Le CH aurait jasé avec les Flames au sujet d’un « marqueur de buts »

S’il y a une chose qui ne manque pas chez le Canadien actuellement, ce sont les attaquants de calibre LNH. Depuis le début de la campagne, il y a un certain jeu de la chaise musicale pour permettre à tous les attaquants de jouer, mais avec 15 attaquants pour 12 postes, il y en a forcément qui se retrouvent laissés de côté.

La blessure de Jonathan Drouin fait en sorte qu’il y en a 14 en santé actuellement (et, à court terme, l’absence de Joel Armia fait en sorte qu’il y en a 13), mais encore là, il y a un surplus.

Ce n’est donc pas vraiment un secret pour personne : le CH, qui est en reconstruction, aimerait bien se départir de quelques vétérans à l’avant. Évidemment, il y a quelques joueurs de location qui pourraient quitter dans les prochains mois (encore faut-il leur donner de la valeur), mais il y a également des joueurs sous contrat au-delà de la présente saison qui ne cadrent plus dans les plans.

On peut donc se demander quelles équipes pourraient danser avec le Tricolore à ce niveau, et selon Marco D’Amico, il y en a une qui aurait jasé avec Kent Hughes à ce sujet : les Flames de Calgary.

Clairement, Hughes et Brad Treliving semblent avoir un bon canal de communication, eux qui ont déjà complété deux transactions depuis février dernier (celle qui a envoyé Tyler Toffoli à Calgary et celle qui a amené Sean Monahan à Montréal). Et considérant que les Flames pourraient profiter d’un peu de punch offensif, ce n’est pas complètement illogique de les voir être liés au CH.

Ceci dit, la question est de savoir quel est le gars qui prendrait le chemin inverse (ce que D’Amico n’est malheureusement pas en mesure de préciser). On peut rapidement penser à Josh Anderson, un gars envers qui les Flames ont eu de l’intérêt par le passé, mais Mike Hoffman et Evgenii Dadonov sont aussi des options potentielles.

Disons qu’Anderson a probablement plus de valeur que les deux autres.

Le seul problème, c’est que les Flames n’ont que très peu de marge de manœuvre sur le plan financier. En fait, à l’heure actuelle, la formation albertaine est à moins d’un million de dollars du plafond salarial. Pour faire entrer un salaire comme celui des trois gars précédemment mentionnés, il faudra fort probablement qu’un autre salaire prenne le chemin de Montréal.

(Crédit: Capture d’écran/CapFriendly)

L’avenue la plus logique est probablement celle qui enverrait Milan Lucic et son salaire de 5,25 M$ à Montréal. Par contre, Lucic possède une clause qui fait en sorte qu’il peut déterminer une liste de 10 équipes auxquelles il accepterait d’être échangé. Étant donné que le CH est en reconstruction et que ça n’a pas toujours été l’amour fou entre les Montréalais et lui, je doute qu’il accepterait de prendre la route de Montréal.

À moins d’une blessure chez les Flames qui ouvrirait un peu de place dans les livres comptables, j’ai de la difficulté à voir comment les deux équipes pourront en arriver à une transaction. Le CH ne veut pas retenir du salaire à long terme, donc mis à part pour Dadonov, ça semble une avenue improbable.

Mais malgré tout, ça n’empêche pas les deux partis de tâter le terrain un brin. Bien hâte de voir ce que ça donnera, tout ça.

En rafale

– À écouter.

– Wow!

– Bonne lecture sur Michael Pezzetta.

– Le collègue Charles-Alexis Brisebois a jasé plus tôt aujourd’hui de la transaction qui a envoyé Teoscar Hernandez à Seattle.

– Félix Auger-Aliassime est éliminé à Turin (mais il peut repartir la tête haute après une excellente année 2022).

PLUS DE NOUVELLES