Juraj Slafkovsky se voit compléter le trio de Nick Suzuki et Cole Caufield

Shane Wright. Juraj Slafkovsky. Logan Cooley. Le Canadien aura un important choix à faire et ce sera probablement entre ces trois joueurs-là que ça se fera. En fait, ça risque même d’être entre les deux premiers… si hésitation il y a.

Les deux sont de bons kids, selon ce qu’on comprend.

Juraj Slafkovsky, comme les autres, n’est pas du genre à vouloir sortir deuxième. Et ses chances sont bonnes, même s’il n’a pas eu de souper avec la Flanelle, de sortir premier.

Il l’a réalisé quand il a vu le Canadien le texter pour jaser à nouveau avec lui hier et quand il a réalisé que les dirigeants savaient tout de lui.

Le CH a challengé un brin l’espoir en lui posant plusieurs questions sur lui, mais il a réalisé que la direction montréalaise avait fait ses devoirs dans son cas afin de le cuisiner. À défaut de l’amener manger…

À quel point? Au point où Slafkovsky s’est demandé pourquoi le CH avait encore besoin de lui parler.

Par exemple, ils savaient à quel endroit sur la patinoire je me fais frapper le plus souvent. Donc je me suis dit : “Mais comment savent-ils ça ?” Ça m’a fait réaliser que c’est vrai que je me fais souvent frapper là.

J’étais content de l’apprendre! – Juraj Slafkovsky

Il a donc été questionné pour voir comment il est en mesure de répondre.

C’est dans ce texte de La Presse qu’on en apprend plus sur l’espoir (au même titre qu’il en a aussi appris sur lui en sachant que c’est en sortie de zone qu’il se fait souvent frapper) de qualité.

Slaf, que je vais surnommer ainsi, a d’ailleurs vu les commentaires des gens par rapport à sa présence sur un trio complété par Nick Suzuki et Cole Caufield. Certains aimeraient, d’autres pas.

Mais Slaf, lui, aimerait ça.

Je pense que je suis le plus gros des trois. Ils ont besoin de quelqu’un de plus costaud pour récupérer les rondelles. Et eux sont vraiment des joueurs d’habiletés.

Ça ferait une bonne combinaison. -Juraj Slafkovsky

Il rapporte d’ailleurs que dans la bulle d’Edmonton lors du Championnat mondial junior de 2020-2021, Caufield lui a dit qu’il pouvait devenir un bon joueur. Il y a déjà un (petit) lien entre les deux.

Et Slaf va travailler fort pour convaincre le CH de créer un plus grand lien en le repêchant.

En rafale

– C’est rare qu’un joueur l’avoue.

– Ah ben oui.

– Incroyable.

– Le choix compensatoire du Wild en fin de deuxième ronde fait reculer tout le monde. [H&L]

– Je veux voir ça.

– Le dossier continue de faire jaser.

PLUS DE NOUVELLES