Lane Hutson aura « un rôle majeur » au sein de son équipe dans la NCAA en 2022-23

Depuis que le CH a repêché Lane Hutson en fin de deuxième ronde du plus récent repêchage de la LNH, je ne m’en cache pas : j’aime beaucoup le profil (et, surtout, le potentiel) du jeune défenseur. Certes, il est très chétif et il est un projet à long terme, mais s’il atteint son plein potentiel, il sera un gros morceau de la brigade défensive du Canadien d’ici quelques années.

Je ne le vois pas faire le saut avant (au moins) trois ans, mais rien ne presse : l’important est de lui donner toutes les chances d’atteindre son plein potentiel.

Plus tôt aujourd’hui, Nicolas Landry (RDS) a publié un excellent reportage sur le jeune défenseur. Landry a piqué un brin de jasette à bien des gens qui côtoient Hutson sur une base régulière et le résultat est très solide.

Parmi les gens qui ont accepté de parler de l’espoir du CH, il y a Jay Pandolfo, qui sera l’entraîneur d’Hutson dans la NCAA l’an prochain à Boston University. Ce dernier affirme entre autres que le petit défenseur, qui en sera à ses premiers coups de patin dans le circuit collégial américain l’an prochain, aura un « rôle majeur » au sein de sa brigade défensive l’an prochain.

Selon Pandolfo, on devrait voir Hutson piloter une des deux unités d’avantage numérique des Terriers l’an prochain. Clairement, on croit en lui là-bas et on veut lui donner des chances de laisser parler ses instincts offensifs.

S’il joue une vingtaine de minutes par rencontre à sa première année dans la NCAA, ce sera déjà très solide. Je crois que son temps de jeu évoluera au cours de la campagne, mais les commentaires de Pandolfo sont prometteurs.

Le père du jeune défenseur, Rob Hutson, a également pris le temps d’adresser les nombreux commentaires en lien avec le petit gabarit de son fils, et sa réponse est assez intéressante :

S’il devait effectivement grandir autant, il perdrait certaines facettes de son jeu qui le rendent aujourd’hui si unique. Combien de joueurs de 6 pieds sont capables de faire ce qu’il fait sur une glace? Pas beaucoup! Cale Makar, quand il est arrivé dans la NCAA, faisait 5 pi 9 po. Il en fait aujourd’hui 5 et 10 et demi. Mais il joue plus gros que ça. Il joue comme s’il n’avait peur de rien. Il joue avec la mentalité que lorsqu’il est sur la glace, tout le monde est de la même taille. Quand vous adhérez à ça, rien ne vous dérange. – Rob Hutson

Sur le fond, c’est vrai que sa petite taille lui donne un certain avantage, surtout qu’il ne s’en laisse pas imposer. Or, et c’est là qu’un gars comme Cole Caufield est impressionnant, il doit apprendre à se créer de l’espace différemment et il doit être aux aguets pour éviter de subir une lourde mise en échec.

C’est différent pour un attaquant et pour un défenseur, j’en suis conscient, mais c’est une réalité pour tous les joueurs, surtout pour les plus chétifs comme Caufield et Hutson.

Dans tous les cas, ceci dit, Hutson devra au moins prendre un peu de masse. Au camp de développement, il ne pesait que 150 livres, ce qui est trop peu pour la LNH. Or, il est encore jeune et je suis certain que ça finira par s’arranger avec le temps.

Il ne doit pas trop se grossir au point de perdre son identité, mais il doit quand même prendre un brin de masse au minimum.

Bref, on verra ce que le futur réserve à Hutson, mais clairement, il aura de grosses responsabilités dans la NCAA dès l’an prochain. Je vous invite d’ailleurs à lire le texte de Nicolas Landry au sujet du jeune défenseur (que je vous remets ICI), il y a du très bon contenu là-dedans.

En rafale

– Signature au Colorado.

– Évidemment.

– Mon analyse sur la situation actuelle chez les Yankees en long et en large.

– Le CF Montréal en action ce soir.

– Des nouvelles de cet ancien de la NBA.

PLUS DE NOUVELLES