Joël Bouchard s’est mis dans la peau de Kent Hughes

Lors de l’émission de JiC sur les ondes de TVA Sports, l’animateur s’est amusé à jouer le rôle de Martin St-Louis, alors que Joël Bouchard a enfilé le veston de Kent Hughes. Un jeu de rôle qui permet aux partisans de comprendre certaines choses qui peuvent se produire dans le bureau du big boss.

Allons droit au but ultime, soit de connaître la potentielle vision de Hughes au sujet des dossiers les plus épineux des Canadiens de Montréal: Mike Hoffman, Jonathan Drouin et Evgenii Dadonov.

«T’en es où avec mon sac à problèmes? Vas-tu réussir à trouver preneur pour au moins un des trois… tsé, Hoffman, Dadonov, Drouin… c’est compliqué un peu. Moi dans un monde idéal, si un GM pouvait en prendre un et en passer un autre au ballottage, ça m’aiderait ben gros parce que là, il faut je les gère et c’est un travail à temps plein!» – JiC dans la peau de St-Louis

Hughes, joué par Bouchard, a répondu tel un grand politicien afin de calmer le jeu et mettre un diachylon sur le bobo pour encore quelque temps.

«Pense que tout le monde le sait au Québec… Moins ils produisent, plus ça va être difficile de les vendre… En ce moment, ça ne me tente pas de mettre un choix avec un joueur pour le bouger. Je te relance la balle, es-tu capable de les gérer pour ne pas qu’il contamine les jeunes? Pour l’instant, on va juste attendre!»

OK, ils ont fabulé et ils n’ont pas les vraies réponses puisqu’ils ne sont pas à l’intérieur du club, mais Bouchard se base sur son expérience pour répondre aux questionnements de JiC (qui joue St-Louis).

Souvent, des joueurs comme Dadonov coûtent quelque chose pour les sortir en raison de leur salaire versus leur rendement. Par exemple, si Dadonov sort, Hughes devra peut-être sacrifier un choix au repêchage, pour obtenir en retour 12 roulettes de tape.

Au final, on ne doit pas s’attendre à des miracles de Hughes dans les cas de ces trois cas à problèmes!

En rafale

– Du grand Cole Caufield!

– Un rituel du CH: mettre en échec David Savard.

– Une belle tradition!

– Le Québécois est day-to-day pour une blessure au haut du corps.

PLUS DE NOUVELLES