Le Canadien a (enfin) un vrai premier trio

Disons-nous les vraies choses : le Canadien a un nouveau (vrai) premier trio.

Rien contre Tomas Tatar, Phillip Danault et Brendan Gallagher, bien au contraire…

Mais autant ont-ils su produire des points tout en muselant les meilleurs joueurs adverses depuis deux ans, autant une équipe aspirant aux grands honneurs ne doit pas compter sur ces trois gars-là pour former son premier trio.

Déjà, dans la bulle, on avait pu voir une passation des pouvoirs s’installer. Nick Suzuki et Jonathan Drouin ont terminé les séries au sommet des pointeurs de l’équipe avec sept points chacun. Danault (3), Tatar (2) et Gallagher (4) avaient été moins efficaces.

Phillip Danault avait d’ailleurs fait savoir à la fin des playoffs qu’il ne souhaitait pas abandonner son rôle sur le top six et qu’il n’était pas très ouvert à l’idée d’avoir un rôle moins important (et des coéquipiers moins performants).

Hier, Danault a eu droit aux deux mêmes ailiers et à beaucoup de temps de glace. Il a été bon dans l’ensemble, remportant plusieurs de ses mises au jeu, mais il n’a pas noirci la feuille de pointage. Il a raté une échappée en prolongation, terminant aussi la soirée à moins-1.

Je me répète, mais le Canadien a un nouveau premier trio : celui de Jonathan Drouin (3.0), Nick Suzuki et Josh « Powerhorse » Anderson.

(Crédit: Twitter.com)

Je le place en premier dans mes trios depuis le début du camp, mais je crois que le tout s’est officialisé hier soir.

Analysons tout ça froidement.

Comment définit-on le premier trio d’une équipe?

1. Temps de jeu
Hier, le trio le plus utilisé – en tenant compte des unités spéciales ou non – a été celui de Drouin – Suzuki – Anderson. Chaque joueur sur ce trio a passé en moyenne 18 minutes sur la patinoire, contre 17 pour le trio de Tatar – Danault – Gallagher. Oui, Danault a été beaucoup utilisé, notamment en prolongation, mais il a obtenu plusieurs minutes à court d’un homme et en prolongation, c’était pour l’avoir au cercle des mises au jeu.

Le trio que le coach utilise le plus est généralement son premier trio. Hier, ça a été celui de Suzuki…

2. Production offensive
Josh Anderson (2 buts), Jonathan Drouin (3 mentions d’aide) et Nick Suzuki (1 but) ont animé l’offensive du CH. Seul Tomas Tatar a récolté un point sur le trio de Danault.

Suzuki et sa ligne ont aussi fini la soirée dans les plus. Danault et les siens? Non.


3. Salaires
Le premier trio d’une équipe est aussi celui où d’habitude, on y retrouve les joueurs les mieux payés de l’équipe.

Suzuki joue au centre des deux ailiers les mieux rémunérés par le Canadien… et il n’y a pas de doute à l’effet qu’à court ou à moyen terme (dès la fin de son contrat d’entrée dans 18 mois?), il deviendra le joueur de centre le mieux payé de l’équipe.

Hâte de voir ce qu’il adviendra de Tomas Tatar et Phillip Danault durant l’entre-saison, ceci dit…

Conclusion
Le trio formé de Jonathan Drouin (3.0), Josh « Powerhorse » Anderson, un joueur rare qui vaudra chaque dollar qui lui sera versé d’ici la fin de son contrat et Nick Suzuki, un joueur de centre cérébral, intelligent, agile et possédant une vision du jeu exceptionnelle, est clairement devenu le premier trio de l’équipe. Change my mind.

Ça fait longtemps qu’on n’a pas eu un vrai premier trio chez le Canadien. On a de quoi se réjouir.

Si Drouin continue à jouer comme il l’a fait hier soir, on n’oubliera vite Mikhail Sergachev à Montréal. Si…

PLUS DE NOUVELLES