Le mot « panique » est moins puissant que vous pensez chez le CH

Un match. Un seul match de joué. Et je parle ici d’une joute préparatoire. Oui. Une rencontre qui sert à peaufiner le système de jeu, d’analyser des joueurs qui tentent de se démarquer ou de créer une chimie entre un groupe. Chez le Canadien, c’est aussi le moment où Claude Julien met réellement son empreinte.

Hier, le duel opposant les Bruins au Canadien, à l’intérieur d’un Centre Vidéotron à moitié vide, a déçu les fanatiques du Canadien. En plus de ça, les ouailles de Claude Julien ne l’ont vraiment pas impressionné. Le pilote de la formation s’attendait sans AUCUN doute à une meilleure prestation des siens.

« Personne n’est ressorti du groupe! » – Julien

C’est facile de titrer un article avec cette quote uniquement, mais Julien a renchéri en précisant qu’il ne faut pas s’emporter avec un premier match préparatoire puisque la rouille est évidente. C’est vrai que la joute Rouges-Blancs a démontré plus d’enthousiasme et que le jeu de transition était laborieux hier. Mais… un mélange de jeunes et de vétérans peut créer ce type de scénario autant chez le Tricolore que chez les Penguins. Le « pas de chimie », pouvons-nous attendre un brin avant de le lancer? 

Les gars réfléchissaient peut-être trop, ils voulaient peut-être « trop » bien faire… mais au final, la tonne de journaux distribués aujourd’hui et la quantité innombrable de sites/blogues titrent avec le mot « panique ». Sans que le mot s’y retrouve, on sent que les titres tournent autour de ça…

Donc, lors du prochain match de demain, n’oubliez pas que ça demeure une rencontre préparatoire afin de préparer l’équipe. Attendons avant de sortir les tomates.

PLUS DE NOUVELLES