Joey Saputo déçu et insulté, mais va de l’avant | L’équipe de Biello

Les années se suivent et se ressemblent pour l’Impact de Montréal.

Une équipe qui se maintient en milieu de peloton, des entraîneurs qui vont et qui viennent, une recherche constante d’un vrai milieu défensif, une tendance à jouer en contre-attaque, et évidemment… du drama!

Ce ne serait pas une vraie saison de l’Impact de Montréal si on avait pas un peu de drama à se mettre sous la dent, un classique.

L’histoire a fait le tour de la MLS, et même de la planète foot au grand complet. En réaction à une exclusion du XI partant dimanche dernier, Didier Drogba a choisi de déserter l’équipe et de ne pas se présenter au Stade Saputo.

Pour les partisans qui se dirigeaient au Stade dimanche matin, la surprise fût complète. C’était le match le plus attendu de l’année, possiblement le dernier de Drogba et Bernier à Montréal, face à Toronto, les plus grands rivaux. Tous les éléments étaient là pour un match d’enfer. Tous? Non. Didier a préféré bouder et rester à la maison.

Je ne vous referai pas l’histoire au complet, vous en avez abondamment entendu parler depuis dimanche, et j’ai déjà partagé mon opinion sur l’affaire.

Avec tout ça, l’Impact se fait de la pub gratuite et prend un peu d’espace médiatique en ce début de saison des Canadiens.  Parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en!

De toute manière, le dossier s’est clos hier avec l’intervention de Joey Saputo qui a rassuré tout le monde. Sans remettre en question le jugement de son coach, le président de l’équipe a discuté avec Drogba et s’est assuré que son joueur vedette acceptait de suivre les indications de l’entraîneur d’ici la fin de saison.

Saputo s’est dit « déçu et même un petit peu insulté » du geste de l’Ivoirien, et on peut le comprendre, mais il assure qu’il n’y a pas de hard feelings. Comme tout joueur qui rate une activité officielle de l’équipe, Drogba devra payer une amende.

Tout est bien qui finit bien, donc! Mais vraiment?

Difficile de croire qu’une telle histoire puisse s’estomper si rapidement et, surtout, disparaître sans laisser de traces.

La relation entre Biello et Drogba ne doit pas être des plus joyeuses, c’est certain. Au moins, les deux hommes ont un maximum de 6 matchs encore à partager, si l’Impact se rend jusqu’au bout. Je suis sur qu’ils sont capable d’y arriver sans trop s’envoyer promener.

À long terme, cette décision de Biello lui sera salutaire, selon moi. Drogba ne sera pas là l’an prochain, mais la majorité des autres joueurs seront de retour. Ils savent maintenant que c’est le coach qui mène, que c’est lui qui prend les décisions et qu’ils se doivent de le respecter, de le suivre. Si même le grand Didier Drogba n’arrive pas à museler Biello, qui le pourrait?

En ce sens, c’est une bonne nouvelle pour le vestiaire montréalais que l’on a toujours soupçonné très instable. On sent vraiment que c’est l’équipe de Biello, supportée par le propriétaire. Enfin!

Mais les joueurs ont clairement trop de respect pour Didier Drogba pour lui en vouloir même s’il les a carrément abandonnés, dimanche dernier. On raconte d’ailleurs que le joueur vedette aurait présenté ses excuses aux joueurs pour son absence, un geste de classe.

Là où ça pourrait vraiment faire mal, c’est pour les futures acquisitions de l’Impact. Joey Saputo l’a dit lorsqu’il a amené Drogba à Montréal, il compte sur le fait que l’un des meilleurs strikers de sa génération pourra vanter Montréal suite à sa carrière et contribuer à amener de bons joueurs ici.

On peut compter sur le professionnalisme de Drogba jusqu’à la fin de son contrat, à tout le moins on peut l’espérer, mais impossible de contrôler ce qu’il racontera sur son escapade en MLS après sa carrière… Et un discours négatif pourrait clairement éloigner des joueurs de Montréal!

En tous les cas, pour tous les fans fort déçus de ne pas avoir vu Drogba sur le terrain dimanche, où il aurait d’ailleurs définitivement pu faire une différence majeure, j’espère que l’attaquant saura se faire pardonner!

IMFCxTFC
Malgré tout, c’est à un beau spectacle qu’on a eu droit dimanche au Stade Saputo.

Généralement dominé par le TFC, les montréalais ont fait preuve d’opportunisme et de résilience pour sécuriser leur place en séries. Évidemment, la présence de Drogba aurait pu amener 3 points plutôt qu’un seul, mais ne revenons pas là-dessus.

L’alignement de départ a bien fait, Nacho Piatti était magique, le milieu s’est relativement bien débrouillé, Evan Bush ne ralentit pas et la défense s’est bien occupée de Giovinco, ce qui a toutefois laissé plus d’espace au gros Jozy Altidore.

Ce XI devrait être celui que l’on reverra d’ici la fin de la saison, celui avec lequel Biello va vivre ou mourir. Ontivero, Bekker et Wandoo, entre autres, sont mieux de se familiariser avec le banc, car ils risquent d’y passer pas mal de temps d’ici la fin de saison.

En tout cas, malgré la pluie, avec ou sans Drogba, les fans se sont assurés du spectacle et ont fait les choses en grand. C’était beau à voir !

Le tifo géant du 1642, malgré les conditions difficiles…

Et même un message à Joey Saputo de la part des partisans du FC Bologne en visite à Montréal. Enjoey!

DANS L’ABRI
– Merci à la super équipe de Gofootyourself, la merveilleuse Lizzy en tête, qui ont partagé ces superbes photos et qui fêtent d’ailleurs le premier anniversaire de leur entreprise cette semaine. Bravo et longue vie!

– Quand je vous disais que TOUT LE MONDE parle de la saga Drogba… J’ai vu Guy Carbonneau (vraiment?) en discuté sur RDS, Réjean Tremblay en a fait son article de ce matin… et la nouvelle s’est rendue jusqu’au Pakistan! Il est géant, le Didier.

– Je l’ai déjà dit, la fin de l’histoire s’écrira selon le bon vouloir de Didier Drogba, tout est entre ses mains. S’il se donne à 100% pour le prochain mois et demi, il pourrait faire bien des dommages et même marquer positivement l’imaginaire québécois…

– De bonnes opinions sur la Saga Drogba; Arcadio Marcuzzi, Frédéric Lord et un billet du Kan FC.

– L’équipe est en séries, mais avec une fiche finalement décevante à domicile…

– Toute cette saga confirme une autre chose. L’Impact, en 2016, c’est l’équipe de Nacho Piatti. Ainsi va Nacho, ainsi va IMFC.

N’hésitez pas à commenter et à me suivre sur Twitter ou Facebook.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES