J-F Houle : un homme sympathique qui n’a pas peur de miser sur la simplicité

Les recrues du Canadien ont patiné pour la deuxième fois ce matin au Complexe Bell de Brossard, sous les ordres du nouvel entraîneur-chef du Rocket Jean-François Houle. Rob Ramage, Francis Bouillon et le reste du staff du Rocket (dont le nouveau venu Kelly Buchberger) ont accompagné Houle dans ses fonctions.

Guillaume Lefrançois a pris le temps de jaser un peu avec Jean-François Houle cette semaine. Il en a peint un portrait sympathique du nouvel entraîneur (tout aussi sympathique) du Rocket.

Fin de vie du Junior de Montréal… arrivée rapide à Blainville-Boisbriand… passage comme joueur à l’Université Clarkson… tours qu’il a joués durant son parcours dans le monde du hockey…

Plusieurs sujets ont été abordés lors de cet entretien.

Je vous invite à lire l’article de Guillaume Lefrançois si vous souhaitez apprendre à connaître un peu le remplaçant de Joël Bouchard.

Ce qui m’a frappé le plus dans ce billet? Lorsqu’il a été nommé à la barre de l’Armada (en août 2011), Houle n’a pas eu beaucoup de temps pour se préparer. Il a donc décidé d’y aller par priorités.

Ses deux priorités? Le système en zone défensive et l’aspect humain.

Raphaël Pouliot, un ancien joueur de l’Armada qui a évolué sous les ordres de Houle lors de sa première saison là-bas, a indiqué à Lefrançois que le système de jeu exigé par Houle était simple. Ce dernier avait préféré instaurer des principes de base simples et faciles à suivre en zone défensive, refusant de rentrer dans le complexe en partant.

Il avait aussi décidé de laisser les joueurs y aller de leurs propres initiatives en entrée de territoire.

Autre aspect du coaching de J-F Houle? Il souhaite mettre tout le monde à l’aise. Ça fait partie de la culture qu’il tient à instaurer dans ses équipes. Houle est un leader et un rassembleur qui sait que plus un joueur est heureux et en confiance, plus il t’en donnera sur la patinoire.

« Il n’avait eu aucun temps pour se préparer, tout le monde nous voyait finir 17e sur 17 équipes, et on a fini 1er de notre division. Mais il avait réussi à mettre tout le monde à l’aise. » – Raphaël Pouliot à l’endroit de J-F Houle

Houle est donc un homme simple, sympathique, ouvert, conscient des priorités/limites, très humain et qui met l’emphase sur la base… la fondation.

« J’essaie de connaître les joueurs le plus possible. On parle ici et là, j’ai fait mes recherches, on essaie de parler en patinant, quand on les croise dans un corridor. » – J-F Houle à Guillaume Lefrançois

J’ai comme l’impression que ce système fonctionnera à merveille à Laval, où plusieurs Québécois liés à de bons espoirs de l’organisation tenteront de remporter la Coupe Calder.

Non, J-F Houle n’est pas comme Joël Bouchard, mais ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas obtenir les mêmes résultats que ce dernier (ou même de meilleurs).

PLUS DE NOUVELLES