Actuellement, l’équipe est privée de ses deux gardiens réguliers (Carey Price et Jake Allen) et deux autres cerbères (Samuel Montembeault et Michael McNiven) traînent des blessures avec eux.

Ajoutez à ça que Cayden Primeau ne respire (vraiment) pas la confiance et c’est loin d’être une situation idéale.

Mais malgré tout, le CH n’est pas l’équipe qui en bave le plus pour ce qui est de la situation des gardiens actuellement. En fait, cet « honneur » revient aux Sabres de Buffalo.

Les Sabres ont présentement six gardiens qui ont un contrat LNH en poche (et qui gagnent tous moins d’un million $). Le seul problème, c’est qu’avec Michael Houser qui vient d’être placé sur le protocole de COVID-19, les SIX gardiens de l’équipe sont tous indisponibles présentement.

Blessures, COVID-19, suspension : un beau cocktail.

Ça, c’est assez impressionnant.

Les Sabres ont un match à l’horaire demain soir, alors qu’ils affronteront les Coyotes de l’Arizona en fin de soirée. Ce qu’on sait, c’est que Houser, Aaron Dell, Ukko-Pekka Luukkonen et Malcolm Subban n’ont aucune chance d’être prêts pour demain.

Craig Anderson et Dustin Tokarski en ont une, eux, mais c’est loin d’être fait. Anderson se remet d’une blessure au bas du corps et Tokarski a encore des effets de son combat contre la COVID-19. Les deux s’entraînent actuellement avec l’équipe, mais leur présence demain est loin d’être assurée.

Assumons donc que les deux n’y seront pas. Si tel est le cas, les Sabres n’auront littéralement aucun gardien sous la main. Le seul autre gardien de l’organisation, Mat Robson, a seulement un contrat AHL (comme Kevin Poulin à Montréal). L’auxiliaire là-bas, Charles Williams, ne fait même pas partie de l’organisation.

À moins qu’un gardien soit placé au ballottage dans la prochaine heure (et, encore là, peut-être que le Canadien le réclamerait avant les Sabres), Buffalo risque de devoir offrir un contrat LNH à Robson ou essayer de trouver un agent libre (ça devra toutefois être fait dans les prochaines minutes pour qu’il puisse passer par le ballottage durant 24 heures avant de l’habiller). Devan Dubnyk est un nom intéressant, mais s’il n’a même pas été sélectionné par Équipe Canada en vue des JO, c’est un mauvais signe pour ce qui est de sa condition physique. Et en plus, il a connu un séjour difficile dans la LAH cette année (fiche de 2-2, moyenne de buts alloués de 3,55, pourcentage d’arrêts de 0,869).

Sinon, peut-être qu’il faudra rappeler Martin Biron…

Dans cette époque où les équipes s’arrachent les gardiens disponibles, Buffalo est pris avec une situation extrêmement difficile entre les mains. On leur souhaite de retrouver Anderson et Tokarski demain, parce que sinon, ça pourrait être (très) laid. À moins qu’un nouveau David Ayres vienne les sauver…

PLUS DE NOUVELLES