Les propos de Jonathan Drouin sur la « retraite » de Shea Weber ont nui au Canadien cette année

Je vais vous avouer quelque chose d’entrée de jeu : je suis tanné de parler de Shea Weber. Et comme un dossier prend l’importance qu’on veut bien lui donner, il est clair que d’en avoir (trop) parlé toute l’année m’a tanné.

Est-ce que j’aurais aimé voir Weber parler aux médias cette année? Évidemment. Est-ce que ses absences étaient optimales d’un point de vue collectif? Non. On s’entend là-dessus.

Mais tout le monde sait que Shea Weber ne jouera plus jamais. Il est, dans sa tête et dans celle du Canadien, un retraité.

Il ne peut pas annoncer sa retraite pour des raisons comptables comme ça s’est déjà vu ailleurs dans une LNH qui est de plus en plus, à bien des niveaux, une ligue comptable. Il ne veut pas mettre les Predators dans le trouble financièrement et il ne veut pas cracher sur des millions de dollars.

Ceux qui disent qu’il est déjà assez riche ne comprennent pas qu’il voudra toucher chaque sous de son contrat qui a été approuvé par la LNH, par les Flyers (avec qui il a signé l’offre hostile), par les Predators (qui ont égalé l’offre) et par le Canadien, qui a accepté de prendre le contrat tel quel. Toucher son argent est son droit le plus fondamental.

Bref. Il n’est pas blanc comme neige, ce Weber, mais il est un retraité qui a bien le droit de faire ce qu’il veut et je trouve dommage que son legs à Montréal soit terni pour une formalité. Jonathan Drouin l’avait d’ailleurs confirmé en milieu de saison en disant que Weber était à la retraite et qu’il travaillait pour Marc Bergevin dans les bureaux du CH.

On se souvient tous des propos et visiblement, ils ont eu plus d’échos qu’on ne le pensait.

Selon ce que le journaliste Alexandre Gascon a rapporté dans le podcast Tellement Hockey, les propos de Drouin ont eu des échos dans la LNH et cela a fait en sorte que la LNH a surveillé le dossier d’un peu plus près.

Ce que cela veut dire, c’est que la LNH s’est mis le nez dans le dossier un brin puisque si Weber sait qu’il ne reviendra pas, il faut agir autrement. Les déclarations de Drouin auraient donc mis la puce à l’oreille et auraient forcé la ligue à surveiller le dossier puisqu’il était devenu public.

Il s’est donc soumis à plusieurs tests pour voir son état de santé. Mais on va se le dire : s’il ne peut pas jouer, il doit être blessé de manière assez intense.

Alors, apparemment, la ligue a été un peu plus circonspecte dans la gestion de son cas cette année. Il a dû se soumettre à quelques reprises à des examens et puis bon, c’est de bonne guerre. – Alexandre Gascon

Est-ce que c’est pour ça, tel que suggéré par le site Go Habs Go, que la LNH aurait empêché le CH d’échanger Shea Weber en Arizona? Rappelons que la rumeur court à cet effet, mais qu’elle avait été démentie par Chantal Machabée.

À court terme, on verra si Weber parlera aux journalistes samedi (ce que souhaite sans doute le Canadien) et s’il sera en ville pour le service de Guy Lafleur. Mais après, passons à une autre chanson, SVP.

En rafale

– Cette déclaration de François Legault est certifiée Mike Bossy.

– Claude Giroux et les Sénateurs : possible?

– Voilà qui explique bien des choses.

– Il devient indispensable.

– Eh ben.

PLUS DE NOUVELLES