Juraj Slafkovsky pourrait-il aider le Canadien à relancer son jeu de puissance?

Depuis qu’il a été repêché au tout premier rang du dernier repêchage par le Canadien, Juraj Slafkovsky est vanté de tout bord tout côté. Pourtant, avant le repêchage, plusieurs essayaient de lui trouver des défauts pour expliquer une possible sélection de Shane Wright.

Mais voilà que depuis que le Slovaque est un membre du CH, on voit à quel point, il est un jeune homme charismatique, souriant et plaisant. Sur la glace, il est aussi très bon.

D’ailleurs, son père a partagé une vidéo de son fils à l’entraînement et le résultat est impressionnant.

On peut se le dire : le gars sait jouer au hockey.

Dans la vidéo ci-dessus, on peut y apercevoir le grand ailier avec un coup de patin très fluide, un tir dévastateur et ce que je remarque également, une présence éreintante devant le filet adverse. Non seulement il pourra battre des gardiens avec son tir, mais aussi leur compliquer la tâche en étant devant eux.

En avantage numérique, donc, il pourrait être un atout important, peut-être l’outil manquant au jeu de puissance montréalais.

En 2021-2022, Montréal a terminé à l’avant-dernier rang du classement général lors du jeu de puissance. En 2021, au milieu du peloton, en 2019-2020, dans le dernier tiers de la ligue, puis en 2018-2019, à l’avant-dernier rang, encore. Est-ce que Montréal pourra finalement faire payer les équipes adverses?

L’ajout de Slafkovsky pourrait effectivement être un atout. À six pieds quatre pouces, 218 livres, le Slovaque pourrait jouer sur la première unité du jeu de puissance et cacher la vue du gardien. Il pourrait également être positionné dans l’enclave ou en d’autres mots, le spot de Bo Horvat. Partisans du Canadien, rappelez-vous combien de buts le capitaine des Canucks a marqués contre le Tricolore de cet endroit lors de la saison écourtée.

Dans la vidéo publiée par papa Slafkovsky, on voit son fils positionné aux deux endroits mentionnés. Est-ce que Martin St-Louis et Alex Burrows vont prendre en considération ces faits saillants en début de saison?

Voici les deux vagues d’avantage numérique qui pourraient débuter l’année :

1re vague

Caufield-Slafkovsky-Suzuki

Hoffman-Wideman

2e vague

Dach-Anderson/Gallagher-Dvorak

Drouin-Matheson

Parlant de Slafkovsky, il est classé au sixième rang des meilleurs espoirs de la LNH, selon le youtubeur et collaborateur à Sportsnet, Nathan Murdock. Owen Power, Matthew Beniers, Luke Hughes, Shane Wright et Logan Cooley sont les seuls espoirs le devançant dans ce classement.

Intéressant de voir deux espoirs repêchés après Slaf au dernier repêchage plus prometteurs que lui.

En rafale

– Message de Jo.

– La Finlande sur le podium.

– Ça va mal pour les Marlins, mais individuellement, Leblanc fait bien

– Finalement.

PLUS DE NOUVELLES