Les concepts de Martin St-Louis sont plus complexes qu’un système de jeu normal

Plus tôt cette semaine, on a appris que Mario Leblanc, travailleur dans l’ombre à titre d’entraîneur vidéo du Canadien, avait quitté ses fonctions. Après un quart de siècle dans son rôle, il va avoir de nouvelles responsabilités (en lien avec les espoirs) qui vont lui permettre de demeurer à la maison et non plus de suivre le club sur la route.

Et ça fait l’affaire du principal intéressé. C’est ce qu’il a dit à Simon-Olivier Lorange dans une entrevue réalisée pour le compte de La Presse.

En fait, lors du dernier match de la saison 2021-2022, Leblanc est allé voir Martin St-Louis pour l’informer de sa décision. Il voulait prendre plus de temps pour sa famille, lui qui est grand-père à quatre reprises.

Notons d’ailleurs qu’il a refusé d’être derrière le banc, ce que St-Louis lui a proposé, lors du dernier match de la saison contre les Panthers parce qu’il ne voulait pas enlever l’attention de Pierre Gervais, qui s’en allait à la retraite.

Celui qui est arrivé quand son beau-frère Mario Tremblay l’a appelé pour lui demander de tenir un tel rôle (qui n’existait pas à l’époque) a eu beaucoup de plaisir, mais la charge de travail est venue à bout de ce qu’il pouvait offrir.

Parce que l’entraîneur vidéo est sur la route et il doit découper d’innombrables séquences pour les entraîneurs, mais aussi pour les joueurs, il travaille aussi fort qu’un entraîneur adjoint. Il doit le faire rapidement pendant le match pour que les joueurs, parfois au grand malheur de certains pilotes, puissent consulter des séquences sur le iPad en temps réel.

Bref. Tout ça pour dire que Leblanc avait un rôle qui l’a amené à travailler avec une dizaine d’entraîneurs différents. Et forcément, à chaque fois qu’un nouvel entraîneur arrive, il doit s’adapter.

Leblanc confirme d’ailleurs que le fait de travailler avec les concepts de jeu de St-Louis est « sincèrement » plus complexe que de travailler avec les habituels systèmes de jeu de ses prédécesseurs.

Ça évolue beaucoup, et avec l’arrivée de Martin St-Louis, la game a encore changé. – Mario Leblanc

Pourtant, on disait que Dominique Ducharme avait un système de jeu trop difficile pour les joueurs, mais les gars ont clairement mieux joué en deuxième moitié de saison avec le nouvel entraîneur, n’est-ce pas?

Ce qui change, c’est qu’en raison de la liberté laissée aux joueurs avec la rondelle, ils doivent compenser en ayant une lecture du jeu qui est à point. C’est donc dans des moments comme ceux-là que l’entraîneur vidéo est important.

Donc clairement, ce qu’on retient, c’est que Martin St-Louis est évidemment un bon coach et qu’il communique très bien, mais qu’il a besoin de son équipe. Sans l’entraîneur vidéo, le message passerait sûrement moins bien.

Donc à bien des niveaux, le successeur de Leblanc (Daniel Harvey) aura de gros souliers à chausser pour aider les jeunes de l’organisation à bien comprendre le message des entraîneurs sur le banc.

En rafale

– L’ancien des Maple Leafs s’est trouvé du boulot.

– Les gars sont allés ailleurs dans cet épisode.

– Le baseball vient carrément de perdre sa voix.

– Ils le feront à des moments significatifs, à la place.

– Bonne nouvelle.

PLUS DE NOUVELLES