Le gars qui a le plus de pression présentement, c’est Carey Price

Oui, la pression est désormais sur les épaules de Dominique Ducharme.

Et elle est également davantage sur les épaules de Marc Bergevin qu’avant, lui qui pourrait être congédié à son tour (et en même temps que Ducharme) si son plan par intérim ne fonctionne pas.

Mais le gars sur qui la pression risque de peser le plus lourd au cours des prochains jours, il s’appelle Carey Price. Déjà qu’il risque d’obtenir un départ qui aurait théoriquement dû être donné à Jake Allen ce soir, si on avait suivi le plan chez le Canadien

Les gens tirent de partout sur Carey Price depuis 24 heures. Ça avait commencé avant, mais ça s’est vraiment amplifié depuis le congédiement de Claude Julien.

Jean-Charles Lajoie a avancé dans sa chronique d’aujourd’hui que Carey Price n’en avait pas fait beaucoup pour appuyé Claude Julien et Michel Therrien avant leur congédiement respectif. On ne peut pas dire qu’il a tort.

José Théodore a répété que si Carey Price avait été aussi bon que Jake Allen en 2021, le CH aurait au moins trois victoires de plus et Claude Julien serait toujours en poste ce matin. Julien a mal utilisé ses deux gardiens de but et prioriser à moitié Price aura fini par lui coûter son emploi.

Théo croit que Ducharme débutera son aventure en donnant beaucoup de départs à Carey Price mais que si ça ne fonctionne pas, Jake Allen obtiendra plus de départs que durant les 18 premiers matchs de l’équipe.

Tony Marinaro est allé encore plus loin sur les ondes de TSN 690 hier, affirmant que Price était directement responsable du congédiement de ses coachs.

« Il voulait ce contrat de 10,5 millions $ par saison, il n’a pas accepté de rabais pour rester à Montréal et il est le joueur étoile le moins constant que j’ai vu. » – Tony Marinaro

Les statistiques régulières de Price ne sont pas reluisantes cette saison. Le Journal de Montréal ne le voit même plus parmi les 30 meilleurs gardiens de but du moment.

(Crédit: NHL.com)

En fait, elles ne le sont pas depuis quatre ans.

(Crédit: Twitter/capture d’écran)

Ses statistiques avancées non plus ne sont pas très belles depuis la saison 2017-18. Price affiche de moins bonnes stats avancées qu’un gardien de but dans la moyenne de la LNH depuis 2017.

À noter que Price, qui a un long historique de blessures au bas du corps, a justement signé son énorme contrat le 2 juillet 2017. Mauvais timing pour se mettre à jouer moins bien, vous en conviendrez…

Carey Price est le gardien de but le mieux payé au monde et il ne peut pas se permettre d’offrir des performances moyennes. Et si c’est le cas, le coach en place doit être en mesure de le remarquer et de prendre la décision de donner davantage le filet à Antti Niemi Keith Kinkaid Jake Allen. Le coach est payé pour gagner et donc, pour prendre les décisions qui maximisent ses chances d’empocher des victoires.

Selon Mitch Melnick, on dirait qu’il y a deux Carey Price. L’un est exceptionnel et l’autre, nonchalant et très moyen.

Le bon Carey Price doit revenir devant le filet et y demeurer. Sinon, ça pourrait vite virer à la catastrophe chez le Canadien et ce, durant de nombreuses années. Il serait difficile de reconstruire avec autant de lourds contrats.

La tenue de Carey Price soulève beaucoup de points d’interrogation et ça doit cesser. Ça ne peut pas continuer.

Si Richard Labbé et mon collègue Renaud Bourbonnais ont raison et que Carey Price n’est tout simplement plus le gardien qu’il a déjà été, Dominique Ducharme va devoir ajuster son coaching.

Perdre des matchs, c’est une chose, perdre ta job de rêve, c’est en une autre. À Dom Ducharme de jouer les bonnes cartes, maintenant qu’il a le paquet en main. Oui, il peut jouer la carte Price ce soir, mais il ne devra pas la sortir comme atout si elle ne lui rapporte pas cette semaine.

PLUS DE NOUVELLES