Jordan Harris à Montréal en mars : plusieurs indices nous permettent d’espérer

Le partisan du Canadien a valsé entre optimisme et pessimisme à plusieurs reprises en ce qui concerne l’avenir de Jordan Harris. Signera-t-il son contrat d’entrée (deux ans obligatoires selon les règles de la convention collective) avec le Canadien avant le 15 août ou avec une autre équipe de la LNH après le 15 août?

Je sais, les impôts, la langue, le fait qu’il soit originaire de la région de Boston, le climat, les règles canadiennes en lien avec la COVID-19, les médias, la pression des partisans, l’attrait de l’autonomie complète… les raisons d’être négatif quant au projet Harris sont nombreuses à Montréal.

Mais il y a aussi plusieurs raisons de demeurer positif.

First, de nombreux intervenants ont vanté la loyauté du chien de Marc Bergevin de Jordan Harris au fil des années. Être loyal serait quelque chose d’extrêmement important à ses yeux.

Second, un analyste du hockey des Bruins pour le réseau NESN a indiqué la semaine dernière que Harris pourrait bel et bien disputé quelques matchs avec le Canadien cette saison, une fois son équipe universitaire éliminée (comme Ryan Poehling et Cole Caufield l’ont fait avant lui).

Rappelons que le Canadien et le Rocket termineront leur campagne à la fin du mois d’avril et que Harris risque d’être prêt à se rendre à Montréal/Laval dès la mi-mars, lui. Son équipe (Northeastern) ne devrait théoriquement pas se rendre extrêmement loin en playoffs cette année…

Et tel que rapporté ce matin par Guillaume Lefrançois dans La Presse, la familiarité avec le nouveau staff montréalais pourrait jouer en faveur du CH.

Lefrançois était à Boston en début de semaine et il en a profité pour discuter quelque peu avec le jeune défenseur américain. Je vous invite (vraiment) à lire l’article qu’il a pondu suite à sa rencontre dans son intégralité.

Harris, qui s’est incliné en finale du Beanpot Tournament face à Boston University le soir de la St-Valentin, tentait encore de digérer la défaite lorsqu’il s’est entretenu avec Lefrançois.

Ne vous demandez plus pourquoi Kent Hughes était lui aussi à Boston au cours des derniers jours…

Harris a reconnu qu’il existait plusieurs liens entre Northeastern et le Canadien : lui-même, Jayden Struble, Cayden Primeau, le fils de Martin St-Louis, les fils de Kent Hughes…

Il a aussi avoué qu’il ne lui restait qu’un cours à terminer pour obtenir son diplôme et qu’il commençait à penser à son avenir chez le professionnels…

Il ne peut parler/négocier qu’avec le Canadien actuellement et ce, jusqu’au 15 août…

Le Canadien peut lui offrir de disputer des matchs chez les pros dès cette saison et donc, de pouvoir assurément vivre son rêve… tout en atteignant l’autonomie avec restriction un an plus tôt qu’avec une autre équipe. Tu peux faire beaucoup plus d’argent que sur un contrat d’entrée, rendu là. Parlez-en à Jesperi Kotkaniemi…

Et la nouvelle direction connaît et parle beaucoup plus à Harris que l’ancienne. Harris a rencontré Gorton en janvier, il a soupé avec Hughes il y a quelques jours à peine… et il a été coaché par ce dernier durant deux ans au hockey mineur. Hughes et Harris se connaissent donc très bien. Une confiance mutuelle existe entre les deux hommes.

De plus, l’idée de jouer sous les ordres de Martin St-Louis est probablement plus alléchante que celle de jouer pour Dominique Ducharme. À noter que St-Louis a confié à Jean-François Chaumont du Journal de Montréal qu’il allait tenter de convaincre Harris de s’amener à Montréal si on lui demande de le faire.

Jordan Harris est un bel espoir, on s’entend… mais certains experts lui promettent une place dans un top quatre de la LNH alors que d’autres soutiennent qu’il sera au mieux un défenseur de troisième paire. Certains le classent comme étant l’un des trois meilleurs espoirs de l’organisation et d’autres, comme étant le 8e ou le 10. Bref, Harris polarise.

Harris mesure 5’11 et il pèse 185 livres. Il a 21 ans et il est un défenseur gaucher.

La saison dernière, il est parvenu à obtenir un point par match (19 en 19), mais cette saison, il a ralenti quelque peu la cadence (17 en 29). Il faut dire qu’il récolte un peu moins de mentions d’aide en raison de la qualité un peu plus « faible » devant lui cette saison…

Puisque son atout premier est la vitesse et que son sens du jeu offensif lui a permis de récolter des points à la tonne à l’université, il cadrerait parfaitement dans le plan actuel du Canadien.

Lundi, en finale du Beanpot, il a passé 27 minutes sur la patinoire. Son entraineur Jerry Keefe l’a toujours encensé lorsqu’on l’a questionné à son sujet au cours des dernières années. Même s’il récolte un peu moins de points cette saison, Harris semble être devenu un défenseur plus complet.

Non, il ne sera pas un Adam Fox 2.0 montréalais, mais il pourrait certes aider le Canadien à se reconstruire.

Les Huskies de Northeastern (19-9-1) ont encore sept matchs à l’horaire cette saison (d’ici le 5 mars), avant de passer au hockey éliminatoire. Hâte de voir ce que Jordan Harris décidera par la suite…

Portera-t-il un gilet des Habs à la fin mars au Centre Bell (devant plus de 20 000 partisans)? On l’espère tous à Montréal…

PLUS DE NOUVELLES