Le Canadien va (très) bien, mais attendons avant de viser les séries

Ça va bien chez le Canadien, n’est-ce pas? En ce moment, il n’y a pas de controverse (depuis que le Dadonov-gate s’est estompé) et les gars semblent tous pousser dans la même direction.

Résultat? La Flanelle est à deux points des séries en ce moment et l’objectif des fans (avoir du bon hockey à se mettre sous la dent dans la victoire et dans la défaite) est atteint.

Qu’est-ce qui fait en sorte que ça va si bien dans le vestiaire? Sur quels boutons les entraîneurs appuient-ils afin de faire sortir le meilleur de la défensive et des gardiens? Pourquoi le premier trio roule-t-il autant?

Une partie de la réponse, c’est parce que l’esprit d’équipe est excellent.

C’est un gros cliché, on va se le dire. Il est rare de voir des joueurs décrier l’ambiance dans le vestiaire… sauf quand ça va vraiment mal quelque part et que ça parait, même de l’extérieur, qu’il y a une pomme pourrie.

Mais chez le CH, ça semble vraiment être différent.

Le leadership qu’apporte Martin St-Louis dans le vestiaire est vraiment palpable et visiblement, il fait une grosse différence. La culture est complètement différente pour les gars, qui sont de plus en plus imputables.

Pourquoi? Parce que les coachs fonctionnent comme ça aussi.

Pendant le 1er entracte, Chris Wideman est venu me voir avec le gros sourire pour me dire comment les choses se font de façon respectueuse.

Cette anecdote, elle vient de Marc-André Perreault. Le journaliste, qui est sur le beat du Canadien, affirme que Chris Wideman est venu le voir durant un match (où il ne jouait pas) pour lui mentionner à quel point il aimait les méthodes de l’entraîneur.

Même s’il est laissé de côté, Wideman voit St-Louis venir le voir pendant de longues minutes après les pratiques pour expliquer ses décisions ou pour l’aider à progresser sur la glace.

C’est sans doute pour ça que le défenseur est revenu à Montréal sur les bases d’un contrat de deux ans.

Même Martin Brodeur, qui connait bien Wideman puisque les deux habitent dans la région de Saint-Louis, affirme qu’il a jasé avec le joueur du CH. La légende affirme savoir que St-Louis est un bon entraîneur, selon ce qu’il entend.

Quand les gars sont dans un bon état d’esprit, ça peut faire des ravages. Regardez ce que le CH a fait dans la bulle en 2020. Personne ne les voyait gagner une série, n’est-ce pas?

Mais pourtant…

Cela se répercute puisque les gros joueurs font leur travail, parce que l’avantage numérique est en marche et parce que les gardiens jouent au-dessus de leur tête.

À ce sujet, l’homme qui est justement en charge de l’avantage numérique, Alex Burrows, confirme les dires de tout le monde en mentionnant que tout le monde, dans le vestiaire, est sur la même longueur d’onde.

Le niveau de maturité des joueurs, malgré leur jeune âge, peut aussi aider à faire la différence.

Bref, vous comprenez le principe : ça va bien à Montréal. Et par la force des choses, quand l’espoir est de retour, ça apporte son lot de demandes par rapport aux attentes envers le club.

Je ne crois pas que le Canadien aille « trop bien » en ce moment. Oui, le CH veut sans aucun doute avoir un bon choix au repêchage en vue de la prochaine séance, mais voir le club progresser (avec le bon coach pour le faire) est important.

Il ne faut pas repêcher Connor Bedard au prix de voir les jeunes évoluer dans une culture perdante.

De toute manière, je pense qu’il faut attendre avant de réviser les attentes et de commencer à parler du grand méchant mot qui commence par un « S » , soit parler des séries.

N’oubliez pas qu’il n’y a que 14 matchs qui ont été disputés pour le moment. 14 matchs, c’est vraiment peu.

L’an passé, le Canadien avait eu une séquence de cinq victoires de suite après une séquence de trois revers pour commencer le règne de Martin St-Louis. Bien des gens avaient eu peur de voir le CH monter.

Mais la crème (dont ne faisait pas partie le CH) est remontée à la surface et Juraj Slafkovsky a été repêché au premier rang.

Je ne sais pas si c’est ce qui attend le Canadien cette année. Il est trop tôt pour le dire, mais avant de changer le plan à long terme, attendons de voir si le Canadien va pouvoir maintenir la cadence.

J’ai de (gros) doutes, disons.

SI j’avais un vieux 2$ à miser, je dirais que le plan ne changera pas et que Kent Hughes va vendre à la date limite. Le gestionnaire a un plan et je ne vois pas Jeff Gorton et lui le sacrer aux vidanges sur les bases d’un bon début de saison.

Après tout, le CH ne vise pas la Coupe…

En rafale

– Le prochain objectif du CH? Donner de la valeur aux vétérans.

– Il est dévoué.

– J’adore.

– Ça n’arrivera pas.

PLUS DE NOUVELLES