LCDH: Shane Wright ou deux choix top-10?

Bon matin! Il y aura évidemment un peu moins d’action dans le giron du Canadien au cours des prochaines semaines et des prochains mois donc un peu moins de matière croustillante à analyser, mais ça ne fait pas en sorte qu’il n’y a pas de sujets intéressants pour autant.

Le Canadien remporte des matchs, en perd d’autres, oscille entre la 30e et la 32e position au classement général tout en offrant des performances divertissantes et surtout, surtout, en laissant beaucoup de places aux jeunes qui peuvent ainsi apprendre dans un contexte où la pression est inexistante et où les bourdes ne coûteront pas cher à l’équipe. Malgré l’absence de mouvements significatifs chez le CH à court terme, on peut spéculer sur ce qui arrivera cet été et même, parler de ce qui se passe ailleurs dans la LNH. Bonne lecture!

Trois questions, on commence fort!

1) Je vais commencer par dire que j’ai toujours adoré le jeu de Jesse Ylönen, je le voyais sortir en première ronde et j’étais ultra-satisfait de voir que le CH pouvait mettre la main sur lui au 35e rang au total. J’ai toujours cru en son potentiel d’atteindre la LNH un jour et il est présentement en train de le prouver. En partant, les points forts du jeune Finlandais sont des aptitudes très importantes à posséder pour avoir du succès dans la grande ligue : Une grande intelligence, un excellent coup de patin et un bon tir. Ylönen a récolté 5 points en 13 matchs cette saison avec le CH et tout ça en jouant moins de 12 minutes par match en moyenne, souvent avec des compagnons de trios qui ne sont pas super offensifs (Mathieu Perreault, Laurent Dauphin et Tyler Pitlick, notamment).

Pour ce qui est de sa place dans l’alignement la saison prochaine, ça va vraiment dépendre à quel point le CH sera apte à bouger certains joueurs. Est-ce que Drouin sera encore à Montréal? Byron? Hoffman? Armia? Parce que je le verrais clairement avoir un rôle important sur le 3e trio et je crois honnêtement que ce sera sa place à court et moyen terme. Reste à voir s’il pourra progresser suffisamment pour devenir un joueur régulier sur le top 6.

2) J’ai bien aimé que tu précises « dans un contexte de rebuild » parce que c’est effectivement totalement différent. Je sais que plusieurs partisans aimeraient appuyer sur « fast forward » pour que le CH redevienne une équipe compétitive le plus rapidement possible, mais je persiste à croire que ce n’est pas l’idéal, qu’il faut continuer de repêcher haut pour AU MOINS une autre année (en 2023) et idéalement une ou deux de plus. En ce sens, tenter de mettre la main sur un joueur autonome d’impact n’est probablement pas l’idéal parce que tu pourrais engager un joueur qui te fera passer du 3e rang au repêchage au 7e rang au repêchage, par exemple. Et de toute façon, on s’entend que les joueurs autonomes d’importance ne signent jamais à Montréal donc je ne vois pas pourquoi ce serait différent cette année avec la position du CH au classement!

On peut donc oublier les Johnny Gaudreau, Evgeni Malkin, Nazem Kadri, Patrice Bergeron et autres grosses pointures. Ça demeure par contre important d’avoir quelques bons vétérans dans la chambre pour bien entourer les jeunes joueurs et il y en aura certainement quelques-uns qui seront intéressés à signer à Montréal. J’avais parlé de Kristopher Letang dans un texte il y a quelques semaines et je crois toujours que l’intérêt est réciproque. Je le considère évidemment comme un joueur d’impact, mais considérant le fait qu’il ait déjà remporté trois Coupes Stanley, que Kent Hughes soit son ancien agent et qu’à son âge, c’est loin d’être impossible qu’il ait envie de venir terminer sa carrière à Montréal pour être plus près des gens qu’il aime (considérant également les problèmes de santé auxquelles il a dû faire face), je crois que ça demeure une possibilité et si Jeff Petry quitte finalement le navire, Letang serait un remplaçant de choix!

Sinon, dans le « un peu moins haut de gamme », je crois que Vincent Trocheck pourrait être une très bonne option pour venir occuper le poste de 2e centre devant Christian Dvorak qui serait définitivement à la bonne place comme 3e centre et serait donc un « 3e centre de luxe » au lieu d’être un « 2e centre ordinaire ».

C’est vrai que Trocheck correspond un peu au genre de joueur qui peut améliorer ton équipe à court terme et ça va à l’encontre de ce que j’ai mentionné plus haut, mais considérant qu’il n’a que 28 ans, je pourrais vivre avec. Sinon, dans des rôles moins importants, je jetterais un œil en direction de Nicolas Deslauriers pour venir défendre les jeunes joueurs de l’équipe. Valeri Nichushkin, Frank Vatrano et Ilya Mikheyev sont également des noms intéressants!

3) Pour la troisième question, je vais y aller plus brièvement avec ce que je crois que les contrats de ces RFA en devenir pourraient être :

– Rem Pitlick : Contrat de 2 saisons à un salaire annuel de 2,900,000$
– Alexander Romanov : Contrat de 2 saisons à un salaire annuel de 2,600,000$
– Samuel Montembeault : Contrat de 1 saison à un salaire annuel de 950,000$
– Michael Pezzetta : Contrat de 1 saison à un salaire annuel de 900,000$
– Corey Schueneman : Contrat de 1 saison à un salaire annuel de 850,000$
– Kale Clague : Non qualifié

Repêcher Shane Wright serait un énorme pas dans la bonne direction, mais ça demeurerait insuffisant selon moi. C’est évident que signer un agent libre d’impact comme Johnny Gaudreau ou Evgeni Malkin en plus de repêcher Wright rapprocherait considérablement le CH de ce statut, mais je n’y crois malheureusement pas. On le sait, les agents libres d’importance ne signent que très rarement au Canada, encore moins à Montréal, à moins que ce soit avec l’équipe à qui ils appartiennent déjà!

Dans le cas des deux joueurs mentionnés plus haut, je crois qu’ils vont re-signer avec leur équipe respective.
De toute façon, je ne crois pas que ce soit la bonne marche à suivre à court terme. Le noyau de l’équipe est encore très jeune et je crois qu’il faut laisser les joueurs comme Suzuki, Caufield et Romanov atteignent leur plein potentiel avant de les entourer de joueurs d’impacts plus matures.
La chose à faire selon moi (je sais, c’est facile à dire) : Repêcher top 5 cette saison, repêcher top 5 la saison prochaine, bien développer les jeunes choix pour quelques saisons et ensuite, partir pour la gloire!

Tenter de raccourcir la reconstruction par un virage rapide a rarement été gage de succès, mise à part peut-être pour les Rangers, mais c’est un contexte totalement différent puisque tous les agents libres veulent y signer et tous les joueurs vedettes veulent y être échangés. Pas la même gestion, mettons!

Je pense définitivement que Shane Wright jouera dans la LNH la saison prochaine, qu’il soit repêché par les Canadiens ou par une autre formation. L’avantage avec Wright, à l’instar de Suzuki, c’est qu’il possède un style qui peut très bien lui permettre d’entamer la saison sur un 3-4e trio. Sans dire qu’il doit y passer la saison complète, il peut s’acclimater plus facilement sur un « bottom 6 », s’habituer au tempo plus rapide de la LNH en affrontant des joueurs de bas d’alignement plutôt que des vedettes.

C’est d’ailleurs de cette façon que le CH avait intégré Nick Suzuki dans sa formation, il jouait à l’aile sur le 4e trio avec Nate Thompson, a appris rapidement les rudiments du métier avec une charge de travail moins lourde et a travaillé assez fort pour mériter de grimper les échelons dans l’alignement. Je verrais d’un bon œil ce type d’intégration pour Wright, si jamais le CH parvient à le sélectionner au repêchage. Il pourrait très bien passer la saison prochaine comme 3e centre derrière Nick Suzuki et Christian Dvorak et qui sait, s’il fait vraiment bien, possiblement dépasser Dvorak pour devenir le 2e centre et pousser Dvorak plus bas dans l’alignement, mais eh, une chose à la fois!

Dans un tel scénario, je crois que Jake Evans deviendrait le 4e centre du Canadien, soit sa chaise parfaite selon moi. Ryan Poehling pourrait alors être muté à l’aile sans problème et si évidemment il y a vraiment surabondance de centres, rien n’empêche le CH de bouger un surplus pour acquérir un joueur qui viendrait colmater une brèche ailleurs dans la formation!

Ça, c’est une méchante bonne question! Allons-y avec un scénario hypothétique pour pouvoir bien répondre à la question: Le CH remporte la loterie pour le premier choix au repêchage alors que les Blue Jackets repêchent au 7e et 10e rang. Jarmo Kekäläinen appelle Kent Hughes et lui offre ses choix 7 et 10 contre le 1er. Autrement dit, le CH met une croix sur l’idée de repêcher Shane Wright, le meilleur joueur disponible à mon avis, pour ajouter à sa banque d’espoirs deux joueurs plutôt qu’un. Si l’on regarde les espoirs qui pourraient être disponibles entre les rangs 7 et 10, il y a des noms tels que David Jiricek, Brad Lambert, Joakim Kemell, Frank Nazar, Danila Yurov et Conor Geekie.

Sincèrement, c’est TRÈS intéressant. Il y a tout de même une possibilité que l’un de ces joueurs devienne supérieur à Shane Wright à moyen/long terme et l’ajout d’un autre espoir de qualité viendrait renforcir davantage le bassin d’espoirs du CH. Imaginez ajouter défenseur de la trempe de David Jiricek ainsi qu’un autre attaquant de talent.

Être Kent Hughes, je crois que je préférerais ne pas recevoir une telle offre parce que ça m’empêcherait de fermer l’oeil la nuit. C’est un pile ou face selon moi. Mais étant un peu plus « safe bet » que « gambler » en général, je crois que je conserverais le premier choix au total et mettrais toute ma confiance en Shane Wright. Mais ta question m’a fait verser quelques gouttes de sueur! Et ceci dit, je ne suis pas certain non plus que le DG des Blue Jackets serait partant pour une telle transaction!

Sincèrement, à Montréal, il n’y a pas de recette magique comme ça peut être le cas dans d’autres marchés comme ceux de New York, Boston ou Vegas, par exemple. Comme j’ai mentionné plus haut, les joueurs autonomes d’impact sont très rarement intéressés à signer avec le CH pour plusieurs raisons et c’est la même chose pour les joueurs vedettes qui sont sous contrat puisqu’ils ont pour la très grande majorité une clause de non-échange qui inclut le Canadien. Est-ce que tout ça va changer drastiquement parce que le Tricolore peut maintenant compter sur Jeff Gorton, Kent Hughes et Martin St-Louis? Je ne crois pas! Est-ce que ça peut améliorer leurs chances? Oui. Mais ça ne changera pas tout.

L’acquisition de « talent haut de gamme » passe donc par le repêchage et c’est pour cette raison que je tape souvent sur le même clou même si certaines personnes me disent que c’est une mentalité de perdant. La vérité, c’est que cette équipe ne deviendra jamais aspirante si elle ne parvient pas à ajouter du talent élite à sa formation. Et la seule façon de le faire, c’est en ayant des hauts choix au repêchage. Et on obtient ces hauts choix en terminant dans le bas du classement.

Monter au repêchage, dans le top 5-10, ce n’est pas une mince affaire. Ça coûte cher. Et honnêtement, peu de DG sont intéressés par ce type de mouvement. Tout le monde veut obtenir ce type de choix. Quand un DG l’a, ça prend la lune pour le bouger. Et c’est bien normal!

Obtenir un choix top 3 au repêchage de 2023 pourrait être la cerise sur le sundae après avoir obtenu un choix top 5 en 2022. L’ajout de Connor Bedard, Matvei Michkov ou Adam Fantilli viendrait sans aucun doute changer le visage du CH à court, moyen et long terme (et ce même si Michkov est sous contrat en Russie jusqu’en 2026).

Sinon, c’est évident que d’être en mesure de mettre la main sur un diamant brut plus loin dans la première ronde ou dans les rondes subséquentes est un véritable luxe. Si le CH parvient à réaliser ce tour de force, tant mieux. Mais ça ne peut pas vraiment faire partie de leur stratégie, ça demeure une loterie jusqu’à un certain point et tu ne peux pas baser les succès éventuels de ta formation sur la chance!

Je suis conscient qu’il n’y a pas vraiment eu de négociations avancées avec Martin St-Louis pour la suite des choses, mais je demeure convaincu qu’ils vont finir par s’entendre et que St-Louis sera en poste pour entamer la saison 2022-23. Il l’a déjà dit à maintes reprises, son rêve ultime était de devenir entraîneur-chef dans la LNH et maintenant qu’il a sauté beaucoup d’étapes pour obtenir le poste, je doute fortement qu’il ne poursuive pas l’aventure. C’est évident que le contexte familial aura un rôle à jouer dans la décision, mais je ne peux pas croire que la discussion n’ait pas eu lieu avant même que St-Louis accepte le poste par intérim. Du moins, je l’espère.

Si jamais, pour une raison X, St-Louis décidait de ne pas revenir, je serais vraiment embêté à savoir qui pourrait le remplacer. Mon candidat #1 serait probablement Pascal Vincent qui est actuellement « entraîneur associé » chez les Blue Jackets. Je pense que Benoît Groulx pourrait également représenter une bonne option pour le Tricolore. Mais sincèrement, je ne suis probablement pas la personne la mieux placée pour savoir qui serait le meilleur candidat!

La barre est très haute, mais c’est évident que les deux joueurs ont un talent incroyable et n’en sont qu’à leurs premiers balbutiements dans la LNH.

Il y a deux façons différentes de voir ta question. Est-ce que je crois que, de façon régulière, Cole Caufield marquera 50 buts et Nick Suzuki obtiendra 100 points par saison? Non. Mais est-ce que je crois que c’est possible que lors d’une saison X, Caufield inscrive 50 filets et Suzuki parvienne à atteindre le plateau des 100 points? C’est possible. Mais je dirais que Caufield a davantage de chances d’un jour inscrire 50 buts que Suzuki d’obtenir 100 points.

Ça dépend également de la façon que l’on entourera les deux jeunes. Si tu ajoutes un joueur élite sur leur trio et qu’ils se complètent à merveille, le ciel sera la limite. Mais si, exemple, le CH parvient à repêcher un Wright ou un Bedard, c’est possible que Suzuki devienne également le 2e centre de la formation et ne jouisse plus de la compagnie du meilleur ailier de l’équipe.
C’est donc très difficile à prédire, mais, réponse rapide, je dirais que c’est possible que ça arrive une fois dans leur carrière même si les probabilités ne pointent pas nécessairement en ce sens, surtout dans le cas de Suzuki!

Tu me fais faire de la recherche, mon Frank! Parce que mon texte s’en vient un peu long, je vais simplement y aller de mon top 3, sans explications et sans ordre particulière :

1- Zegras-McTavish-Drysdale (Ducks)
2- Power-Dahlin-Cozens (Sabres)
3- Stützle-Tkachuk-Sanderson (Sens)

Mentions honorables: J.Hughes-L.Hughes-Holtz (Devils), Byfield-Turcotte-Clarke (Kings), Boldy-Rossi-Wallstedt (Wild)

Ma réponse à cette question en deux volets sera la même: Roman Josi!

Sincèrement, pour le trophée Norris, je dirais que c’est devenu un « no brainer ». Ce fût une lutte serrée entre Josi et Makar, mais Josi connaît une séquence exceptionnelle présentement : 44 points à ses 25 derniers matchs pour un total de 87 points en 68 matchs. Si la tendance se maintient, il franchira le cap des 100 points. Je le rappelle, c’est un défenseur.

Et outre le fait que je condamne normalement le fait que le trophée Norris est souvent un trophée de points alors que la besogne d’un défenseur ne consiste pas uniquement en récolter des points, et bien, Josi fait tout ce qu’il a à faire de la bonne façon. Il est excellent dans sa zone et c’est un leader extrêmement respecté par ses pairs. Bref, haut la main, Roman Josi pour le trophée Norris!

Pour ce qui est du trophée Hart, c’est définitivement plus serré. Je le donnerais à Josi parce que la définition même du trophée, c’est « Joueur le plus utile à son équipe ». Est-ce qu’Auston Matthews mériterait également le trophée? Tout à fait, mais la question que je me pose, c’est « Est-ce que les Leafs participeraient aux séries éliminatoires cette saison même sans Auston Matthews? ».

Et je crois, sous toutes réserves, que la réponse est oui. Mais je ne pourrais en dire autant des Preds qui, selon moi, sans leur capitaine, ne seraient pas du bal printanier. Évidemment, c’est mon opinion. Mais si on s’en tient à définition exacte du trophée, je crois que Josi devrait en être le récipiendaire.

Petit complément d’information : Le dernier défenseur à avoir mis la main sur le trophée Hart a été Chris Pronger, en 2000. Avant ça? Bobby Orr, en 1972. Ce n’est pas peu dire!

C’est tout pour cette semaine, merci encore une fois d’avoir été fidèle au poste et on se dit à samedi prochain!

PLUS DE NOUVELLES